Dernière minute :

Compromis à…l’africaine
jeudi 22 août 2019

Happy end à Khartoum ! Représentants des forces vives et hauts gradés soudanais ont fini par trouver un modus vivendi. Le Conseil souverain, instance dirigeante de la transition a été mise en place hier.

Commence une gestion consensuelle du pays pendant 39 mois avec à la clé le retour à un régime issu du suffrage universel. Personne ne saurait verser la moindre larme sur la dernière pelletée de terre jetée sur la tombe du pouvoir défait et défunt d'Omar El Béchir.

Mais, le plus important est cette capacité des Soudanais à générer -avec le concours des pays africains- une solution qui tienne compte de leurs propres réalités. Il était plus que temps.

Les solutions " clé en main ", importées ou plus exactement imposées de l'extérieur ayant montré à quel point elles étaient contreproductives. Voire nocives. Un peu à la manière du médicament qui s'avère plus dangereux que la maladie qu'il est censé guérir.

Le Soudan démembré -en 2011- n'en a pas encore fini de solder les comptes d'une partition scénarisée par ceux dont les objectifs étaient davantage géostratégiques, affairistes -l'odeur du pétrole-que liés au principe d'autodétermination. Depuis, les Soudanais du sud s'entredéchirent plus qu'ils ne construisent leur pays.

Les Africains ont encore frais dans leurs mémoires les avatars de ce qu'on a appelé " Printemps arabes " avec leur part d'ingérence extérieure. Un pays africain y a laissé sa peau. Peut-être même son âme. C'est la Libye. Ceux qui, en 2011, ont " miroité " la libération assortie de démocratie au peuple libyen se font discret.

En RDC, pays cobaye par excellence, les ingérences systémiques et systématiques fragilisent, voire infantilisent l'Etat congolais. Pour le coup, le concept " Etat bébé " utilisé par le sociologue rd congolais Emile Bongeli n'est pas emprunté.

Tout est fait pour maintenir le Congo-Kinshasa dans la "vocation " coloniale d'un vaste comptoir. Il est vrai que le gros de l'élite locale a été formatée dans le sens de l'extraversion.

Sans préjuger la suite des événements au Soudan ,le compromis intervenu à Khartoum est un exemple à suivre par les Africains. José NAWEJ
Une présence, un message
mardi 8 octobre 2019

Impossible de ne pas décrypter la présence de la speaker de la Chambre au Vatican à l'occasion de la création de Mgr Fridolin Ambongo comme (...)
lire la suite
Heureux qui comme Fatshi… ?
lundi 7 octobre 2019

Alors, devrions-nous entonner à la suite de Georges Brassens, "heureux qui comme Fatshi a fait un bon voyage? Devrions-nous fredonner la chanson (...)
lire la suite
Made in Zambia !
vendredi 4 octobre 2019

Que d'images, que de métaphores pour illustrer le contraste entre la pauvreté proverbiale du Congolais et les richesses dont regorgent son sol et (...)
lire la suite
Se donner les moyens de la gratuité
jeudi 3 octobre 2019

Ça a tout l'air d'un remède plus dangereux que le mal qu'il est censé guérir ! La gratuité de l'enseignement rime de plus en plus avec débrayage ou (...)
lire la suite
Budget : qui dit mieux ?
mercredi 2 octobre 2019

Tout ça pour ça ? Peut mieux faire. Un léger mieux. La plus belle femme ne peut donner que ce qu'elle a. Voilà résumée- avec le risque de caricaturer- (...)
lire la suite
Leçon dans l’hommage à Jacques Chirac
mardi 1er octobre 2019

Rideau sur les journées d'hommage à Jacques Chirac. Pays traversé par des contradictions idéologiques-pluralisme oblige-, la France a su parler le (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting