Dernière minute :
AU COURS DE SA MATINEE POLITIQUE SAMEDI A KINSHASA
Le PDG de Modeste Mutinga exhorte les Congolais à bannir le tribalisme
lundi 7 septembre 2020

* S’agissant de l’Etat de droit proclamé en RDC, «cette formation politique juge qu’à ce jour, la réalité est loin de coller à cet idéal commun".

Le Parti des démocrates pour la bonne gouvernance (PDG), du sénateur honoraire Modeste Mutinga, a gagné le pari de l’organisation samedi dernier à Kinshasa, de son séminaire idéologique sur le thème «l’Etat de droit et la justice sociale». «Le tribalisme détruit la Nation. Cultivons la fraternité», tel est le message sans équivoque du parti, repris sur de larges banderoles affichées dans et dehors la salle Conforta, cadre de la manif, dans la commune de Kasa Vubu.

Deux exposés ont été au menu de ce séminaire du PDG. Le président national du parti, Modeste Mutinga, a planché sur l’Etat de droit dans toute sa complexité. Mieux, dans sa plus grande extension: économique, sociale, politique, judiciaire. Dans un énoncé clair, l’inspirateur du parti résume la notion d’Etat de droit comme étant celui qui favorise les libertés individuelles, une justice distributive des richesses du pays. Pour tout dire, un Etat de droit doit être compris comme une nation où les droits des citoyens sont effectivement remis en état.

Par ailleurs, Modeste Mutinga souligne qu’un Etat de droit est aussi celui où ceux qui tiennent les manettes du pouvoir, à quelque niveau de responsabilité, prêchent par le bon modèle. Ici, il évoque donne l’exemple du mauvais comportement du cortège de certains officiels qui, sous prétexte d’être pressé, brûlent le sens unique et les feux rouges de signalisation routière. Et, à la suite de ce mauvais comportement du cortège officiel, les autres conducteurs finissent par lui emboiter le pas.

L’exemple que donne Modeste Mutinga sur le respect du code de la route, n’est justement qu’une illustration pour amener l’assistance à comprendre que le bon exemple doit venir d’en haut. Et, c’est bien cela, le combat existentiel, la raison sociale du parti, contenu dans sa vision. A savoir : «la primauté de l’autorité de la loi et le règne de l’éthique».

NON A UNE JUSTICE A DOUBLE VITESSE

L’Etat de droit étant également celui qui accorde un prix à la force des lois et non aux hommes forts, le PDG

Soutient formellement qu’on devrait, à tous égards, mettre les Congolais à l’abri de toute justice à double vitesse. En d’autres termes, ce serait un leurre de parler d’un Etat de droit dans un environnement où on arrêterait certains acteurs socioéconomiques, politiques reconnus coupables des faits punis par la loi, alors d’autres ayant commis les mêmes infractions, hument l’air frais. Vivement l’égalité de tous devant la loi !

Devant plusieurs centaines de militants venus de différents coins de la ville de Kinshasa, le numéro 1 du PDG a donc dévoilé l’anatomie descriptive du parti. Celle-ci se résume en six points. A savoir : la devise du parti qui est la «prospérité partagée». Ici, le PDG sous-entend l’émergence de tout Congolais dans ce qu’il entreprend. En d’autres termes, chaque citoyen doit tirer l’essentiel de son revenu, de sa subsistance de son travail.

Le second point est la vision du parti. Celle-ci consacre la primauté de l’autorité de la loi et le règne de l’éthique. Pour le parti, le plus grand malheur de la RD Congo est d’avoir des hommes plus forts que la loi. Dans ces conditions, l’éthique que requiert la gestion de la chose publique est suspendue, à défaut d’être mise en sourdine.

En tant que force politique organisée, le PDG fait du socio-libéralisme, son idéologie. Ici, le défi à relever consiste en la responsabilisation des citoyens congolais sur les activités économiques. Pour le parti, un accent particulier doit-être mis les initiatives privées, l’Etat devant jouer le rôle d’encadreur. Dans son projet, le parti cher à Modeste Mutinga dit nourrir l’ambition légitime de donner de l’électricité à tous les Congolais vivant sur le territoire national et de développer l’agro-industrie. On n’a donc pas besoin d’être expert en Développement rural, pour comprendre que le développement de l’agro-industrie dépend essentiellement de la desserte en électricité.

Le cinquième point expliquant l’existence du PDG est l’essence de son combat. A savoir : «la lutte contre les détournements, la corruption, la concussion, le népotisme» qui, aux yeux des dirigeants du parti, constituent les principaux maux dont souffre la RDC depuis des lustres. D’ores et déjà, le parti de Modeste Mutinga, comme tout Congolais soucieux de l’émergence du pays, croit que l’heure a sonné pour guérir la Nation de toutes ces maladies qui freinent sa croissance économique. D’où, l’impératif de la transparence dans la gestion de la chose publique. Et, c’est donc là ; la stratégie de lutte du parti.

A la suite de cet éclairage conceptuel, le Parti des démocrates pour la bonne gouvernance y va de sa déduction, quant l’existence d’un Etat de droit en RDC. Pour cette formation politique, le chemin à parcourir pour atteindre cet idéal reste encore très long. Dire simplement les choses, Modeste Mutinga juge que la notion d’Etat de droit en RD Congo demeure très abstraite. Bien pire, elle est diversement appréhendée au niveau de la population. D’où, les efforts à fournir par les différents acteurs sociaux, les leaders des partis politiques, à expliquer à leurs bases respectives, ce qu’est-ce un Etat de droit et ses principaux ressorts. Tout bien considéré, le PDG juge qu’au jour d’aujourd’hui, l’Etat de droit en RDC demeure une notion sans contenu concret, à défaut d’être ce fameux panier fourre-tout d’un supermarché.

LES SIX PILIERS D’UNE BONNE GOUVERNANCE

Le deuxième orateur, M. Ngulungu, Secrétaire exécutif en charge de l’Ethique et la bonne gouvernance du parti, a centré son exposé sur ce qu’il a considéré être les six piliers de la bonne gouvernance. Ces derniers sont contenus dans la charte du PDG. Parmi ces instruments indispensables à la bonne gouvernance, le parti cite les principes et les valeurs de la morale, de l’impartialité, de la participation, de la transparence et de l’imputabilité ou devoir de rendre compte.

«Dans cet entendement, l’Etat et le pouvoir, à tous les niveaux, ont pour rôle d’assurer la bonne gestion des services et politiques publics, sans jamais chercher à transformer des institutions publiques en sociétés néo patrimoniales», explique la Charte du parti de Modeste Mutinga.

Toujours sur le plan politique, le bréviaire du PDG renseigne que la bonne gouvernance en externe implique une gestion diplomatique sans faille, la défense accrue de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale. Le tout devant exiger la sauvegarde renforcée de l’indépendance et de l’intangibilité du territoire national moyennant une meilleure visibilité diplomatique.

Par ailleurs, sur le plan administratif et juridique, le parti souligne que la bonne gouvernance s’attachera à réaliser, entre autres, l’efficacité et l’efficience de l’administration publique, tout en améliorant les conditions sociales, en ayant comme point d'orgue la promotion de l’éthique professionnelle. S’ajoutent à cela, la meilleure administration d’une justice équitable et accessible à tous les citoyens, la lutte contre les fléaux de la corruption, de la concussion, de la politisation, du népotisme ou du tribalisme au sein des services publics et de la magistrature.

Après les deux exposés, l’assistance a été conviée à un jeu de question-réponse. Non seulement sur le parti, mais aussi sur des questions d’actualité. En l’occurrence l’insécurité dans l’Est du pays et le martyrs de deux jumeaux, récemment brûlés vifs dans la province du Kongo central. S’agissant de l’insécurité dans la partie orientale, le Parti des démocrates pour la bonne gouvernance, déclare à haute et intelligible voix, soutenir la lutte du DR Denis Mukwege et le rapport «Mapping» qui préconise la mise en place d’un Tribunal international pour la RD Congo.

Toujours en rapport avec le drame de l’Est du pays, le PDG estime que le ver est dans le fruit. Aussi, le parti recommande-t-il le démantèlement du réseau mafieux au sommet de l’Etat. Il importe de rappeler que ce séminaire idéologique du parti, organisé par sa fédération de Kinshasa présidée par M. Souvenir Bola, a été le tout premier du genre, après la levée en juin dernier, de l’état d’urgence sanitaire décrété au mois de mars, pour faire face à la propagation de la pandémie de Covid-19. Grevisse KABREL
Lisanga Bonganga soutient l’organisation des élections anticipées
vendredi 25 septembre 2020

*Selon ce cadre de Lamuka, cette solution est la plus adaptée pour garantir la paix et la concorde nationale. «Les réformes proposées et adoptées (...)
lire la suite
Marie Nelly Tsasa Mbungu et Osée Badibanga Tshilumba font leur entrée au gouvernement Ngobila
vendredi 25 septembre 2020

Le Gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, a procédé, le mardi 22 septembre, au remaniement ministériel de l’exécutif provincial. Deux (...)
lire la suite
Taxe sur le téléphone mobile : Claudel André Lubaya crie à "un braquage d’État"
vendredi 25 septembre 2020

L’annonce de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (ARTPC) sur le lancement officiel, à partir de ce jeudi 24 (...)
lire la suite
Une société chinoise se propose d’ériger trois mini-barrages, des forages et la voirie urbaine en RDC
jeudi 24 septembre 2020

Société chinoise de droit congolais, WIETC/SZTC se propose d'ériger, en République démocratique du Congo, des mini-barrages, des forages et la voirie (...)
lire la suite
Gentiny Ngobila réclame un budget réaliste et responsable pour Kinshasa
mercredi 23 septembre 2020

Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, a lancé, hier mardi 22 septembre, au centre Caritas Congo, les travaux de l’élaboration du (...)
lire la suite
FPI : Bientôt de l’électricité, de l’eau, des repas équilibrés... pour le Grand Kasaï
mercredi 23 septembre 2020

La moisson a été abondante pour Patrice Kitebi en Égypte. Le Directeur général du Fonds pour la promotion de l’industrie (FPI) rapporte deux plans (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Vive la visioconférence !

Pas besoin de consulter les mille et une sources aéroportuaires pour le constater. Coronavirus oblige, nos chefs d'Etat et/ou de gouvernement se déplacent moins. Beaucoup moins même. Des sommets, (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting