Dernière minute :

Prévenir les hypothèques sur la présidence de l’UA
lundi 30 novembre 2020

La RDC est à la lisière de sa présidence -tournante- de l'Union africaine. Un honneur pour tout un pays. Un grand moment pour le chef de l'Etat rd congolais qui portera la voix de l'Afrique.

Parmi les nouveaux venus dans la cour des dirigeants africains, Félix-Antoine Tshisekedi a une carte personnelle à jouer. De la gestion de sa présidence de l'organisation panafricaine dépendra, en partie, son image d'homme d'Etat sur le continent et à l'internationale.

Difficile, cependant, de gagner ce pari si au plan interne, la crise institutionnelle qui se profile devient réalité. Le risque ? Il est à très large spectre.

D'abord, celui de voir la RDC renouer avec ses vieux démons de crises politiques au point d'être replacé sous les fourches caudines de "partenaires extérieurs". Re bonjour la médiation, les bons offices…

Suite au précédent, le Président rd congolais risquerait bien d'avoir à s'occuper davantage de querelles domestiques que des affaires du Continent. Une perspective qui pourrait parasiter le mandat du futur Président en exercice de l'UA.

Comment représenter dignement l'Afrique lorsque son propre pays est en proie à de l'instabilité politique ? Comment avoir vocation d'extincteur à l'échelle continentale au moment où son pays est sous la menace des flammes ? Comment prêcher l'unité de la maison Afrique quand ses propres murs sont sur le point de se lézarder ? Impossible, pour le coup, d'objecter le proverbe selon lequel "les cordonniers sont les plus mal chaussés".

L'antidote à cette hypothèque potentielle sur la présidence rd congolaise de l'UA ? Une réponse empreinte du principe de réalité à la crise en cours.

Ce ne serait certainement pas en donnant libre cours à son ire - que l'on peut comprendre par ailleurs - que le Président résorberait la crise. Ce ne serait évidemment pas en suivant la doxa extrémiste suggérée par nombre de ses hôtes au mépris de la complexité et de la fragilité du réel que le chef de l'Etat "remettrait de l'ordre" dans la boutique. Pas plus qu'en en prenant pour argent comptant le baratin des quémandeurs des postes qui ont rasé les murs, longé les couloirs, arpenté les marches du Palais de la nation. Ce, au nom de la sempiternelle politique du " tube digestif ".

Moralité, à la veille de son grand rendez-vous avec l'Afrique, le Président rd congolais ne saurait faire l'économie du dicton "qui veut aller loin ménage sa monture ". José NAWEJ
Le chaudron katangais
mercredi 20 janvier 2021

Et si l'arrestation de Ngoy Mulunda n'était qu'un avatar d'un malaise qui va crescendo au Katanga ? Et si le sermon de ce pasteur (il n'est pas (...)
lire la suite
60 ans et 20 ans après , l’histoire continue à bégayer
mardi 19 janvier 2021

Autant le proclamer tout de go : mention spéciale pour Félix-Antoine Tshisekedi. Le chef de l'Etat a participé personnellement au marathon mémoriel (...)
lire la suite
Chacun pour soi, l’Union sacrée pour tous…
vendredi 15 janvier 2021

Passée la phase des retrouvailles et autres salamalecs entre frères genevois enfin retrouvés ! Exit la séquence " profession de foi" en une Union (...)
lire la suite
L’argent, le nerf de la gratuité
jeudi 14 janvier 2021

Sur le dossier "gratuité de l'enseignement", avancer masqué est contre-contreproductif. Cultiver l'ambiguïté - dont on ne sort qu'à son détriment- (...)
lire la suite
Privilégier le dialogue et la concertation…
mercredi 13 janvier 2021

Les initiés aux arcanes diplomatiques le savent. Un communiqué sanctionnant la rencontre entre chefs d'Etat ne renseigne pas toujours sur toute la (...)
lire la suite
Une classe politique hors-sol !
mardi 12 janvier 2021

Et si les politiciens rd congolais redescendaient sur terre ? Ils verraient que "le peuple d'abord" est en proie à l'insécurité alimentaire. Le tout (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting