Dernière minute :
MULTIPLICITE DES SERVICES DE L’ETAT DANS DES FRONTIERES
Félix Tshisekedi demande de "nettoyer" les postes frontaliers
mardi 4 août 2020

Depuis belle lurette, les services étatiques et provinciaux fourmillent à nouveau aux différents postes frontaliers du pays. Le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, a ainsi demandé aux ministres sectoriels de "nettoyer" les postes frontaliers de tous les services dont la présence est injustifiée. Une instruction qu’il a donnée au cours du dernier Conseil des ministres.

La résurgence des services de l’Etat aux postes frontaliers a des incidences négatives sur l’économie du pays. Au lieu de permettre à l’Etat d’engranger des recettes dont il a besoin pour faire face à ses gigantesques défis, ces services provoquent plutôt la fuite de moyens financiers. Mais, plus que cela, ils sont à la base de nombreuses conséquences négatives sur l’économie nationale.

La multiplicité des services de l’Etat dans les postes frontaliers n’est pas de nature à contribuer à l’assainissement du climat des affaires et à l’accroissement des recettes, dont le pays a grandement besoin pour faire face à ses nombreux besoins.

CONSEQUENCES NEGATIVES

Cette situation entraîne de nombreuses conséquences négatives. Le cas des tracasseries, des prélèvements illicites des taxes et frais administratifs, la criminalisation du commerce frontalier, la recrudescence de la contrebande...

La multiplicité des taxes entraîne comme conséquences la surenchère pratiquée sur les denrées de consommation courante, tels que les poissons fumés, les cossettes de manioc, le maïs, les arachides, les courges, l’huile de palme...

Voilà pourquoi Félix Tshisekedi a instruit le Gouvernement, à travers les ministres de l’Intérieur, des Transports, du Commerce extérieur et des Finances, sous la conduite du Premier ministre, de lui faire en urgence un rapport circonstancié sur cette question.

NETTOYER LES POSTES FRONTALIERS

Entretemps, le chef de l'Etat leur a demandé de prendre toutes les mesures appropriées pour nettoyer les postes frontaliers de tous les services qui y opèrent et dont la présence est injustifiée.

Le Décret 036/2002 du 28 mars 2002 fixe et désigne les services et organismes publics habilités à exercer aux frontières de la RDC. Ainsi, le Président de la république les a invités à mettre fin immédiatement à toutes les opérations illicites et à faire rapport à chaque réunion du Conseil des ministres sur l’évolution de la situation aux différents postes frontaliers du pays.

Cette question refait surface alors qu’en avril 2019, il était prévu de créer un comité de surveillance des frontières congolaises. Il avait pour mission de s’assurer que seuls les services autorisés prestent et que les passages des personnes et marchandises se font sans tracasseries.

Une décision que le Président Félix-Antoine Tshisekedi avait alors prise le 14 avril à Lubumbashi, à l’issue d’une réunion avec les responsables des principaux services impliqués dans la gestion du poste frontalier de Kasumbalesa et les responsables des régies financières et d’autres services des frontières.

SEULS QUATRE SERVICES AUTORISES A EXERCER

Il était décidé de n’avoir que quatre services autorisés à exercer dans chaque poste frontalier du pays. La Direction générale des migrations (DGM), de la Direction générale de douane et accises (DGDA), l’Office congolais de contrôle (OCC) et le service d’hygiène étaient les services retenus pour exercer aux postes frontaliers..

Le gouvernement central fait face à une baisse des recettes publiques accentuée par la crise sanitaire de la Covid-19. Cette faiblesse dans la mobilisation des recettes est notamment due à cette multiplicité des services publics non autorisés dans les différents postes frontaliers du pays occasionnant le coulage des recettes. .

LE PHENOMENE A LA PEAU DURE

La multiplicité des services de l’Etat aux postes frontaliers à la peau dure. Ou, plus exactement en ne faisant pas appliquer la loi et en n'assurant pas le suivi de ses décisions, le Gouvernement central participe à la récurrence de ce phénomène néfaste pour l'économie du pays.

A son époque, en 2011, le Gouvernement Muzito s’était employé également à combattre ce phénomène en décidant de réduire à quatre le nombre de services opérant aux postes frontaliers. Particulièrement aux ports et aéroports de Kinshasa. Etaient ciblés le Beach Ngobila, le port de Ndolo vulgairement appelé «Ndolo libongo» et l’Aéroport International de Ndjili.

Plusieurs fois brandie, la loi autorisant seulement quatre services publics aux postes frontaliers n’est jamais vraiment appliquée. Une situation qui plombe à la fois le climat des affaires, nuit à la mobilisation des recettes publiques et favorise les tracasseries administratives et policières.

Aujourd’hui, faute de suivi par le Gouvernement actuel, cette tare refait surface. Kléber KUNGU
Le député Muhindo Nzangi réclame la démission du ministre Ruberwa
mercredi 28 octobre 2020

Auteur de l'interpellation d'Azarias Ruberwa, le député Muhindo Nzangi réclame la démission du ministre d'Etat en charge de la décentralisation et (...)
lire la suite
Félix Tshisekedi appelle à la solidarité pour combattre les forces terroristes à l’Est de la Rdc
mercredi 28 octobre 2020

Du haut de la tribune du Palais de Congrès de Brazzaville, le Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a lancé, hier mardi 27 octobre, un appel (...)
lire la suite
Consultations : le sénateur Sanguma Mossai soutient l’idée du mémo de l’ECC à Félix Tshisekedi
mercredi 28 octobre 2020

Membre de la Chambre des Sages, le Sénateur Sanguma T. Mossai salue l'initiative du chef de l'État de lancer les consultations auprès des forces (...)
lire la suite
Le Gouvernement déterminé à approvisionner le marché en produits de première nécessité
mercredi 28 octobre 2020

En perspectives des festivités de fin d'année, le chef du gouvernement, Sylvestre Ilunga, a instruit les ministres concernés de prendre toutes les (...)
lire la suite
Ilunkamba évalue l’exécution du programme de 100 jours
mercredi 28 octobre 2020

Le Premier Ministre Ilunga Ilunkamba a réuni ce mardi 27 octobre 2020 à la primature le VPM Budget, le VPM des ITPR, le Ministre d'Etat, Ministre (...)
lire la suite
G. Kapiamba mutile Acaj avec l’immoralité mensongère
mercredi 28 octobre 2020

Georges Kapiamba a amené l'ONG d'assistance judicaire ACAJ à produire de la nausée intellectuelle dans l'opinion nationale par les insanités (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

La sempiternelle querelle autour des textes

1960 à nous jours : les mêmes textes, des lectures et donc des compréhensions diamétralement opposées. Ce n'est ni une thèse de doctorat, ni un sujet de mémoire. C'est tout simplement le résumé de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting