Dernière minute :
REFORME DU SYSTEME ELECTORAL
Ntantu-Mey récuse les regroupements politiques
mardi 1er septembre 2020

* Le doyen de la société civile appelle à compter plutôt sur les responsables des structures électorales/leaders d'opinion.

Qui peut accepter de participer à la destruction du système de son règne? Se demande Jean-Marie Ntantu-Mey. Témoin et acteur de presque tous les dialogues, Jean-Marie Ntantu-Mey estime que les organisateurs du forum sur la réforme du système électoral devraient compter sur les responsables des structures électorales et les faiseurs/leaders d'opinion plutôt que les regroupements politiques. Pour cette grande figure de la société civile, l'on devrait d'abord épingler les causes de la situation que l'on déplore aujourd'hui.

Ntantu-Mey en dénombre quatre principalement. A savoir " le vote censitaire qui privilégie ceux qui ont les moyens de l'Etat à disposer d'autant de candidats qu'ils veulent dans toutes les circonscriptions électorales pour obtenir une majorité parlementaire automatique ; le refus de la proclamation et surtout de l'affichage et de la remise des résultats aux témoins de chaque candidat. Ce qui permet au Bureau central de tripatouiller les résultats des élections; le refus des listes des indépendants qu'on oblige à faire partie des regroupements politiques créés et dirigés par des partis politiques qui n'existent que dans les médias ou pendant la période électorale; le manque d'emploi et le mauvais salaire du personnel diplômé (D6, Gradué, Licencié, Dr). Ce qui fait que la députation et les cabinets ministériels sont devenus les seuls emplois!"

Pour Jean-Marie Ntantu-Mey, quand le forum aura trouvé les solutions à ces causes et tant d'autres, l'on fait adhérer la population aux conclusions/résolutions par les médias et les conférences-débats à la base à travers tout le pays. " Les réfractaires au changement seront isolés et la suite est connue ", indique-t-il.

Le doyen de la société civile juge la réforme de la CENI indispensable. Seulement au stade actuel, il constate, non sans regret, l'incohérence des acteurs de la société civile qui désigne des délégués à l'assemblée plénière avant la réforme. " Pendant que la Société civile réclame la réforme avant de désigner les délégués à la CENI, les hommes ont désigné leurs trois membres pour l'assemblée plénière, les organisations des femmes ont porté leur choix sur leurs également." C'est comme si la réforme ne concerne pas les membres de la plénière. Comme si la société civile ne se bat que pour le poste de président de la CENI.

LISTE DES INDEPENDANTS

Ntantu-Mey appuie la réforme électorale et plaide pour la liste des indépendants. " La réforme est nécessaire, nous devons revoir le règlement intérieur de la CENI, la loi électorale, pour que les indépendants puissent aussi former leurs listes. Il doit y avoir la liste du regroupement des indépendants n'appartenant à aucun parti politique. "

Le doyen de la société civile rappelle que dans l'Assemblée post Sun City, il était prévu dans la loi électorale la liste des indépendants. " On doit corriger toutes ces erreurs, cette mafia. Il faut qu'il y ait la réforme de l'organisation de la CENI. Aussi bien sur plan du profil du candidat, des membres de la plénière et les membres des délégués de la société civile qui ne sont que quatre sur une marmaille des partis politiques ", insiste-t-il.

Jean-Marie Ntantu-Mey ne s'arrête pas là. "Nous voudrions qu'on intègre dans le choix des quatre premiers responsables le critère de la représentativité de quatre espaces linguistiques (Lingala, swahili, tshiluba, kikongo). Nous voudrions que dans l'espace de la CENI, que les quatre hauts responsables, président, vice-président, rapporteur, rapporteur adjoint, que chacun d'eux représente un espace linguistique. Qu'on n'exclue aucun espace linguistique au sommet parce que la population se retrouve d'abord à travers son co-socioculturel, c'est ça l'Afrique, c'est d'abord le nord, le sud, l'est et l'ouest, les partis politiques ne sont que les étiquettes que l'on prend pour conquérir le pouvoir ", explique-t-il.

Et pour que la CENI soit neutre, impartiale, estime-t-il, " elle ne doit pas être nécessairement dirigée par la société civile. Il faut une personnalité compétente, intègre, capable de résister aux pressions des dirigeants des partis politiques."

Ntantu-Mey estime également que quelle que soit la personne, " s'il n'y a pas une volonté politique des dirigeants de vouloir le bien de la population, nous n'aurons jamais les élections transparentes et démocratiques. Parce que la grande faiblesse est que les acteurs des partis politiques veulent chacun un président de son obédience. On a tellement affaibli la société civile qu'aujourd'hui beaucoup d'acteurs sont membres des partis politiques, donc exécutants de la volonté des formations politiques. C'est là la faiblesse de la société civile", conclut-il. Didier KEBONGO
Fikin : Félix Tshisekedi s’engage à délocaliser les familles des policiers sinistrées de Pavillon 12
mercredi 2 septembre 2020

Félix Tshisekedi a constaté, hier mardi 1er septembre, l'ampleur du sinistre au Pavillon 12 de la Foire internationale de Kinshasa (Fikin) où un (...)
lire la suite
Gentiny Ngobila lance la construction du marché de Matadi-Kibala
mercredi 2 septembre 2020

Les habitants de la commune de Mont-Ngafula, vont bientôt bénéficier d'un marché ultra-moderne. Le Gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny (...)
lire la suite
L’Intersyndicale de la SCTP salue le nationalisme de Félix Tshisekedi
mercredi 2 septembre 2020

Les agents de la Société Commerciale des Transports et des Ports ont salué, hier mardi 1er septembre, le nationalisme et la bravoure du chef de (...)
lire la suite
Béatrice Lomeya encourage la dénonciation des auteurs des violences basées sur le genre
mercredi 2 septembre 2020

Une grande satisfaction pour la ministre d'Etat en charge du Genre, famille et enfant. Le 46ième Conseil des ministres a validé le plan d'action (...)
lire la suite
Erdogan : "Nos activités en Méditerranée orientale et en Egée sont une quête de justice"
mercredi 2 septembre 2020

"Nos activités en Méditerranée orientale et en Egée sont une quête de justice" a déclaré le président de la République, Recep Tayyip Erdogan, dans un (...)
lire la suite
La Chine est prête à travailler avec le Maroc sur le développement de vaccins contre le COVID-19, déclare Xi Jinping
mercredi 2 septembre 2020

BEIJING, 31 août (Xinhua) -- Rappelant que le COVID-19 demeure une pandémie et que les vaccins joueront un rôle clé dans la victoire de l'humanité (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting