Dernière minute :
AVEC LA REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE ENTRE ZHENGZHOU ET L’ASIE CENTRALE
Chine : la " rupture économique " : une attente vaine
mercredi 19 février 2020

En Chine, la date du 16 février 2020 était riche en événement. L'actualité a été dominée par deux faits majeurs. D'abord l'arrivée à Beijing d'une forte délégation d'experts de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), ensuite l'expédition du premier train marchandise Chine-Europe depuis l'apparition de l'épidémie de Covid-19.

L'équipe de l'OMS a eu des entretiens avec les experts chinois, ainsi que des responsables gouvernementaux. Ensemble, ils ont pris l'engagement de conjuguer leurs efforts afin de lutter efficacement contre l'épidémie du nouveau coronavirus. Pour ce qui est de la reprise du trafic ferroviaire, ce train de fret qui comprend 41 wagons conteneurs remplis de marchandises Made in China, est parti de Zhengzhou dans le Henan à destination de l'Asie centrale. Signe que la reprise des activités économiques est désormais effective.

Evidemment, ces deux événements s'inscrivent dans le cadre des efforts de la Chine qui, à la lumière des principes de l'ouverture et de la transparence, tente d'un côté de mieux coopérer avec la communauté internationale dans ce combat contre le coronavirus, et de l'autre de relancer les activités économiques et sociales. L'objectif étant de défendre les intérêts de son propre peuple, mais aussi de sauvegarder sur un plan plus élargi les intérêts du monde entier. Ces résultats ne manquent pas de rendre vaine l'attente de certains quant à la soi-disant "rupture".

Toujours le 16 février, en dehors du Hubei, 115 nouveaux cas de contamination ont été recensés dans la partie continentale de la Chine, alors que le nombre de nouveaux cas confirmés est en baisse depuis 13 jours consécutifs.

MOINS D'1% DE TAUX DE CONTAMINATION DE CORONAVIRUS EN DEHORS DE LA CHINE

A l'heure actuelle, les cas de contamination confirmés répertoriés à l'extérieur de la Chine ne représentent que moins de 1% du nombre total. Comme l'a indiqué Tedros Adhanom Ghebreyesus, secrétaire général de l'OMS, la Chine a payé de très lourds tributs pour contrer l'épidémie depuis son apparition. Elle a ainsi gagné du temps pour le reste du monde. Etant donné que 99% des cas confirmés ont été recensés en Chine, a-t-il encore souligné. Il convient toujours de considérer, dans une large mesure, qu'il s'agit d'un incident de santé publique qui n'a touché que la Chine.

Il est vrai que ces commentaires objectifs, conformes à la réalité, pourront assurément apaiser les excès d'angoisse et de panique, et faire voir le manque de prévoyance et de prudence de la part des pays qui ont réagi précipitamment.

Les Etats-Unis ont été les premiers à rapatrier leurs ressortissants travaillant dans le consulat de Wuhan. Ils ont pris des mesures de restrictions totales à l'égard des citoyens chinois, leur interdisant l'entrée aux Etats-Unis, et ce, malgré les conseils de l'OMS. Certains médias et politiciens occidentaux ont également tenu des propos désobligeants sur la manière de la Chine de lutter contre l'épidémie. Ils ne se sont pas non plus empêchés de prêcher l'évangile de la rupture d'avec la Chine.

Or, il n'y pas de discours plus décalé, plus ridicule à cette époque de la mondialisation.

Comment ces partisans de la rupture n'ont-ils toujours pas réalisé que tout risque de la santé publique défie l'humanité tout entière, oubliant que le monde a été frappé depuis ces dernières années par plusieurs épidémies: Ebola, MERS, grippe H1N1. Ne penser qu'à ses propres intérêts, isoler le pays ou les pays touchés par la calamité ou même profiter de la catastrophe pour satisfaire à ses fins politiques, sont des comportements qui ne peuvent qu'empirer la situation. Il en va de même du changement climatique où les résultats découlent de la responsabilité de l'ensemble de l'humanité.

LA DELOCALISATION N'EST PAS REALISABLE EN COURT TERME

Centre mondial de l'industrie manufacturière, la Chine détient depuis longtemps une position supérieure dans la chaîne industrielle mondiale: la délocalisation va coûter trop cher et n'est donc pas réalisable sur un court terme. Les pêcheurs nouvelle-zélandais sont obligés de lâcher des centaines de tonnes de langoustes dans l'océan parce que le marché chinois des fruits de mer s'est considérablement réduit suite à l'éclatement de l'épidémie. En raison de la prolongation des vacances dans les usines de Chine, l'industrie automobile du monde se heurte à une pénurie de pièces détachées.

En 2009, Henry Paulson, l'ancien secrétaire américain au trésor avait mis en garde contre la logique de la rupture. Comment pourrions-nous faire face à nos ennemis communs-la prolifération nucléaire, le changement climatique, les pandémies et autres menaces? s'était-il interrogé.

Cette épidémie a ouvert nos yeux sur une réalité. Dans ce monde où l'on partage une même destinée, aucun pays n'est capable de répondre seul aux défis, aucun pays ne peut prétendre vivre dans un vase clos, dans une situation d'isolement.

LA CHINE BENEFICIE DE L'ACCOMPAGNEMENT DE NOMBREUX PAYS

Plus de 160 pays et organisations internationales ont exprimé leur sympathie et soutien à la Chine. Les gouvernements et les peuples de plusieurs dizaines de pays ont accordé des soutiens à la Chine. Il faut noter que les propos inappropriés de certains politiciens américains n'ont pas eu raison de la Chine. Différents milieux aux Etats-Unis ont démontré leur sympathie envers la Chine.

"Ayant de profonds liens économiques avec la Chine, des transnationales basées aux Etats-Unis sont motivées pour faire des dons à la Chine", a avoué Stephen A. Orlins, président du National Committee on United States-China Relations. La Bill & Melinda Gates Foundation a annoncé quant à elle un don de 100 millions de dollars destiné à lutter contre la pneumonie du nouveau coronavirus. La société Boeing a donné 250.000 masques de protection…

L'épidémie n'a pas de frontière. La rupture est contreproductive. Unité et coopération pour rejeter préjugés et haines. La victoire de l'humanité sera nôtre demain. CMG
Relever le défi par le multilatéralisme et la coopération
vendredi 21 février 2020

L'épidémie de COVID-19 qui a surgi brusquement rappelle au monde que dans cette époque caractérisée par la coexistence des sujets de la sécurité (...)
lire la suite
Que signifie le dernier avis de l’OMS qui ne relèvera pas le niveau de risque de l’épidémie ?
vendredi 21 février 2020

Le 17 février, l'Organisation mondiale de la santé a tenu une conférence de presse à Genève pour présenter la dernière situation de l'épidémie de (...)
lire la suite
AVIS A MANIFESTATION D’INTERET
vendredi 21 février 2020

N° avis : 001/FSRDC/PPA-PIP/CG/02/2020 Pays : République Démocratique du Congo (...)
lire la suite
Avis d’Appel d’Offres International (AAOI)
vendredi 21 février 2020

" Programme d'Appui aux Pôles d'Approvisionnement de Kinshasa en Produits Vivriers et Maraîchers - PAPAKIN " Don FIDA N°G - I - DSF - 8105 - ZR (...)
lire la suite
Cavusoglu pointe du doigt les motifs racistes de la fusillade perpétrée mercredi soir en Allemagne
vendredi 21 février 2020

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu pointe du doigt les motifs racistes de la fusillade perpétrée mercredi soir en Allemagne. (...)
lire la suite
Cavusoglu : "Nous n’avons pas encore noté les progrès souhaités avec Moscou au sujet de la Syrie"
vendredi 21 février 2020

Le chef de la diplomatie Mevlut Cavusoglu s'est exprimé au sujet de l'agressivité croissante du régime Assad en Syrie. Lors d'un reportage accordé (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting