PORTRAIT
Joëlle Bile : Le parcours de la première éditrice d’un magazine chrétien en RDC
mardi 12 janvier 2016

Audacieuse, subtile, entreprenante, Joëlle Bile Schetter est fière d’être la première femme à avoir lancé, en 2010, le tout premier magazine chrétien de la RDC. A la tête de l’Agence F4, un cabinet d’accompagnement en Communication et Relations Publiques, cette journaliste de formation est aujourd’hui Vice-Présidente de la Commission Nationale des Femmes Entrepreneures (CNFE) et, depuis novembre 2014, Secrétaire Générale du FEMCOM, la branche féminine du Comesa en RDC.

Quadragénaire, mariée et mère de quatre enfants, Joëlle Bile Schetter a de quoi se vanter d’un parcours élogieux. Ce qu’elle ne veut du tout pas faire. Se voulant plutôt modeste, elle attribue à Dieu ses succès, son élévation, misant davantage sur sa foi chrétienne. Un atout qui la stimule à canaliser toute son énergie dans l’effort, le travail, la rigueur, la discipline, l’honnêtété… Même si elle est convaincue que la perfection n’est pas de ce monde.
Mais comment émerger dans une société à majorité féminine sans pouvoir bénéficier d’une formation adéquate ? C’est dans cette optique que Joëlle Bile avait jugé nécessaire de se plonger à fond dans les études pour arriver notamment à réaliser ses rêves : être journaliste, voire communicatrice de talent... susceptible d’influer positivement sur son environnement.

FORMER POUR COMMUNIQUER
"J’ai commencé mes études en communication à Kinshasa, nous confie-t-elle. Pendant deux ans, j’ai étudié à l’Institut des Sciences et Techniques de l’Information (ISTI), de l’époque. L’école qui est devenue aujourd’hui l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (IFASIC). L’établissement qui m’a donné envie de faire ce métier".
"Après avoir été, en 1997, la plus jeune présentatrice du journal télévisé sur la chaîne nationale de la RDC (RTNC), je décide de parfaire mes études en Communication & Journalisme en France, précise Joëlle Bile. Je suis en fait allée poursuivre mes études à l’Université Bernard Jucie, à Versailles, où j’ai obtenu mon diplôme, bénéficiant par ailleurs des stages de perfectionnement à la Radio Télévision Belge Francophone (RTBF)".
"Ainsi, en 2001, poursuit-t-elle, vient le décollage dans la profession : RFI, TV5, CFI, le magazine l’Autre Afrique… où, en tant que pigiste, je me suis fait la main en découvrant divers horizons et en rencontrant plusieurs personnalités… Ce qui a ravivé ma passion pour ce métier".

DE L’HUMANITAIRE AU COMMERCIAL
Fin 2004, Joëlle Bile retourne au pays par la voie des Nations Unies où sa position de ’’Reporting Assistant’’ la place, indirectement, au chevet de Congolaises. "Car, argumente-t-elle, c’est entre autres mes rapports au Bureau Régional du Programme Alimentaire Mondial (PAM) qui permettent d’assurer le maintien des allocations alimentaires aux femmes victimes de violences sexuelles de l’est de la RDC".
"Ce drame congolais finit par avoir raison de moi et je démissionne", confesse l’humanitaire d’alors, qui change aussitôt de fusil d’épaule et opte désormais pour une entreprise commerciale. "Celtel - aujourd’hui Airtel - m’engage comme chargée de communication et des actions sociales. Là encore, la cause des femmes et des enfants demeure mon cheval de bataille : des actions vis-à-vis des femmes en prison, des dons de couveuses dans les maternités, les réhabilitations des écoles…", raconte-t-elle.

DANS LA PEAU DE L’ENTREPRENEUR…
"En 2008, indique Joëlle Bile , après avoir tout donné pour mes employeurs, je décide de monter ma propre structure : l’Agence F4, un cabinet d’accompagnement en Communication et Relations Publiques… Et en avril 2010, je lance le premier numéro de ’’Spirituellement votre’’, le tout premier magazine chrétien du pays, imprimé en dehors de la RDC".
Désormais chef d’entreprise, Joëlle Bile s’affilie à la Fédération des Entrepreneurs du Congo (FEC), puis intègre la Commission Nationale des Femmes Entrepreneures (CNFE). Elle est aussitôt désignée Vice-Présidente en charge de plusieurs Comités professionnels, dont l’agriculture, la pêche et l’élevage, ainsi que les associations féminines et l’Intégration Régionale.
"Dans ce cadre, souligne-t-elle, j’ai été désignée Coordonatrice de la plateforme Secteur Privé pour le Comesa par le ministère congolais de la Coopération Régionale et, depuis novembre 2014, je suis la Secrétaire Générale du FEMCOM, branche féminine du Comesa en RDC. A ce titre, j’organise des séances de travail en vue d’établir des recommandations en matière de Commerce et Industrie au profit des dirigeants de l’Etat ainsi qu’aux acteurs économiques".

"IL Y A DE L’EQUILIBRE DANS TOUT CE QUE JE FAIS"
Grâce à ses talents de communicatrice, doublée d’atouts de pédagogue, Joëlle Bile devient formatrice Nationale du programme ACCES, un outil de l’ITC (Centre de Commerce International) pour aider les femmes à mieux gérer leur business afin qu’elles accèdent à l’exportation de leurs produits et services.
"Ce statut, reconnait-elle, m’a permis de faire le tour de toute la RDC, à la rencontre des femmes. Sur mon parcours, j’encadre des groupes de personnalités sur des modules de formation, allant du management au leadership".
C’est dans ce contexte que le Forum Cran Montana a nominé Joëlle Bile ’’nouveau leader du futur’’ en juin 2014 au Maroc. "Cela me motive, dit-elle, à faire davantage de conférences, de séminaires et d’actions au profit des jeunes pour les encourager à exceller dans leurs domaines de prédilection".
Entrepreneure, formatrice, communicatrice, Joëlle Bile tâche de jouer au funambule pour arriver à tout coordonner. "Pour la réussite de toutes ces casquettes qui, pour la plupart, sont bénévoles, il faut de l’organisation, de la discipline et de l’empathie, estime Joëlle Bile. Ma vie privée n’en souffre nullement, car il y a de l’équilibre dans tout ce que je fais".

"DIEU EST MON PATRON ET MON PREMIER CLIENT"

Pour être au top dans ce milieu hyper concurrentiel, en plus de la compétence, il faut y rajouter une bonne dose de d’intimité avec Dieu, assure l’éditrice de ’’Spirituellement vôtre’’. "Ma relation particulière avec mon Créateur me donne une confiance absolue dans tout ce que j’entreprends, car je ne fais rien sans son conseil", argumente-t-elle.
"Dieu est mon Patron et mon premier Client, confesse Joëlle Bile. Ainsi, je me plie à quatre pour répondre à ses désideratas et lorsqu’Il m’intime l’ordre de ne pas faire quelque chose. Ce n’est pas simple tous les jours, car, aux yeux des hommes, on peut passer pour une ’’has been’’, un ’’vieux jeu’’, ’’pas tendance’’… Mais, dans tous les aspects de ma vie, je veux que la Gloire lui soit rendue à travers ma fidélité à son égard".

"LE MAGAZINE, UNE DE MES PLUS GRANDES REUSSITES"
Le magazine ’’Spirituellement vôtre’’ est né dans cette optique. "On est tous conscient aujourd’hui que la société congolaise est minée par des antivaleurs, nous confie l’éditrice. Je voudrais donc, à travers ce magazine, briser l’élan à ces antivaleurs en me référant simplement à la Parole de Dieu. Qu’on soit catholique, protestant ou pas, on est tout de même conscient que la corruption, la prostitution… rongent notre pays et prennent des proportions considérables".
Traitant des questions essentielles de l’être humain, ’’Spirituellement Vôtre’’ promeut, selon sa promotrice, les valeurs nobles et authentiques, le savoir-vivre, l’éthique, le civisme, les bonnes manières… et contribue ainsi à faire prendre conscience à la jeune génération des vices qu’il faut abandonner. "Mais, insiste-t-elle, ce n’est qu’une toute petite contribution, car il s’agit d’un combat que toute la nation doit mener, surtout au sommet de l’Etat pour que les mentalités et paradigmes des Congolais changent".
Aujourd’hui, Joëlle Bile est convaincue que la publication de ce magazine socio-culturel est l’une de ses plus grandes réussites, étant ’’le premier du genre en Afrique francophone’’. Le succès de ce projet lui rappelle son mentor Oprah Winfrey. "S’il y a une femme des médias qui a réussi tout ce qu’elle a entrepris (talk-shows, magazines, films…), c’est bien elle. Elle m’a quelque part inspirée. Je crois même à présent qu’il est possible de faire encore mieux qu’elle", clame l’initiatrice de ’’Spirituellement vôtre’’.

TENIR TETE FACE A L’ADVERSITE
Soucieuse de sortir de sentiers battus, Joëlle Bile est déterminée à réaliser des choses ’’pas uniquement dans un but mercantile et purement commercial’’. "Je voulais, renchérit-elle, être libre de travailler pour des projets dépourvus du ’’politiquement correct’’. Et le fait qu’un de mes concepts fut dénaturé de son aspect humain par mon employeur m’a poussée à travailler désormais selon mes propres critères".
Femme, Joëlle Bile voudrait se distinguer par la rigueur et la discipline. "Lorsqu’on les incarne en tant que femme et entrepreneure de surcroît, il faut user d’autres atouts : la diplomatie, la finesse… pour échapper aux crocs des prédateurs qui, contrairement à ce que l’on peut penser, ne sont pas toujours de sexe masculin. Car, lorsqu’on parle pour une femme de difficultés rencontrées en business, on voit d’emblée le harcèlement sexuel, la corruption à laquelle il faut faire face. Mais, la jalousie et la méchanceté, doublées de coups bas de nos consoeurs, peuvent sérieusement venir à bout d’une femme entrepreneure. Il faut donc garder le cap quoiqu’il en soit !".
"On a tous, à un moment donné, envie d’arrêter face à la concurrence et à l’adversité, révèle la Vice-Présidente de la CNFE. Mais, arrêter pour s’arrêter de rêver est pour moi une triste fin. Je continue de développer ma spécificité afin de prendre une longueur d’avance et toujours me maintenir la tête hors de l’eau, même si je bois des tasses de temps en temps".

LE PRIX D’UN TRAVAIL BIEN FAIT
Désireuse de rester tenace malgré l’adversité, Joëlle Bile est aujourd’hui d’avis que la persévérance paie. Que le travail bien fait vaut de l’or. Pour preuve ? "Un seul marché bien exécuté au niveau de la Présidence de la République a suffi pour me donner du crédit aux yeux de beaucoup", avoue-t-elle.
"Par ailleurs, se réjouit la patronne de ’’F4’’, j’ai vu le motif d’un pagne dessiné par mon agence retenu pour le Sommet de la SADC à Kinshasa en 2009. Tous les Chefs d’Etat et leurs épouses ainsi que d’autres personnalités l’avaient apprécié et porté pour la grande cérémonie, au point que j’ai été contactée par la FNB (banque sud-africaine) pour dessiner le motif de l’imprimé qui fut distribué aux clients Corporate de cette banque lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Quelle fierté !".
A LA TETE D’UN MEDIA A PORTEE INTERNATIONALE
Face à ces succès, Joëlle Bile voudrait étendre davantage les activités de son agence afin que son expertise en Communication se matérialise par la diversité et l’excellence dans sa profession… "Une occasion pour moi, non pas de m’enorgueillir, mais de donner plus de voix aux femmes, aux démunies, aux jeunes, aux succes stories... pour donner plus de vie à l’Afrique", espère-t-elle.
Confiant en l’avenir, la nominée du prix ’’nouveau leader du futur’’ se voit dans cinq ans, c’est-à-dire en 2020, responsable d’un grand média à portée internationale. "Dans un univers où, souligne-t-elle, la promotion de la diversité dans les affaires passe par une bonne communication qui rendra visible les produits et services ainsi que leurs producteurs et consommateurs".
"Dans cette optique futuriste, pense Joëlle Bile, l’Afrique d’il y a 20 ans n’a rien à voir avec celle de 2015 et cela, grâce au développement des femmes. Oui, l’histoire africaine s’écrira par des Africaines fortes, confiantes en elles, soudées et pleines de talents et de compétences. Yes, we can !". Yves KALIKAT

Communiqué de Rawbank
vendredi 14 décembre 2018


lire la suite
Les activités phares de 2019 identifiées
vendredi 14 décembre 2018

Au terme de deux jours de travaux sur la revue annuelle 2018 du programme de coopération entre la RDC et l’UNFPA, les participants ont identifié (...)
lire la suite
Le Japon partage l’expérience de son administration publique aux futurs cadres congolais
vendredi 14 décembre 2018

L’Ambassade du Japon en RDC a organisé la première d’une série de quatre séminaires sur le Japon à l’École Nationale d’Administration (ENA). Cette (...)
lire la suite
Kasaï : plus de 20.000 enfants arrivés d’Angola vaccinés et de la population locale en une semaine
vendredi 14 décembre 2018

Médecins Sans Frontières (MSF) étend son soutien aux ressortissants congolais débarqués d’Angola à toute la population du Kasaï à travers une campagne (...)
lire la suite
Des journalistes kinois s’impliquent dans la vulgarisation du Protocole de Maputo
jeudi 13 décembre 2018

Des professionnels des médias de Kinshasa s’impliquent dans la vulgarisation du protocole de Maputo. C’est l’une des conclusions de l’atelier de (...)
lire la suite
Le Gouvernement et l’UNFPA évaluent leur programme de coopération
jeudi 13 décembre 2018

Le Gouvernement congolais et l’UNFPA évaluent leur programme de coopération depuis hier mercredi à Kinshasa. Cet atelier de la Revue annuelle du (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting