RETOMBEES DE LA BAISSE SENSIBLE DES RECETTES EN RDC
Matata décrète la « rigueur »
mercredi 29 avril 2015

* Désormais, toutes les dépenses, en dehors de celles relatives aux rémunérations
et au fonctionnement, sont soumises à l’appréciation du Premier ministre
.
" Aux grands maux, de grands remèdes, dit-on ". C’est ce que devront, désormais, expérimenter les membres du Gouvernement au terme des mesures de restrictions financières imposées par le Premier ministre Augustin Matata Ponyo. Car, toutes les dépenses, en dehors de celles relatives aux rémunérations et au fonctionnement, sont soumises à l’appréciation du Premier ministre et devront obtenir préalablement son aval.
Voilà qui ressort de la dernière décision du chef du Gouvernement congolais dans sa circulaire du 20 avril 2015 adressée aux membres de son équipe. Ce qui fait dire à certains observateurs que Matata Ponyo vient de " verrouiller " financièrement ses ministres. Cette mesure constitue, sans nul doute, une pilule amère pour les vice-Premiers ministres, ministres d’Etat, ministres et vice-ministres du Gouvernement de cohésion nationale.

A LA BASE, UNE BAISSE SENSIBLE DES RECETTES
Mais, qu’est-ce qui justifie donc cette mesure ? Cette décision, indique-t-on, est consécutive aux évolutions récentes de l’économie mondiale ainsi que certains facteurs conjoncturels endogènes qui, aux dires du Premier ministre Augustin Matata Ponyo Mapon, ont entraîné une baisse sensible de recettes. Car, face à cette situation, conformément à la législation en matière des finances, il est du devoir du Gouvernement d’ajuster ses dépenses et d’observer également avec rigueur l’affectation et l’utilisation des ressources disponibles.
Voilà pourquoi, le chef du Gouvernement congolais a été amené à imposer des mesures de restrictions financières à tous les membres de son cabinet. C’est de la sorte que, désormais, toutes les dépenses, en dehors de celles relatives aux rémunérations et fonctionnement, sont soumises à l’appréciation du Premier ministre et devront obtenir préalablement son aval. Les ministres, en d’autres termes, n’ont plus le droit d’engager des dépenses non prises en compte dans le budget de fonctionnement de leurs cabinets respectifs, "sauf en cas d’autorisation expresse du Premier ministre."

UN DEFICIT ATTRIBUE A LA PAIE ET AUX TRANSFERTS EN PROVINCES
D’ailleurs, le compte-rendu de la dernière réunion de la troïka stratégique du Gouvernement du 20 avril dernier avait déjà laissé entendre la situation que traverse actuellement la RDC. Car, le solde des opérations financières de l’Etat, au 17 avril 2015, était déficitaire d’un montant de 107,27 milliards de Francs congolais, consécutif aux recettes de 130,87 milliards Francs (30% de réalisation), et de dépenses de 238,14 milliards de francs (58% d’exécution).
Une situation attribuée pour l’essentiel à la paie et aux transferts en provinces exécutés respectivement à 91% et 106%.
Raison pour laquelle, en attendant le probable rééquilibrage budgétaire, Augustin Matata Ponyo a instruit le ministre d’Etat chargé du Budget et le ministre des Finances de veiller, dans l’exercice de leurs prérogatives en matière d’exécution des dépenses, au respect de ces directives. Le chef du Gouvernement tient donc à redresser la situation.

MOBILISER DES MOYENS POUR DE NOUVELLES STRUCTURES ET ENTITES
En dehors des dépenses ordinaires, le Gouvernement doit mobiliser des moyens nécessaires à la mise en place et à l’installation de nouvelles structures et entités tout comme aux prochaines échéances politiques. Comme on le sait, de nouvelles provinces doivent voir le jour. Ce qui sous-entend de nouveaux bâtiments devant abriter les nouvelles institutions et des frais d’installation des animateurs de des entités. Apparemment, la baisse des recettes ne facilite pas du tout les choses. M. M.

Elections : un pseudo calendrier en circulation !
mardi 17 octobre 2017

* D’après ce « chronogramme », les élections se tiendraient le 15 décembre 2019. Ça n’a pas échappé aux nombreux accros aux réseaux sociaux. Un (...)
lire la suite
Jacob Zuma soutient le processus électoral en cours en RDC
lundi 16 octobre 2017

* "Les deux chefs d’Etat réitèrent leur totale adhésion aux décisions pertinentes du 37ème sommet de la SADC concernant l’évolution positive de la (...)
lire la suite
La tripartite Gouvernement-CNSA-CENI renvoyée à mardi prochain
vendredi 13 octobre 2017

* Par ailleurs, dans une correspondance au bureau de la Chambre basse, le Président Joseph Kabila demande aux députés d’examiner en priorité, la loi (...)
lire la suite
Vivement un compromis politique pour désarmocer la bombe électorale
vendredi 13 octobre 2017

* Piégé par le contexte politique, Corneille Nangaa ne saurait rien faire. L’atmosphère reste quelque peu polluée dans le ciel politique rd (...)
lire la suite
Corneille Nangaa -acteurs politiques : une rencontre des vérités
jeudi 12 octobre 2017

* Face à ses interlocuteurs, principaux acteurs du processus électoral en cours, le numéro 1 de la centrale électorale a démystifié le fétichisme (...)
lire la suite
Assemblée nationale : les chefs de groupes MP demandent à Minaku de saisir la Haute cour
jeudi 12 octobre 2017

Outrés par ce qu’ils considèrent comme une manœuvre d’obstruction de leurs collègues estampillés « Opposition », les élus battant pavillon « Majorité (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

En attendant …Nikki Haley

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean Cocteau. Alors, gardons-nous de tout jugement. Essayons de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting