Manif polémique de Masina : des révélations !
jeudi 19 mars 2015

* Le complot pour atteinte à la sureté de l’Etat congolais établi.
* Les quatre activistes sénégalais et burkinabé bénéficient de l’arrêt des poursuites.
* Un congolais épinglé dans l’affaire " Y’en a marre " et " Balai citoyen ".

Joseph Kabila a ordonné, mercredi 18 mars 2015, l’" arrêt des poursuites " contre les activistes sénégalais et burkinabé (photo) arrêtés dimanche à Kinshasa pour " tentative délibérée de déstabilisation des institutions de la RDC". Arrêtés dimanche 15 mars à l’issue d’une conférence de presse tenue à la clôture d’un atelier organisé par des jeunes activistes congolais dans la commune de Masina, les trois jeunes Sénégalais et le Burkinabé - relaxés à la suite d’une requête du président sénégalais Macky Sall auprès de son " frère " congolais - sont déclarés " personnae non gratae " et expulsés de la RDC.

Ces militants arrêtés dimanche dernier à Kinshasa "vont être expulsés du pays. Ils sont en train de recevoir une déclaration de persona non grata. C’est la meilleure solution que nous avons trouvée", a déclaré Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais. " En vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par la Constitution et les lois du pays, le Président Joseph Kabila a décidé d’ordonner l’arrêt des poursuites contre les 4 sujets sénégalais et burkinabé qui ont toutefois été déclarés personnae non gratae en RDC par le Gouvernement. Ils sont donc en procédure d’expulsion du territoire de la RDC qui n’a aucun besoin de fauteurs de troubles ", a annoncé, hier mercredi 18 mars, le ministre des Médias Lambert Mende Omalanga.
Le chef de l’Etat congolais a pris cette décision après avoir " suivi la déclaration pleine de bon sens du président sénégalais Macky Sall qui s’est refusé de porter un jugement sur le bien-fondé ou non de cette démarche de ses compatriotes, se contentant d’en appeler à la libération de ceux-ci ". " Dans son souci de consolider l’unité et la cohésion du continent qui ne doit pas souffrir de l’inconséquence de quelques irresponsables, le président Joseph Kabila a réservé une réponse favorable à ce vœu exprimé par son homologue sénégalais ", a précisé le porte-parole du Gouvernement congolais. Il a indiqué que " les autres protagonistes de cette saga connaîtront très bientôt leur sort de la part des autorités administratives et sécuritaires compétentes ".

QUI SONT LES QUATRE ACTIVISTES SENEGALAIS ET BURKINABE ?
Les trois activistes du mouvement sénégalais " Y’en a marre " venus au rendez-vous de Kinshasa sont Barro Cheikh Mohamed, nè à Kaolack le 04 janvier 1977, titulaire du passeport sénégalais n° A 0067970 avec le visa d’entrée n° 132.89/RDC/15F85 délivré par notre Ambassade à Dakar le 16 février 2015. Sane Aliou, né à Kolda le 05 juin 1982, passeport sénégalais n° A 00680044 portant un visa aéroportuaire délivré le 13 mars 2015 par la DGM à Kinshasa sous le n° 06.3.M/A.N./W161 0/15 et Talla Malal Almamy alias Fou Malade, né à Saint Louis le 19 juin 1974, passeport sénégalais n° A 01246740 sur lequel a été apposé le visa d’entrée n° 132.19/RDC/17F/15 délivré par l’Ambassade de la RDC à Dakar le 16 février 2015.
" Ils sont arrivés à Kinshasa le 13 mars 2015 à 11 hi 0 par le vol régulier de Kenya Airways en provenance de Dakar via Nairobi. Les trois ont été rejoints le même 13 mars 2015 par un Monsieur Ouedraogo Sibri, alias Oscibi Jhoan, sujet burkinabé et leader du mouvement « Balai Citoyen » arrivé lui à Kinshasa à 21 h25 par le vol Turkish Airlines en provenance de Ouagadougou via Istanbul ", a révélé Lambert Mende. Le porte-parole du Gouvernement a ajouté que "Ouedraogo Sibri est né à Bologo Bingo le 1er janvier 1970 et son passeport burkinabé n° A2014013 a reçu le visa aéroportuaire délivré par la DGM sous le n° 06D.3.M/A.N./N°1623/15 ; les quatre comparses se sont fait délivrer des visas en bonne et due forme pour entrer en RDC sur base d’une invitation d’une ancienne société industrielle congolaise, MAZAL, une société qui avait été dissoute depuis 1995 mais que l’invitation situait fallacieusement au W 154 de l’Av. Colonel Mondjimba ".

UN CONGOLAIS EPINGLE
" Notre compatriote Floribert Anzuluni, Directeur à Ecobank Kinshasa est signalé par les enquêteurs comme l’auteur de cette supercherie. Il serait utile qu’il se présente au devant desdits enquêteurs pour clarifier les choses à ce propos. Ces activistes étrangers ont été pris en charge par des complices congolais Sylvain Mbiye Mushiba alias Chief Saluseke, membre du comité organisateur, et Frédéric Bauma Winga alias Fred, du mouvement Lucha basé à Goma ", a-t-il souligné. Il a insisté sur le fait que " l’agenda de leur séjour en RDC, des prénommés activistes sénégalais et burkinabé, est rédigé en anglais alors que ni leurs pays d’origine, ni la RDC ne sont anglophones ".

DES ACTIVITES SUBVERSIVES
Le ministre Mende a révélé que leur séjour a " culminé avec l’organisation de deux activités importantes. D’abord il s’agit d’un atelier de sensibilisation de la jeunesse aux techniques de mobilisation insurrectionnelle dont le thème officiel était". L’engagement citoyen des jeunes dans le contexte de la RDC, en s’inspirant des expériences réussies de mobilisation des jeunes en Afrique, notamment en Tunisie, au Sénégal et au Burkina Faso"tenu le 14 mars 2015 de 12 à 15 heures, dans la salle paroissiale Sainte Marie Auxiliatrice, attenante à l’Institut Don Bosco, sise Avenue Mobutu, Quartier Abattoir/Petro-Congo, dans la commune de Masina,
Ensuite, le 15 mars 2015 au quartier Sans Fil, dans la commune de Masina, dans une salle louée à 12.800 USD dont 5.000 USD ont été payés au titre d’acompte le 12 mars 2015, une conférence de presse dont le thème était " L’éveil de la conscience de la population ", à l’intention de la presse tant nationale qu’internationale (RFI, BBC, AFP, RTBF).
Monsieur Kévin STURR, directeur de la division Démocratie, Droits et Gouvernance de l’USAID, selon le communiqué de l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique, a pris part à cette conférence, ce qui pose une sérieuse question sur le rôle que s’attribuent les diplomates étrangers accrédités en RDC ".
Mais aussi, Kinshasa accuse les militants étrangers de préparer des "actes de violences" dans le pays. Lambert Mende a affirmé que les enquêteurs ont trouvé des "tenues militaires" et une "documentation assez intéressante dans (les) valises" des militants arrêtés, comme un livre intitulé "Le retour des jihadistes". Il a aussi expliqué que "100.000 dollars" avaient été trouvés "dans un établissement bancaire de Kinshasa pour payer les différents frais" liés à leurs activités, une "cagnotte" constituée selon lui grâce à "certains pays qui ont pignon sur rue ici". Rachidi MABANDU
COMMUNICATION DU GOUVERNEMENT DE LA RDC

Depuis quelques jours, on assiste à une surchauffe médiatique et à une véritable levée de boucliers au sein de certaines chancelleries à la suite de l’interpellation dimanche dernier à Kinshasa d’un groupe d’activistes sénégalais et burkinabé, apprentis exportateurs de révolutions extrémistes et de leurs complices congolais.
Pour des besoins d’enquête, d’autres personnes trouvées sur les lieux de cette interpellation ont été identifiées et entendues avant de pouvoir rentrer chez elles. C’est le cas de quelques journalistes et d’un diplomate de l’Ambassade des USA.
Face à la mauvaise foi des uns et à l’hypocrisie des autres dans cette affaire, il revient au Gouvernement de rétablir la vérité.
Il s’agit en fait d’une tentative délibérée de déstabilisation des institutions de notre pays auxquelles les initiateurs de ce projet ont décidé de s’en prendre par tous les moyens, y compris l’extrémisme violent pour les faire " dégager" comme ils ont l’habitude de le dire sans tenir compte de leurs mandats constitutionnels.
La réaction ferme des services du Gouvernement a permis de faire échec à ces téméraires qui apprennent ainsi que le gouvernement congolais ne se dérobera à aucun moment et sous aucune forme de pression devant ses missions régaliennes.
Une ambassade étrangère établie à Kinshasa a reconnu avoir pris partiellement en charge les frais de cette opération qui a été lancée par ses auteurs les 14 et 15 mars 2015, avec l’encadrement des leaders des mouvements " Y’en a marre " du Sénégal et " Balai Citoyen " du Burkina Faso.
Un mouvement congolais recruté à l’Est de notre pays et dont les leaders ont été transportés à Kinshasa pour accomplir leur besogne a été à la manœuvre.
L’objectif avoué des maîtres d’œuvre sénégalais et burkinabé et leurs exécutants congolais était de perturber le processus démocratique et électoral dans notre pays, un processus qu’ils considèrent comme trop lent et peu susceptible d’aboutir aux résultats partisans escomptés par les sponsors.
Ils ont reconnu eux-mêmes s’inspirer du printemps arabe qui a fait tout le bien que l’on sait à nos frères libyens et à la " révolution" de 2014 au Burkina Faso qu’ils tiennent on ne sait trop pourquoi à jumeler avec l’histoire de la RDC.
Trois activistes du mouvement sénégalais " Y’en a marre " sont venus à ce rendez-vous. Il s’agit de :
2. Barro Cheikh Mohamed, nè à Kaolack le 04 janvier 1977, titulaire du passeport sénégalais n° A 0067970 avec le visa d’entrée n° 132.89/RDC/15F85 délivré par notre Ambassade à Dakar le 16 février 2015 ;
4. Sane Aliou, né à Kolda le 05 juin 1982, passeport sénégalais n° A 00680044 portant un visa aéroportuaire délivré le 13 mars 2015 par la DGM à Kinshasa sous le n° 06.3.M/A.N./W161 0/15 ;
5. Talla Malal Almamy alias Fou Malade, né à Saint Louis le 19 juin 1974, passeport sénégalais n° A 01246740 sur lequel a été apposé le visa d’entrée n° 132.19/RDC/17F/15 délivré par l’Ambassade de la RDC à Dakar le 16 février 2015.
Ils sont arrivés à Kinshasa le 13 mars 2015 à 11 hi 0 par le vol régulier de Kenya Airways en provenance de Dakar via Nairobi.
Les trois ont été rejoints le même 13 mars 2015 par un Monsieur Ouedraogo Sibri, alias Oscibi Jhoan, sujet burkinabé et leader du mouvement " Balai Citoyen" arrivé lui à Kinshasa à 21 h25 par le vol Turkish Airlines en provenance de Ouagadougou via Istanbul. Ouedraogo Sibri est né à Bologo Bingo le 1er janvier 1970 et son passeport burkinabé n° A2014013 a reçu le visa aéroportuaire délivré par la DGM sous le n° 06D.3.M/A.N./N°1623/15.
Les quatre comparses se sont fait délivrer des visas en bonne et due forme pour entrer en RDC sur base d’une invitation d’une ancienne société industrielle congolaise, MAZAL, une société qui avait été dissoute depuis 1195 mais que l’invitation situait fallacieusement au W 154 de l’Av. Colonel Mondjimba.
Notre compatriote Floribert Anzuluni, Directeur à Ecobank Kinshasa est signalé par les enquêteurs comme l’auteur de cette supercherie. Il serait utile qu’il se présente au devant desdits enquêteurs pour clarifier les choses à ce propos.
Ces activistes étrangers ont été pris en charge par des complices congolais Sylvain Mbiye Mushiba alias Chief Saluseke, membre du comité organisateur, et Frédéric Bauma Winga alias Fred, du mouvement Lucha basé à Gama.
L’agenda de leur séjour en RDOC des prénommés activistes sénégalais et burkinabés, est rédigé en anglais alors que ni leurs pays d’origine, ni la RDC ne sont anglophones. Il a culminé avec l’organisation de deux activités importantes, à savoir :
o le 14 mars 2015, de 12 à 15 heures, un atelier de sensibilisation de la jeunesse aux techniques de mobilisation insurrectionnelle dont le thème officiel était " L’engagement citoyen des jeunes dans le contexte de la RDC, en s’inspirant des expériences réussies de mobilisation des jeunes en Afrique, notamment en Tunisie, au Sénégal et au Burkina Faso" dans la salle paroissiale Sainte Marie Auxiliatrice, attenante à l’Institut Don Bosco, sise Avenue Mobutu, Quartier Abattoir/Petro-Congo, dans la commune de Masina,
o le 15 mars 2015, Quartier Sans Fil, dans la commune de Masina, dans une salle louée à 12.800 USD dont 5.000 USD ont été payés au titre d’acompte le 12 mars 2015, une conférence de presse dont le thème était " L’éveil de la conscience de la population ", à l’intention de la presse tant nationale qu’internationale (RFI, BBC, AFP, RTBF). Monsieur Kévin STURR, directeur de la division Démocratie, Droits et Gouvernance de l’USAID, selon le communiqué de l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique, a pris part à cette conférence, ce qui pose une sérieuse question sur le rôle que s’attribuent les diplomates étrangers accrédités en RDC.
Comme on s’en rend compte, ilne s’est pas agi, dans ces journées, d’un débat sur les nouveaux modes d’organisation de la société civile ou d’une campagne destinée à promouvoir la participation des Congolais aux scrutins à venir comme l’ont prétendu certains relais, peut-être de bonne foi.
Il s’est bien agit d’un véritable coaching d’un mouvement subversif inspiré de l’extérieur, tel que le montre cette déclaration du sénégalais BARRO CHEIK MOHAMED FADEL :
" Même si Kabila peut incarner en lui-même, tout ce que l’on peut reprocher à un fossoyeur de la démocratie, on va le combattre en tant que tel, comme nous l’avons fait contre Abdoulaye Wade et contre Compaoré Blaise et que nous ferons certainement bien plus si Kabila insiste coûte que coûte à s’imposer alors que la constitution ne le lui permet plus".
Et comme si ce n’était pas suffisamment clair, Barro Cheikh Mohamed Fadel ajoute pour bien préciser sa pensée : " alors que faire ? Il Y a des choses, comme on dit en Wolof, que l’on discute dans la chambre et non en public, on ne peut pas les dire ici en public tout de suite. Ce qui est important, ce qu’on sache qu’on est là. On dit juste à nos jeunes congolais de s’organiser ".
Ces propos sont enregistrés dans un support audiovisuel accessible à tous. De la part d’un étranger africain s’adressant à des citoyens d’un pays ami, ils ont de quoi faire frémir.
On a noté par ailleurs le témoignage sans équivoque de notre compatriote, le jeune Useni FATAKI de l’ONG congolaise Forum des Jeunes Solidaires qui, de retour d’un autre séminaire organisée récemment à Dakar par les associations auxquelles appartiennent les deux apprentis exportateurs de révolutions violentes en Afrique, a témoigné de son malaise pas plus tard que ce matin sur les ondes de Radio Top Congo.
Son témoignage démontre, si besoin en était encore, le caractère suspect de la démarche de ces activistes qui, quelques jours avant, n’ont même pas pris le soin d’informer par courtoisie élémentaire leurs points focaux congolais comme Useni Fataki, pourtant présent à Dakar, de leur projet de sensibilisation de la jeunesse congolaise dans un délai aussi court.
Comme pour éviter ceux qui les connaissait ils sont allés se trouver des réceptacles naïfs dans le groupe Lucha de Goma. Il faut que les jeunes congolais cessent de se laisser berner de la sorte.
Nous avons suivi la déclaration pleine de bon sens du président sénégalais Macky Sali qui s’est refusé de porter un jugement sur le bien-fondé ou non de cette démarche de ses compatriotes, se contentant d’en appeler à la libération de ceux-ci.
Il va de soi que le Président Joseph Kabila dans son souci de consolider l’unité et la cohésion du continent qui ne doit pas souffrir de l’inconséquence de quelques irresponsables a réservé une réponse favorable à ce vœu exprimé par son homologue sénégalais.
En vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par la constitution et les lois du pays il a décidé d’ordonner l’arrêt des poursuites contre les 4 sujets sénégalais et burkinabés qui ont toutefois été déclarés personnae non gratae en RDC par le Gouvernement. Ils sont donc en procédure d’expulsion du territoire de la RDC qui n’a aucun besoin de fauteurs de troubles.
Les autres protagonistes de cette saga connaîtront très bientôt leur sort de la part des autorités administratives et sécuritaires compétentes.
A la lumière de cet événement, il est désormais évident qu’une main noire, qui ne se cache plus, s’active depuis le début de cette année, à déstabiliser les institutions de la République Démocratique du Congo.
Après l’échec de la phase entamée du 19 au 21 janvier dernier, les planificateurs extérieurs de la déstabilisation de notre pays n’en démordent pas.
Ainsi ont-ils recouru à des instructeurs étrangers spécialistes en insurrections violentes pour qui plus de 100.000 dollars US avaient été mis à disposition dans un établissement bancaire parmi les mieux cotés du pays pour apprendre à des Congolais les rudiments du chaos, de la confusion et des séditions.
Et ce, au mépris de la volonté de paix pourtant exprimée par les Congolais, engagés comme on l’aura constaté, dans un processus démocratique ouvert et serein, après des années de guerres qui n’ont que trop endeuillé leurs familles. .
Curieusement, les ennemis de la paix et de la stabilité du Congo pour des raisons qui ne sont plus à élucider, tiennent à exporter au pays de Lumumba des modèles qui ne constituent pas du tout des références qui ne sont ni moralement, ni politiquement recommandables.
Nous ne voyons en effet pas en quoi le peuple d’un pays comme la RDC en pleine reconstruction réussie après des décennies de marasme, aurait intérêt à adopter pour modèles tel ou tel autre groupe d’un pays du continent dont l’unique performance connue est d’avoir incendié délibérément le lieu par essence du dialogue républicain qu’est le parlement pour une querelle politicienne.
Par ailleurs, la RDC a eu ses élections démocratiques en 1960 lorsqu’ils attitré le Grand Patrice Lumumba comme chef du Premier Gouvernement de leur pays. La même expérience a été rééditée en 2006 et en 2011. Ce ne sont pas de jeunes présomptueux venus d’autres pays africains qui leur apprendraient aujourd’hui comment ils doivent s’y prendre pour élire leurs représentants. Et puisqu’on parle de révolution, sachons que la modestie est une vertu révolutionnaire.
En tout état de cause, la manière dont le peuple congolais voudra conduire son processus démocratique ne dépend que de lui et de lui seul. Toute ingérence étrangère à cet effet est et demeure intolérable, puisque condamnée par notre propre culture et par les instruments qui régissent les relations entre les Etats.
Rien n’explique que ce principe sacro-saint pour tous les Etats du monde soit foulé aux pieds quand il s’agit de la République Démocratique du Congo. Ceux qui continuent de s’y méprendre apprendront tôt ou tard que Lumumba ne s’était pas trompé en affirmant que l’histoire du Congo ne s’écrira pas à Bruxelles, à Paris ou à New York.
Et moi d’ajouter : encore moins à Dakar ou à Ouagadougou. L’histoire du Congo, ce sont les Congolais eux-mêmes qui l’écriront. Au Congo même.
Je vous remercie.
Lambert MENDE OMALANGA
Ministre de la Communication et Médias
Porte-parole du Gouvernement

Une réunion d’évaluation du processus électoral...
vendredi 18 août 2017

Une réunion d’évaluation du processus électoral est prévue dans les tout prochains jours à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï central. (...)
lire la suite
Félix Tshisekedi, pas demandeur !
jeudi 17 août 2017

* Fatshi ne jure, cependant, que sur l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre qui prévoit le délai de la tenue effective des élections. (...)
lire la suite
Le CNSA divise le Front pour le respect de la Constitution
mercredi 16 août 2017

* Considérant l’adhésion d’une aile du Front à l’institution citoyenne pilotée par Olenghankoy, comme l’œuvre des quémandeurs de postes, le reste de la (...)
lire la suite
CNSA : vivement la loi organique
mardi 15 août 2017

Il ne reste plus que quatre mois. Quatre mois pour arriver au terme des échéances électorales, prévues par l’Accord de la Saint Sylvestre, signé en (...)
lire la suite
Edem Kodjo : une présence qui relance les supputations
lundi 14 août 2017

* Que cache la visite à Kinshasa de l’officiant principal des négociations de la Cité de l’Union africaine ? Ça se chuchotait en haut lieu tout au (...)
lire la suite
Après Katumbi, est-ce le tour du fils Dokolo ?
vendredi 11 août 2017

*Le lancement de son mouvement citoyen hier jeudi pousse nombre d’observateurs à s’interroger sur les ambitions du gendre du président angolais. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting