Entre deux salamalecs diplomatiques : 2016
mardi 24 février 2015

Qui dans les starting- blocks ? Pas de franc symbolique pour cette question. Mais de l’or. Car cette interrogation vaut son pesant d’or. Et l’enjeu pour le sprint ou le marathon présidentiel c’est bien l’or. Ce graal auquel beaucoup dans le landerneau politique pensent chaque matin en se rasant ou en se maquillant - c’est selon- mais que très peu évoquent encore ouvertement. Ou n’ose aborder clairement et publiquement la question pour ce qui est du camp présidentiel. On ne sait jamais…
N’empêche. Inutile de nous cacher longtemps derrière nos petits doigts. La voie menant vers 2016 paraît plus que jamais irréversible. La loi électorale à peine relookée et- surtout - le calendrier global des élections ont été publiés. Depuis, les capitales occidentales qui symbolisent, en terre africaine, la communauté internationale y vont de leur satisfecit assorti des promesses d’ouvrir leur tirelire.
Depuis, Kinshasa accueille des poids lourds de la diplomatie européenne. Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-walter Steinmeier vient de séjourner en RDC. Non sans s’être prononcé sur les élections à venir. Le chef de la diplomatie de la première économie d’Europe a été talonné par un duo de choc de la politique extérieure de la Belgique.
Vu de Kinshasa, Bruxelles n’est pas uniquement Bruxelles. En tant qu’ancienne puissance coloniale, la Belgique joue souvent à l’interface entre la RDC et le reste du monde occidental. Bruxelles sous-traite la question congolaise. On l’a vu notamment lors du Dialogue inter congolais où la silhouette d’un certain Louis Michel - le père de l’autre- était plus que visible. Capitale de l’Union européenne et siège de l’OTAN, Bruxelles est une plate-forme difficilement contournable.
Avant les officiels allemand et belge, le déjà légendaire Russ Feingold a fait son dernier tour des pistes en terre rd congolaise. Comme pour dire aux uns et aux autres que rien ne change et que rien ne devrait changer après lui, il en a remis une couche. La toute première ayant été l’œuvre de John Kerry en personne à l’occasion de son passage à Kinshasa. C’était déjà en mai 2014. Parions que d’autres missi dominici suivront. Pour sûr, à moins d’un tsunami, 2016 sera bien 2016. J.N

En attendant …Nikki Haley
vendredi 13 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
En attendant …Nikki Haley
jeudi 12 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
Encore et toujours l’Est
mercredi 11 octobre 2017

Kinshasa n’est pas le Zaïre, aimait à dire Mobutu dans toutes les langues. Cette citation culte du Maréchal-Président n’avait pas que son côté (...)
lire la suite
Où allons-nous ?
lundi 9 octobre 2017

Pas inhabituel de s’entendre demander dans une de nombreuses rues de Kinshasa, dans une grande surface, dans un bistrot… : " où allons-nous ? ". Une (...)
lire la suite
De la démocratie en Amérique…
vendredi 6 octobre 2017

Plus qu’un clin d’œil au livre monumental d’Alexis de Tocqueville, ce titre paraît convenir pour tout celui qui veut comprendre l’abc de la politique (...)
lire la suite
L’œil rivé sur l’agenda international…
jeudi 5 octobre 2017

Depuis les années Transition Mobutu, la classe politique zaïro-congolaise s’est découvert une vocation. Celle de fétichiser tout meeting international (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

L’enjeu en vaut la campagne

Difficile de faire un procès à Bruno Tshibala lorsqu’il révèle les ressorts de la campagne de vulgarisation des mesures urgentes du Gouvernement. Le Premier ministre étant dans le registre estampillé (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting