RETOMBEES DE LA BAISSE SENSIBLE DES RECETTES EN RDC
Matata décrète la « rigueur »
mercredi 29 avril 2015

* Désormais, toutes les dépenses, en dehors de celles relatives aux rémunérations
et au fonctionnement, sont soumises à l’appréciation du Premier ministre
.
" Aux grands maux, de grands remèdes, dit-on ". C’est ce que devront, désormais, expérimenter les membres du Gouvernement au terme des mesures de restrictions financières imposées par le Premier ministre Augustin Matata Ponyo. Car, toutes les dépenses, en dehors de celles relatives aux rémunérations et au fonctionnement, sont soumises à l’appréciation du Premier ministre et devront obtenir préalablement son aval.
Voilà qui ressort de la dernière décision du chef du Gouvernement congolais dans sa circulaire du 20 avril 2015 adressée aux membres de son équipe. Ce qui fait dire à certains observateurs que Matata Ponyo vient de " verrouiller " financièrement ses ministres. Cette mesure constitue, sans nul doute, une pilule amère pour les vice-Premiers ministres, ministres d’Etat, ministres et vice-ministres du Gouvernement de cohésion nationale.

A LA BASE, UNE BAISSE SENSIBLE DES RECETTES
Mais, qu’est-ce qui justifie donc cette mesure ? Cette décision, indique-t-on, est consécutive aux évolutions récentes de l’économie mondiale ainsi que certains facteurs conjoncturels endogènes qui, aux dires du Premier ministre Augustin Matata Ponyo Mapon, ont entraîné une baisse sensible de recettes. Car, face à cette situation, conformément à la législation en matière des finances, il est du devoir du Gouvernement d’ajuster ses dépenses et d’observer également avec rigueur l’affectation et l’utilisation des ressources disponibles.
Voilà pourquoi, le chef du Gouvernement congolais a été amené à imposer des mesures de restrictions financières à tous les membres de son cabinet. C’est de la sorte que, désormais, toutes les dépenses, en dehors de celles relatives aux rémunérations et fonctionnement, sont soumises à l’appréciation du Premier ministre et devront obtenir préalablement son aval. Les ministres, en d’autres termes, n’ont plus le droit d’engager des dépenses non prises en compte dans le budget de fonctionnement de leurs cabinets respectifs, "sauf en cas d’autorisation expresse du Premier ministre."

UN DEFICIT ATTRIBUE A LA PAIE ET AUX TRANSFERTS EN PROVINCES
D’ailleurs, le compte-rendu de la dernière réunion de la troïka stratégique du Gouvernement du 20 avril dernier avait déjà laissé entendre la situation que traverse actuellement la RDC. Car, le solde des opérations financières de l’Etat, au 17 avril 2015, était déficitaire d’un montant de 107,27 milliards de Francs congolais, consécutif aux recettes de 130,87 milliards Francs (30% de réalisation), et de dépenses de 238,14 milliards de francs (58% d’exécution).
Une situation attribuée pour l’essentiel à la paie et aux transferts en provinces exécutés respectivement à 91% et 106%.
Raison pour laquelle, en attendant le probable rééquilibrage budgétaire, Augustin Matata Ponyo a instruit le ministre d’Etat chargé du Budget et le ministre des Finances de veiller, dans l’exercice de leurs prérogatives en matière d’exécution des dépenses, au respect de ces directives. Le chef du Gouvernement tient donc à redresser la situation.

MOBILISER DES MOYENS POUR DE NOUVELLES STRUCTURES ET ENTITES
En dehors des dépenses ordinaires, le Gouvernement doit mobiliser des moyens nécessaires à la mise en place et à l’installation de nouvelles structures et entités tout comme aux prochaines échéances politiques. Comme on le sait, de nouvelles provinces doivent voir le jour. Ce qui sous-entend de nouveaux bâtiments devant abriter les nouvelles institutions et des frais d’installation des animateurs de des entités. Apparemment, la baisse des recettes ne facilite pas du tout les choses. M. M.

Le FCC en meeting à Tata Raphaël le samedi 27 octobre
lundi 22 octobre 2018

*Rassuré par les « réponses techniques crédibles » de la CENI au sujet de la machine à voter et des électeurs sans empreintes digitales, Néhémie (...)
lire la suite
Controverse autour du contrôle parlementaire
vendredi 19 octobre 2018

*Face à cet exercice qui n’a rien produit tout au long de la législature, des voix s’élèvent pour appeler les députés à placer le curseur sur les (...)
lire la suite
Kinshasa s’interroge sur les motivations des autorités angolaises
jeudi 18 octobre 2018

Quarante-huit heures après le Conseil des ministres, dirigé par le président de la République, le Vice-premier ministre en charge des Affaires (...)
lire la suite
Expulsés d’Angola : Le gouvernement actionne le Fonds spécial d’assistance humanitaire
mercredi 17 octobre 2018

Le gouvernement va porter assistance aux ressortissants congolais expulsés sans façon d’Angola. La décision a été prise au cours de la dix-huitième (...)
lire la suite
Ramaphosa : les dessous de l’annulation de sa venue à Kinshasa
mardi 16 octobre 2018

On l’attendait hier lundi 15 octobre à Kinshasa, mais l’attente a été longue et vaine. Annoncé au XIème Sommet de la Grande Commission mixte République (...)
lire la suite
Les impératifs sécuritaires sacrifiés !
lundi 15 octobre 2018

* Dès lors qu’il n’y a pas péril en la demeure et que le Parlement actuel est fin mandat, des analyses pensent que ce texte de loi devrait attendre (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Les signes d’un tournant

Serions-nous à la veille du grand tournant alors qu’approche inexorablement le jour " j " ? Très tentant de répondre par l’affirmative tant les prémices abondent. Signes d’un big bang ? Peut-être pas. (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting