Dernière minute :

Déogratias Mutombo explique le bien-fondé du rapport des comptes annuels
vendredi 9 octobre 2020

La Banque centrale du Congo (BCC) publie chaque année, depuis 10 ans, ces rapports de comptes annuels sur son site. "C’est une tradition depuis que nous avons relancé la coopération avec le Fonds monétaire international. Nous sommes étonnés de suivre des réactions de tous les sens sur les réseaux sociaux pour l’édition 2019", s’est exprimé le gouverneur de la Banque centrale du Congo, Déogratias Mutombo, le jeudi 8 octobre au cours du point de presse qui a précédé la tenue de la 9ème réunion ordinaire du comité de politique monétaire de l’Institut d’émission.

L’autorité monétaire a déploré la mauvaise interprétation de données contenues dans son rapport des états financiers annuels 2019 par les internautes. Et pourtant, c’est un travail réalisé par un cabinet d’audit de renommée internationale. Déogratias Mutombo n’est pas opposé au droit d’interpréter une publication. Mais, il a estimé que si « vous n’êtes pas expert-comptable, renseignez-vous auprès d’un initié pour avoir des plus amples explications ». Le gouverneur de la BCC a reconnu qu’aujourd’hui dans un monde qualifié de virtuel, les gens prenaient et interprétaient les informations à leur manière.

Il a expliqué par la suite que la publication de ce rapport des comptes annuels de la BCC, en tant que Banque centrale démontrait la transparence dans la gestion de cet établissement public. Selon l’autorité monétaire, l’édition 2019 a 95 pages, écrit de manière détaillée l’évolution des comptes annuels 2019 de la banque centrale. «Cela traduit à travers l’opinion de l’auditeur lui-même, à travers les états financiers et de plusieurs informations que vous pouvez trouver notamment pour ce qui est des sous comptes ou de la fameuse dette vis-à-vis des banques du Rwanda et de Burundi», a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Déogratias Mutombo a indiqué que le bilan de ce rapport laissait apparaître un taux de progression de 36% par rapport à 2018; l’actif de bilan passait de 6. 096 milliards de FC venant de 4.450 milliards de FC en 2018 et 4096 milliards de FC en 2017. C’est une performance financière qui est vérifiable, a mentionné le patron de l’Institut d’émission.

Toutefois, il a indiqué que la Banque centrale ne visait pas en priorité les bénéfices, mais depuis que cette institution a instauré cette gestion, les exercices se clôturaient par des bénéfices d’exploitation importants.

«Même si ce bénéfice a été en baisse en 2019. Je crois qu’il a été de plus ou moins 11 milliards FC en 2019 contre plus de 35 milliards FC en 2018. Et c’est ce qui améliore la situation financière de la Banque centrale. Vous savez que même sur le plan de trésorerie, on n’enregistrait jamais de déficit. C’est seulement cette année», a soutenu le gouverneur de la BCC.

Et de préciser, c’est parce que l’Etat en 2020 n’a pas payé les intérêts sur la créance titrisée, avant de faire remarquer que l’Etat doit à la Banque centrale plus de 2 000 milliards FC mais ne paie même pas les intérêts sur ces créances. ».

Evoquant la question des sous comptes relevés dans le rapport des comptes annuels, Déogratias Mutombo a déclaré que c'était des sous comptes du gouvernement et créés à la demande du ministère des Finances. Etant conseiller financier du gouvernement, l’Institut d’émission a sollicité au ministère des Finances la fermeture de certains comptes inactifs qui ne sont plus mouvementés pour éviter de frais y relatifs.

C’est vrai qu’il y a de fois des raisons qui justifient l’ouverture des sous comptes notamment pour rétablir la traçabilité des utilisations des fonds alloués aux projets pour lesquels ces fonds ont été versés. La Banque centrale a toujours exhorté le ministère des Finances à clôturer les comptes qui n’enregistrent plus de mouvement, a-t-il ajouté. Mathy MUSAU

COMMUNIQUE

Le Comité de Politique Monétaire s'est réuni, ce jeudi 08 octobre 2020, pour sa neuvième réunion ordinaire de l'année sous la présidence de Monsieur Déogratias MUTOMBO MWANA NYEMBO, Gouverneur de la Banque Centrale du Congo.

Le Comité a, au cours de ladite réunion, analysé l'évolution récente de la conjoncture économique tant au niveau national qu'international et échangé sur l'orientation de la politique monétaire au regard du contexte actuel.

Il en a résulté ce qui suit :

Sur le plan international

L'impact de la Covid-19 sur le commerce mondial reste moins important qu'attendu. En effet, selon les prévisions de l'Organisation Mondiale du Commerce, la baisse du volume des échanges mondiaux en 2020 atteindrait 9,2 % contre une chute prévue en avril de 12,9 %. Il y a lieu de relever que les échanges commerciaux se sont redressés en juin et juillet, suite à la levée des mesures de confinement, à l'accélération de l'activité économique ainsi qu'à la hausse de la demande en matériel médical et de protection liée à la pandémie de Covid-19.

Cependant, cette reprise sera plus lente, en raison de la conjoncture économique incertaine. En effet, l'élan économique observé depuis la fin du confinement pourrait être brisé par la recrudescence des cas de contamination. Comme depuis le début de la crise sanitaire, c'est l'évolution de l'épidémie qui devrait en grande partie conditionner celle de l'activité économique dans les prochains mois. Pour rappel, les dernières projections de croissance mondiale, de la Banque mondiale, de l'OCDE et du FMI tablent sur une contraction de l'activité économique mondiale, respectivement de 5,2 %, 4,5 % et 4,9 % en 2020

En ce qui concerne les cours mondiaux des matières premières, ceux de l'or et du pétrole ont évolué autour d'une moyenne mensuelle de USD 1.926,88 l'once et USD 41,8 le baril, soit des baisses mensuelles de 2,18 % et 7,13 %.

Par contre le cours du cobalt et du cuivre sont en hausse de 1,74 % et 4,2 %, d'un mois à l'autre, s'établissant à USD 34.188,2 la tonne métrique en moyenne et USD 6.717,7 la tonne respectivement.

Sur le plan national

La contraction de l'économie congolaise devrait être moins forte que celle estimée à fin mars, attestée par un taux de croissance de -1,7 % en 2020, sur base des réalisations de la production à fin juin 2020, contre une estimation de -2,4 % à fin mars dernier. Cependant, le solde global brut d'opinions des entrepreneurs a poursuivi son redressement au mois de septembre dernier pour s'établir à 4,1 % contre -6,1 % enregistré au mois d'août 2020, attestant un regain de confiance des chefs d'entreprises quant à l'évolution de la conjoncture à court terme.

Le marché des biens et services a été caractérisé par la poursuite de la désinflation. En effet, le taux d'inflation est tombé à 0,293 % au mois de septembre 2020 contre 1,256 % en août 2020. Cette situation a porté l'inflation en cumulée annuelle à 13,948 % et à 15,571 % en glissement annuel. Pour rappel, l'objectif d'inflation à moyen terme poursuivi par la BCC reste à 7,0 %.

Sur le marché des changes, il a été noté la poursuite de la stabilité sur les différents segments au mois sous analyse. En effet, en septembre, la monnaie nationale a enregistré une dépréciation mensuelle de 0,01 % à l'indicatif et 0,16 % au parallèle. Les taux de change se sont situés à 1.961,10 CDF le dollar US et 2.014,17 CDF respectivement. En rythme cumul annuel, il s'observe une dépréciation de 14,69 % et 14,32 % du franc congolais respectivement à l'indicatif et au parallèle.

En ce qui concerne les réserves de change, elles ont connu une baisse mensuelle de 12,92 % par rapport à fin août 2020 pour se situer à 700,0 millions de USD, à fin septembre dernier, niveau correspondant à 2,5 semaines d'importations de biens et services sur ressources propres. Cette consommation des devises est attribuable aux différentes interventions opérées par la Banque centrale pour atténuer les pressions sur le marché des changes.

En ce qui concerne les finances publiques, les opérations financières de l'Etat se sont soldées par un déficit de 97,8 milliard de CDF, résultant des recettes de 675,4 Milliards et dépenses de 773,3 milliards. Il y a lieu de relever que les ressources tirées de l'appui budgétaire de FMI, soit 132,5 milliards de CDF ont permis non seulement de financer ce déficit, mais également de rembourser les Bons du Trésor.

S'agissant du secteur monétaire, la situation monétaire provisoire renseigne une légère augmentation de la base monétaire de 1,6 % par rapport à fin août 2020, se situant à 3.527,0 milliards de CDF, expliquée principalement par la hausse crédit net à l'Etat. L'encours du Bon BCC s'est établi à 12,5 milliards de CDF à fin septembre 2020 contre 6,0 milliards le mois précédent, dégageant une ponction mensuelle de la liquidité de 6,5 milliards.

Dans ce contexte de stabilité et tenant compte de facteurs tant interne qu'externe pouvant affecter négativement la stabilité du cadre macroéconomique, le Comité de Politique Monétaire a décidé de maintenir inchangé les dispositifs actuels de sa politique monétaire.

Ainsi, le taux directeur demeure à 18,5 %, les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme sont maintenus respectivement à 13,0 % et 12,0 % et ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme à 0,0 %. La régulation de la liquidité se poursuivra avec le Bon BCC.

Toutefois, le Comité de politique monétaire recommande le strict respect du pacte de la stabilité et se tient prêt à utiliser tous les instruments de la politique monétaire, en cas de besoin, afin de préserver la stabilité du cadre macroéconomique.
DGDA : bouchées doubles pour atteindre les nouvelles assignations budgétaires
mardi 12 janvier 2021

*Contrairement à ce que charrie un organe de presse sur les réseaux sociaux, la rigueur dans le dédouanement des marchandises vise à donner au (...)
lire la suite
Sele Yalaghuli met le curseur sur la lutte contre le coulage des recettes
mercredi 6 janvier 2021

Le 1er octobre 2020, la RD Congo a pris date avec l'histoire dans la lutte contre le coulage des recettes. Ce pas important dans la bonne (...)
lire la suite
Économie nationale : les inspecteurs sur le terrain pour veiller sur la stabilité des prix
jeudi 31 décembre 2020

Les inspecteurs du ministère de l'Économie nationale sont déployés dans différents marchés de la ville de Kinshasa pour veiller sur la stabilité des (...)
lire la suite
COMMUNIQUE DE PRESSE REF.DG/CNSS/N°2743/2020
jeudi 31 décembre 2020

La Direction Générale de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, " CNSS" en sigle, informe ses partenaires ainsi que les prestataires sociaux du (...)
lire la suite
Le ministre Sylvain Mutombo reçoit le " prix d’artisan de la paix "
jeudi 31 décembre 2020

Le ministre Délégué à la Défense nationale, chargé des Anciens combattants, Sylvain Mutombo Kabinga, a été primé hier mercredi 30 décembre par le Réseau (...)
lire la suite
Le DG de Huawei RDC annonce la mise en place prochaine de l’Académie des TIC au sein des campus universitaires
jeudi 31 décembre 2020

*Pour sa part, la Vice-ministre de l'ESU, Liliane Banga Lwaboshi, souhaite voir ce projet être exécuté dès l'année prochaine… Les rideaux sont (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting