Régler les querelles de ménage
vendredi 27 février 2015

Entre Kinshasa et Bruxelles, il y a de l’électricité en l’air. En témoigne la tension qui a régné entre les officiels de deux pays qui, depuis 1960, se livrent une éternelle querelle de ménage. Si, déjà, le ton impératif des gouvernants belges incitait à la nervosité dans le sérail de la Kabilie, la phrase assassine d’Alexander De Croo, lâchée par maladresse lors d’un dîner à son arrivée à Kinshasa, a fait déborder le vase.
Pas étonnant que les deux membres du gouvernement belge aient dû ’’prier’’ le Raïs de les recevoir… à la veille de leur départ. Pas étonnant non plus que l’audience ait subi un black out médiatique, la presse belge - qui accompagnait ses officiels - ayant été éconduite, privée de tout scoop avant son retour à Bruxelles.
Liées par le sort, la Belgique et la République démocratique du Congo ont pourtant vocation à s’entendre. Pour des raisons historiques, l’ancienne métropole a intérêt à développer des relations harmonieuses ave son ex-colonie. Malgré les intempéries diplomatiques. Certes, comme dans tous les ménages, les bisbilles ne peuvent être absentes. Les incidents étant inévitables entre humains, il convient de réparer les outrages, de laver les linges sales… en famille. Mais dans un strict respect mutuel.
A l’heure de la mondialisation, le paternalisme est bel et bien révolu. Il est temps de miser sur un vrai partenariat, basé effectivement sur le respect mutuel. Dans une logique de gagnant - gagnant.
Un rapide regard sur le rétroviseur du passé nous permet de réaliser la distance parcourue. La Belgique, on le sait, doit une bonne partie de sa richesse nationale et de son prestige international à son ex-colonie. De même, la RDC a su tirer profit, à certains moments de son histoire, de l’influence diplomatique de la Belgique, capitale de l’Union européenne. Que ce soit pour la normalisation de sa situation après la guerre d’agression de 1998. Que ce soit pour l’organisation de ses élections, tout comme pour l’appui aux secteurs sociaux. Et même pour la lutte contre les milices armées. La brouille ne profite donc à personne.La Rédaction

En attendant …Nikki Haley
vendredi 13 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
En attendant …Nikki Haley
jeudi 12 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
Encore et toujours l’Est
mercredi 11 octobre 2017

Kinshasa n’est pas le Zaïre, aimait à dire Mobutu dans toutes les langues. Cette citation culte du Maréchal-Président n’avait pas que son côté (...)
lire la suite
Où allons-nous ?
lundi 9 octobre 2017

Pas inhabituel de s’entendre demander dans une de nombreuses rues de Kinshasa, dans une grande surface, dans un bistrot… : " où allons-nous ? ". Une (...)
lire la suite
De la démocratie en Amérique…
vendredi 6 octobre 2017

Plus qu’un clin d’œil au livre monumental d’Alexis de Tocqueville, ce titre paraît convenir pour tout celui qui veut comprendre l’abc de la politique (...)
lire la suite
L’œil rivé sur l’agenda international…
jeudi 5 octobre 2017

Depuis les années Transition Mobutu, la classe politique zaïro-congolaise s’est découvert une vocation. Celle de fétichiser tout meeting international (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

L’enjeu en vaut la campagne

Difficile de faire un procès à Bruno Tshibala lorsqu’il révèle les ressorts de la campagne de vulgarisation des mesures urgentes du Gouvernement. Le Premier ministre étant dans le registre estampillé (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting