Dernière minute :
DROITS DE L’HOMME EN RDC
Le carton jaune de l’Union européenne
mercredi 9 mars 2016

*Dans une déclaration, les 28 se disent préoccupés par le rapport faisant état d'actes de harcèlements et intimidations en nombre croissant visant des responsables politiques, des membres de la société civile et des médias. {{Les Occidentaux montent sur leurs grands chevaux. Ils sont déterminés à multiplier des pressions sur le pouvoir de Kinshasa pour obtenir des élections - surtout législatives et présidentielle - dans les délais constitutionnels en 2016. Après Ban Ki-moon (le Secrétaire général des Nations unies), Thomas Periello (l'Envoyé spécial des Etats-Unis pour la région des Grands Lacs), Didier Reynders (le ministre belge des Affaires étrangères), Nick Hurd (le Ministre britannique pour l'Afrique), l'Union européenne monte au créneau pour décrier ce qu'elle qualifie ''d'actes de harcèlements et intimidations en nombre croissant visant des responsables politiques, des membres de la société civile et des médias''.}} Les représentants locaux de l'Union européenne ont profité de la journée du 8 mars pour diffuser leur déclaration relative ''aux rapports sans cesse croissants'' sur les violations des droits de l'homme. Ces prises de position, qui se relayent au fil de jours, ont pratiquement toutes comme point d'orgue le respect des droits de l'homme. Un refrain que ces occidentaux brandissent en chœur ''pour faire chanter les autorités de Kinshasa'', commentent certains observateurs. Sur ce point précis, les puissances occidentales se veulent solidaires, comme le soulignent d'ailleurs les signataires du communiqué diffusé hier : "La Délégation de l'Union européenne publie cette déclaration en accord avec les Chefs de mission des pays membres de l'Union européenne en République démocratique du Congo". {{APPEL A LA LIBERTE D'EXPRESSION}} "En cette période préélectorale, le respect des droits de l'Homme et des libertés civiles est crucial afin de permettre des élections transparentes, apaisées et crédibles, notent les signataires du communiqué. L'appel au dialogue politique doit nécessairement aller de pair avec le droit de tous de s'exprimer librement". "Dans cette perspective, poursuit la Déclaration, l'Union européenne considère fondamentale la tâche de la MONUSCO, de constater et de dénoncer les violations des droits de l'Homme en application du mandat de la résolution 2211 du Conseil de sécurité. À cet égard, l'Union européenne est préoccupée par les rapports faisant état d'actes de harcèlements et intimidations en nombre croissant visant des responsables politiques, des membres de la société civile et des médias". Pour ce faire, l'Union européenne affirme qu'elle continuera ''de soutenir la réforme de la justice à travers son programme, afin de garantir à tous les Congolais un accès indiscriminé à une justice impartiale qui retrouve la confiance des justiciables, conformément aux lois et à la Constitution''. Ci-dessous l'intégralité de la Déclaration de l'Union européenne.{{FDA}} {{Déclaration locale de l'Union européenne (8 mars 2016)}} {{La Délégation de l'Union européenne publie cette déclaration en accord avec les Chefs de mission des pays membres de l'Union européenne en République démocratique du Congo.}} En cette période préélectorale, le respect des droits de l'Homme et des libertés civiles est crucial afin de permettre des élections transparentes, apaisées et crédibles. L'appel au dialogue politique doit nécessairement aller de pair avec le droit de tous de s'exprimer librement. L'UE souligne l'importance pour le gouvernement de la RDC de respecter ses engagements dans ce domaine conformément à la Constitution et aux accords que la République démocratique du Congo a ratifiés, y inclus l'accord de Cotonou. Dans cette perspective, l'Union européenne considère fondamentale la tâche de la MONUSCO, de constater et de dénoncer les violations des droits de l'Homme en application du mandat de la résolution 2211 du Conseil de sécurité. À cet égard, l'Union européenne est préoccupée par les rapports faisant état d'actes de harcèlements et intimidations en nombre croissant visant des responsables politiques, des membres de la société civile et des médias. L'Union européenne continuera de soutenir la réforme de la justice à travers son programme afin de garantir à tous les congolais un accès indiscriminé à une justice impartiale qui retrouve la confiance des justiciables, conformément aux lois et à la Constitution.
La Justice congolaise à la barre !
lundi 25 mai 2020

* C'est dans cette ambiance politico-judiciaire tendue que se poursuit ce lundi le procès Kamerhe. Après l'arrestation du député national (...)
lire la suite
Ogefrem : le DG Patient Sayiba victime d’une "machination"
vendredi 22 mai 2020

(Par Madison Mutayi, Analyste Managérial et économique) Le Directeur Général Patient Sayiba est, depuis un certain temps, la cible d’une campagne (...)
lire la suite
Le rapport du GEC sur l’affaire Kamerhe n’est pas neutre
jeudi 21 mai 2020

* Dans une analyse intitulée "Devoir de justice", Dieudonné Mushagalusa dénonce les insinuations tendancieuses contenues dans l'étude du Groupe basé (...)
lire la suite
Le VPM Célestin Tunda déclare la guerre aux cybercriminels
mercredi 20 mai 2020

* Dans un communiqué, le patron de la Justice congolaise invite les institutions de l’Etat à ne préposer que des personnes de bonne moralité au (...)
lire la suite
Soupçons de marchandisation des morts attribués au Covid-19 : vivement l’enquête !
mardi 19 mai 2020

* La crédibilité de la RDC étant mise en jeu, le Gouvernement appelé à tirer cette affaire au clair. Dans son édition d'hier lundi 18 mai, Forum des (...)
lire la suite
Guy Loando assiste 1.000 étudiants de Kinshasa
lundi 18 mai 2020

Depuis la crise sanitaire mondiale qui touche notre pays, Guy Loando se mobilise pour aider les plus fragiles de ses compatriotes, directement (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting