Dernière minute :

Halte à l’instrumentalisation de Ya Tshitshi
vendredi 31 mai 2019

Halte à la polémique stérile sur la hiérarchisation de nos héros. Haro sur l'instrumentalisation malsaine des obsèques amplement méritées d'Etienne Tshisekedi. La mémoire de ce grand homme mérite plutôt que le pays se serve de ses hauts faits d'armes pour écrire le nécessaire récit national.

Ce même exercice devant être fait sur la face reluisante de tous nos grands hommes et nos grandes dames. De Kimpa Vita, Simon Kimbangu… à Laurent-Désiré Kabila, en passant notamment par Patrice-Emery Lumumba, Kasa-Vubu. Que de héros avec, chacun, leur contribution particulière à ce qui devrait être le mythe fondateur de la Nation rd congolaise.

Le propre de grands pays, de nations majeures réside, en effet, dans leur capacité à asseoir un récit national. Ce, à partir d'un ou plusieurs hommes d'exception susceptible d'alimenter, d'incarner le mythe fondateur.

Quand la Chine plurimillénaire remet constamment à l'ordre et au goût du jour Confucius et expose le portrait de Mao place Tienanmen au coeur de Pékin, cela procède du souci d'entretenir la flamme du récit national. Quand la Russie post-soviétique reprend à son compte une partie de la tradition tsariste et des pans de la success story militaire de l'URSS de Lénine, elle se fait fort de s'inscrire dans une lignée de puissance.

Lorsque la vieille France invoque Jeanne d'Arc et évoque le Général De Gaule, il ne s'agit de rien d'autre que de rattacher la nation hexagonale à ces deux grandes figures tutélaires. Idem pour la Turquie, digne héritière de l'Empire Ottoman qui s'est réinventée au seuil des années 1920 avec Gazi Mustafa Kemal dit Atatürk.

En Afrique, de rares Etats-nations comme le Maroc ou encore l'Ethiopie s'abreuvent aux sources de de leur passé glorieux pour gérer le présent et forger l'avenir. Pratiquement six décennies après l'indépendance, l'heure a donc sonné pour que la RDC fasse de ses nombreux héros et autres figures emblématiques de piliers de son nécessaire récit national.

Sans annuler et moins encore annihiler ses devanciers, Etienne Tshisekedi vient enrichir le Panthéon congolais. A nous d'en faire un meilleur usage possible dans l'optique du récit national. Notre destin de grandeur en dépend. José NAWEJ
A l’heure des "Amis de Fatshi"
vendredi 14 juin 2019

Des fans clubs pro Fatshi? Ça pousse comme des champignons. Chaque jour qui passe voit un ou un groupe de compatriotes se signaler avec une (...)
lire la suite
Assumer et s’assumer
jeudi 13 juin 2019

Au bord de ce que Charles de Gaulle appelait "la chienlit" ? En tout cas, les prémices s'amoncellent. Violences sur fond d'autodafé à Kinshasa. (...)
lire la suite
Postes régaliens et juteux : ça cale
mercredi 12 juin 2019

Toujours pas de Gouvernement. Bien malin qui pourra dire à quand cette autre fumée blanche. Là n'est assurément pas le principal. Le fond du (...)
lire la suite
FCC-CACH, Lamuka, difficile d’y voir clair !
mardi 11 juin 2019

Qui est qui et qui joue quel rôle correspondant à quel statut ? Ce n'est pas une thèse de doctorat, bien que nous soyons dans la république des (...)
lire la suite
Coalition : drôle de mode d’emploi
lundi 10 juin 2019

A propos du clash survenu, vendredi dernier, à la Chambre, la question n'est pas tant de savoir qui a raison et qui a tort. Le comble - pour le (...)
lire la suite
Soudain, N’Sele redevient la porte à côté !
vendredi 7 juin 2019

A chaque Président son antre. Cela n'a échappé à personne que le Palais de la Nation, saint des saints du pouvoir rd congolais sous Kabila père et (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting