Un anniversaire sur fond d’interrogations
lundi 26 janvier 2015

14 ans tout juste que Joseph Kabila préside aux destinées de la RDC. Difficile voire quasiment impossible de dissocier cet anniversaire du contexte politique actuel. C’est peu de dire que cette commémoration interroge davantage l’avenir immédiat du pays et du Président qu’elle ne donne l’occasion de jeter un regard rétrospectif sur le chemin déjà parcouru.
En ce 26 janvier 2015, les Congolais ont des questions sans réponses plein la tête. Des interrogations que de folles journées du début de la semaine écoulée ont amplifiées. Que nous réserve 2015 ? A quelle sauce les congolais seront-ils mangés ? Doit-on considérer l’effervescence d’il y a quelques jours à Kinshasa, Goma, et Bukavu comme un " hors-d’œuvre " d’un plat de résistance autrement plus lourd ? Et l’ultime question : quid de l’horizon 2016 ?
Reportées sur la personne du chef de l’Etat, ces questions charrient un seul et unique questionnement : " Que faire ? ". Plus la peine de tourner autour du pot : en ce jour anniversaire de son accession au pouvoir et à la lumière de la donne actuelle, le Raïs ne saurait plus faire l’économie de la parole. Le pays -pas seulement- attend de lui qu’il éclaircisse l’horizon… 2016. En terme clair, le Président désamorcerait la bombe, éviterait l’hécatombe, décrisperait l’atmosphère (c’est selon) s’il se prononçait lui-même sur les échéances à venir et en particulier l’élection présidentielle.
Au regard de la tension ambiante, plus tôt viendra l’éclaircie, mieux ce sera. C’est un euphémisme pour souligner qu’en la circonstance le temps devient de moins en moins l’allié du Raïs. 2016 qui devrait être -encore- loin, ne l’est malheureusement plus. D’abord en raison des pressions de moins en moins amicales des capitales occidentales et leurs nombreuses superstructures. Ensuite comme en écho à la position de ces co-faiseurs des " rois " dans nombre des pays africains, des forces sociales et politiques anti-pouvoir sont sorties du bois. Pour qui connait l’histoire politique du Congo-zaïre, la coïncidence est loin d’être fortuite. Enfin, avec une Majorité idéologiquement hétéroclite, il serait imprudent de croire en une espèce d’union sacrée face à l’épreuve.
Les deux journées de manifestations et de pillages ont démontré à quel point le Gouvernement n’avait de "cohésion nationale " que l’appellation. Comme au bon vieux temps du 1+4, chaque chapelle donne l’impression d’avoir son agenda. Au sein même de la kabilie, l’opportunisme des uns, les frustrations réelles ou supposées des autres, la marginalisation de certains piliers du Régime au profit des nouveaux venus ou des copains ne plaident pas non plus pour une unité sans faille.
Il ne reste plus à Joseph Kabila que de redevenir ce président des années 2001-2003 qui avait su faire montre de réalisme politique pour obtenir la pacification du pays. Au grand dam des orthodoxes du Régime d’alors. 14 ans après, mutatis mutandis, l’exercice est presque le même. Ici, l’enjeu étant la sauvegarde de l’unité du pays, de la paix et… de l’avenir même du Président. José NAWEJ

Double peine pour les malades
vendredi 18 août 2017

Malades et sevrés de soins. Une véritable double peine pour les patients en ce moment. Conséquence de la grève des médecins dans les hôpitaux publics. (...)
lire la suite
Des moyens pour nos routes
jeudi 17 août 2017

La saison sèche tend à sa fin. Les pluies s’annoncent, avec toutes les conséquences. Septembre n’est plus loin. C’est le moment de refaire nos routes. (...)
lire la suite
Et demain le "Mpiodi" ?
mercredi 16 août 2017

Plus de tilapias importés dans l’assiette du Congolais. La raison, on la connaît. Elle est même noble. Pour la bonne cause donc. Là n’est pas le fond (...)
lire la suite
L’enrôlement vaut bien une virée dans son fief
mardi 15 août 2017

Un petit tour pour l’enrôlement et puis s’en va. C’est à cet exercice que s’adonnent nombre de députés et sénateurs en ce moment. Ces élus qui, (...)
lire la suite
Et après ?
vendredi 11 août 2017

La marche de Bundu dia Mayala et les deux journées "villes mortes" sont derrière nous. Exit donc ces deux séquences mouvementées. Meurtrières même (...)
lire la suite
Les limites d’une stratégie
jeudi 10 août 2017

A l’initiative du Rassop/Limete, le pays devait observer deux journées "villes mortes". A l’heure des comptes, pas sûr que cet appel ait été (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting