Dernière minute :

Eglises de réveil… politique
vendredi 18 septembre 2020

L'Eglise au milieu du village. La formule a tout pour faire consensus. Tant elle décline la vocation de l'Eglise. Un espace d'union, d'unité, de concorde et de cohésion. Mais voilà que l'église brûle. A l'image de ces églises de réveil qui parlent plusieurs langages. A mille lieues du "parler en langues " inspiré par le Saint-Esprit.

Au centre de ce capharnaüm, le pouvoir et donc la gloire terrestre. Des choses forcément hautement mondaines. Du copier - coller des pratiques des hommes politiques.

Brandissant statuts, règlements intérieurs… des " oints " ont déboulonné un autre " oint " comme eux du piédestal de " Président des Eglises de réveil ". Ils y ont installé un autre serviteur de Dieu.

Blasphème, semble répliquer le sortant qui refuse de sortir. Même textes en bandoulière, il entend battre le rappel des troupes. Ses troupes ? Encore combien de divisions, mon Général ? Objectif : s'opposer à son éviction qui a tout l'air d'un " péché ".

Produit du schisme fondateur des églises évangéliques, les églises de réveil du Congo sont divisées. Le schisme dans le schisme. Des divisions non sur base doctrinale, mais du fait de la lutte pour le pouvoir d'ici- bas. La quête du Royaume des cieux peut encore attendre. En l'occurrence, l'enjeu du moment étant la représentation à la tête de la CENI.

La chronique " ôte-toi de là que je m'y mette " versus " j'y suis, j'y reste " risque d'être longue chez les ERC. Pas exclu que les termes " Président légitime ", " Président auto-proclamé " risquent d'être empruntés aux hommes politiques. Décidément, 2023 va générer bien des vocations.

A preuve, quoique droits dans leurs soutanes les Pères-Evêques n'entendent pas non plus laisser l'enjeu électoral aux seuls acteurs politiques. En témoigne, leur déclaration d'hier. La Ville et le Monde auront compris : pas plus que 2018, 2023 ne se fera sans la puissante Eglise catholique.

Le tout est de savoir si l'esprit de " Tour de Babel " ne tentera pas les têtes couronnées de l'Eglise universelle. Comme ce fut le cas en début 2019.

Pour rappel, au lendemain de la publication des résultats de la présidentielle 2018, les évêques de l'espace Grand Kasaï bénissaient leur "fils" bien aimé élu à la magistrature suprême, alors que ceux de Kinshasa le vouaient aux gémonies -ou presque- en appelant à la "Vérité des urnes ".

Comme quoi, les sons de cloche différents retentissent aussi au sein de la " Maison-mère ". Mais, ils font moins de bruit et ne durent pas longtemps. José NAWEJ
Derrière l’aventure…, un danger existentiel
lundi 28 septembre 2020

On se serait contenté de railler l'amateurisme s'il n'y avait pas mort d'hommes. On ne serait limité à décrier les failles des " Services " si le (...)
lire la suite
Vive la visioconférence !
vendredi 25 septembre 2020

Pas besoin de consulter les mille et une sources aéroportuaires pour le constater. Coronavirus oblige, nos chefs d'Etat et/ou de gouvernement se (...)
lire la suite
Allô Brigade d’Intervention !
jeudi 24 septembre 2020

A l'aide Monusco ! Au secours Brigade d'intervention ! Vivement des unités spéciales pour endiguer les groupes armés dans l'Est du pays ! Le chef (...)
lire la suite
L’ONU malade de son Conseil de sécurité
mercredi 23 septembre 2020

Le rituel annuel de l'ONU n'a plus de secret pour personne. Le caractère quasi désincarné de l'assemblée générale des Nations unies finit par exaspérer (...)
lire la suite
Le syndrome de… Goma ?
mardi 22 septembre 2020

Sans avoir été sa ville- résidence secondaire, Mobutu y avait ses habitudes. Les différentes rébellions y compris celle victorieuse conduite par (...)
lire la suite
Goma : La covid-19 au secours du " non diplomatique "
lundi 21 septembre 2020

Tiens ! Ce n'était que ça ! Il eût fallu juste y penser. Pour cause de coronavirus, le mini -sommet de Goma, annoncé avec force publicités, se (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting