Dernière minute :
INTERVENANT EN VIDEOCONFERENCE A LA SESSION DU PARLEMENT EUROPEEN
Denis Mukwege : "Les bourreaux se cachent au sein des armées et des institutions"
mercredi 2 septembre 2020

Intervenant par vidéoconférence depuis Bukavu, dans le Sud-Kivu, lors d'une session de la commission des droits de l'homme du Parlement européen, Dr Denis Mukwege explique pourquoi les violences ne cessent de perdurer dans la partie Est de la République démocratique du Congo. Pour ce prix Nobel de la paix, "c'est parce que les bourreaux d'hier se cachent encore au sein des armées et des institutions de la RDC et des pays de la région".

D'où l'appel de Denis Mukwege à la création d'un Tribunal pénal international "qui puisse juger, non seulement les crimes des deux guerres, mais que son mandat s'étende jusqu'aujourd'hui". "Le manque de volonté politique et la realpolitik ont trop longtemps primé sur le besoin et la soif de justice et de vérité. C'est dans ce contexte que les massacres se poursuivent. Cette situation qui fait honte à notre humanité commune ne peut plus durer", a fait savoir le responsable de l'hôpital de Panzi.

Devant le Parlement européen, Denis Mukwege tonne contre le manque de justice pour les crimes en République démocratique du Congo. Et malgré les menaces de mort dont il est victime depuis un certain temps, il est loin d'être découragé et n'en démord pas. "Sans juger les crimes du passé, les violations des droits de l'homme vont continuer de se multiplier dans mon pays", prévient Denis Mukwege tout en insistant sur la gravité de la situation des droits humains.

Dr Denis Mukwege se réfère aux chiffres du dernier rapport publié par le Bureau des Nations unies aux droits de l'homme sur les six premiers mois de l'année. "En moyenne, huit civils sont tués chaque jour dans le cadre des conflits, c'est énorme. Et bien souvent, ce sont les femmes et les enfants qui sont les principales victimes. Jour après jour, mois après mois, année après année, de nouvelles violations des droits humains sont documentées, rapportées et analysées".

Toutefois, Denis Mukwege salue l'initiative de Félix Tshisekedi qu'il qualifie d' "homme politique sans lien avec les crimes du passé", d'avoir opté pour la mise en place d'un mécanisme de justice transitionnelle. Mais début août, le chef de l'État s'était plaint du peu d'avancées sur ce projet à l'étude au niveau du Gouvernement, souligne-t-il.

Dr Denis Mukwege, est la cible de nouvelles menaces de mort pour avoir dénoncé la poursuite des massacres dans l'Est du Congo. Le Prix Nobel de la Paix a surtout réclamé la mise en place d'un Tribunal pénal international pour juger tous les crimes restés impunis depuis plus de vingt ans.

Dr Denis Mukwege a fait l'objet d'intimidations et de menaces de mort. Le Directeur général de l'hôpital de Panzi, a échappé à une tentative d'assassinat en octobre 2012, en plein centre de Bukavu, la capitale du Sud-Kivu. Le gardien de sa maison avait été abattu à bout portant. Il se savait en danger. Il avait été menacé à plusieurs reprises par des groupes armés pour avoir dénoncé les viols et les autres formes de violences sexuelles dont ils sont responsables, selon Amnesty international. Rachidi MABANDU
Fatshi face à des options difficiles
vendredi 23 octobre 2020

* Au cours d’une interview début octobre courant à Bruxelles, le président de la République avait exprimé sa volonté d’éviter toute crise entre le CACH (...)
lire la suite
Le parti PDG invite Fatshi à revisiter la configuration de l’actuelle majorité au pouvoir
vendredi 23 octobre 2020

Dans une déclaration hier, la formation politique chère à Modeste Mutinga demande au Chef de l'Etat d'engager des consultations politiques en vue de (...)
lire la suite
Le Général Amuli met la Police en alerte pour ce vendredi
vendredi 23 octobre 2020

Le Général Amuli Bahigwa Dieudonné met toutes les unités de la Police nationale congolaise (PNC) en alerte pour la journée du vendredi 23 octobre à (...)
lire la suite
Le FCC se félicite du boycott de la prestation de serment des trois juges de la Haute Cour
vendredi 23 octobre 2020

Au Front commun pour le Congo (FCC), on se réjouit d’avoir refusé de cautionner «la violation flagrante de la Loi fondamentale». Cette position a été (...)
lire la suite
Pius Muabilu au FCC : "répondre à l’invitation du chef de l’état est un comportement républicain"
vendredi 23 octobre 2020

Le ministre d'Etat, ministre de l'Urbanisme et Habitat, et autorité morale du parti Congrès national congolais, a réagi à la controverse née de sa (...)
lire la suite
L’AETA recommande le dialogue pour éviter l’ingouvernabilité du pays
vendredi 23 octobre 2020

La plateforme " Agir pour des élections transparentes et apaisées " (AETA) tape du poing sur la table. Alertée par la tension qui couve au sein du (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Fatshi sur une ligne de crête !

Rentrer dans la tête de Fatshi ? Très tentant ce vendredi 23 octobre. Mais, comment y parvenir ? Il y a du "béton" partout. Béton armé par-dessus le marché. Mission impossible. Alors en avant pour la (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting