APRES LA MORT DE DEUX DE SES ELEMENTS A BENI
La Monusco décide de passer à l’offensive
jeudi 7 mai 2015

* Fallait-il que deux casques bleus succombent pour que la mission onusienne amorce "une action très forte" contre les rebelles des ADF ?
Enfin, la Monusco décide de passer à l’offensive à Beni. Si la mission onusienne s’est résolue d’agir, ce n’est pas de, prime abord, pour protéger plus des civils, mais, parce que deux de ses éléments ont été tués. En fait, il s’agit d’une réaction aux attaques de ceux qui ont mis fin à la vie de deux casques bleus tanzaniens. C’est pour cette raison que le Général Santos Cruz, commandant de la force de la Monusco, s’est rendu hier matin sur le lieu de l’attaque.

On comprend, dès lors, pourquoi le commandant de la force onusienne parle de mouvement terroriste pour désigner les rebelles des ADF, les mêmes accusés de plusieurs massacres de la population civile à Beni, au Nord-Kivu. Pour la circonstance, le Général Santos Cruz s’est fait accompagner du commandant de la brigade d’intervention sur l’axe Kisiki-Mayibo, lieu de l’attaque du contingent tanzanien.

UNE ACTION TRES FORTE POUR NEUTRALISER LES ADF
Face à la mort de ses deux éléments, le commandant de la force de la Monusco décide de passer à l’offensive. "Il est nécessaire d’agir immédiatement et de mener une action très forte pour neutraliser les rebelles des ADF, considérés comme un mouvement terroriste", a-t-il déclaré hier à Beni suite à l’attaque armée qui a coûté la vie à deux casques bleus tanzaniens dans cette région. Il a même promis d’utiliser " tous les moyens pour éliminer" ces rebelles ougandais.
" Le Gouvernement congolais prend au sérieux ce qui se passe au Nord-Kivu et ne va pas se limiter à dénoncer ", a quant à lui, déclaré le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku. Mais, prudent, il estime prématuré, au stade actuel, de désigner les auteurs des attaques contre le personnel des Nations unies à Beni. Il déclare justement être venu à Beni pour évaluer la situation et s’y pencher avec le patron de la Monusco, Martin Kobler, attendu à Beni.

DES SOUPÇONS QUI CONFIRMENT LE CRI D’ALARME DE LA SOCIETE CIVILE
"Lorsque j’avais dénoncé l’incursion des forces armées rwandaises sur le sol congolais, la société civile avait aussi dénoncé quelques incursions des éléments non autrement identifiés sur le sol de Beni. Et nous pensons que cela risque de se confirmer, avec ces attaques qui viennent d’avoir lieu sur nos positions à l’arme lourde, qui sont différentes des attaques à la machette habituellement enregistrées dans la région", explique le gouverneur du Nord-Kivu.
Commandant adjoint de la force de la Monusco, le Général Jean Baillot a indiqué hier à Kinshasa que deux civils ont également trouvé la mort lors de cette embuscade. En outre, confirme-t-il, les six casques bleus, portés disparus après cette attaque, sont finalement vivants. La situation est donc très préoccupante dans le territoire de Beni, comme on l’a toujours pensé depuis des massacres enregistrés contre la population civile.
FALLAIT-IL ATTENDRE LA MORT DE DEUX CASQUES BLEUS POUR SE DECIDER ?
Nombre d’observateurs, quoi que s’expliquant la décision du commandant de la force de la Monusco d’en finir avec les rebelles ADF, se demandent s’il fallait vraiment que les deux casques bleus tanzaniens trouvent la mort afin que la Monusco comprennent qu’il s’agissait d’un mouvement terroriste. Car, on n’avait pas du tout enregistré une telle réaction lorsque les civils étaient massacrés à Beni. Pourtant, là aussi, on parlait bien des rebelles ADF.
Sinon, qu’est-ce qui avait poussé la population de Beni à se révolter à l’époque contre la Monusco ? Le terrorisme des ADF ne date donc pas de l’assassinat de deux casques bleus tanzaniens.
Mais, malheureusement, la mission onusienne ne semble le comprendre que lors de la perte de deux de ses éléments. Maintenant qu’elle a pris la mesure de la situation, la Monusco ferait mieux de contribuer efficacement à l’éradication de cette force négative. M. M.

Une réunion d’évaluation du processus électoral...
vendredi 18 août 2017

Une réunion d’évaluation du processus électoral est prévue dans les tout prochains jours à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï central. (...)
lire la suite
Félix Tshisekedi, pas demandeur !
jeudi 17 août 2017

* Fatshi ne jure, cependant, que sur l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre qui prévoit le délai de la tenue effective des élections. (...)
lire la suite
Le CNSA divise le Front pour le respect de la Constitution
mercredi 16 août 2017

* Considérant l’adhésion d’une aile du Front à l’institution citoyenne pilotée par Olenghankoy, comme l’œuvre des quémandeurs de postes, le reste de la (...)
lire la suite
CNSA : vivement la loi organique
mardi 15 août 2017

Il ne reste plus que quatre mois. Quatre mois pour arriver au terme des échéances électorales, prévues par l’Accord de la Saint Sylvestre, signé en (...)
lire la suite
Edem Kodjo : une présence qui relance les supputations
lundi 14 août 2017

* Que cache la visite à Kinshasa de l’officiant principal des négociations de la Cité de l’Union africaine ? Ça se chuchotait en haut lieu tout au (...)
lire la suite
Après Katumbi, est-ce le tour du fils Dokolo ?
vendredi 11 août 2017

*Le lancement de son mouvement citoyen hier jeudi pousse nombre d’observateurs à s’interroger sur les ambitions du gendre du président angolais. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting