Dernière minute :
CHAHUT AMBIANT AUTOUR DE LA DECLARATION DU PREMIER MINISTRE
Sylvestre Ilunga Ilunkamba s’est-il adressé au chef de l’Etat ou à l’opinion nationale ?
vendredi 24 juillet 2020

* Le Premier ministre se devait de rendre compte des irrégularités que constitue le contreseing du VPM Gilbert Kankonde, sur une matière qui requerrait l'engagement de la responsabilité du chef de l'Exécutif et partant, celle du Gouvernement

La déclaration du Premier ministre congolais, mardi 21 juillet, continue à cristalliser le débat politique au sein de la coalition au pouvoir. Qu'ils soient du bord du Front commun pour le Congo (FCC) ou de Cap sur le changement (CACH), les différents acteurs politiques y vont, chacun, de leur analyse de contenu et de leur décryptage. Pour les partisans du Président Félix Tshisekedi, le communiqué de Sylvestre Ilunga Ilunkamba s'était adressé au Chef de l'Etat.

Cependant, côté FCC, on rejette cette allégation au parfum d'une accusation gratuite, tout en rappelant le Chef du Gouvernement s'était plutôt adressé à l'opinion nationale. Donc, à la population congolaise, parce que c'est dans ses obligations de rendre également compte de son action au peuple. Lui qui est justement l'émanation de la majorité parlementaire. Ce point de vue du FCC est très largement soutenu et partagé par plus d'un analyste indépendant ayant revisité la déclaration du Premier ministre.

Après cette mise au point qui a le mérite d'être un éclairage, de nombreux observateurs déduisent que le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkmaba a été simplement mal compris. D'ores et déjà, ils reviennent sur le fond même du problème. A savoir, le contreseing des ordonnances présidentielles du 17 juillet, par Gilbert Kankonde, Vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, assumant l'intérim du Premier ministre. Depuis, juristes et acteurs politiques n'ont de cesse de donner de la voix. Normal, dès lors que l'acte posé par l'Udps Gilbert Kankonde, englobe les deux aspects.

A priori, la question qui mérite d'être posée est celle de savoir si le Premier ministre a demandé des comptes au Président de la république ? En tout cas, c'est la très mauvaise impression qu'a une certaine opinion. A partir du moment où Sylvestre Ilunga Ilunkamba dit avoir appris, comme tout le monde à la Télévision nationale, des nominations au sein de l'armée, devrait-il se taire ? Question de bon sens aussi, le Chef du Gouvernement, devrait-il passer sous silence, le fait que le VPM en charge de l'Intérieur ait contresigné ces actes présidentiels, sans l'en avoir informé au préalable ?

Sous réserve d'éventuelles subtilités du droit, le contreseing est un acte de coresponsabilité. Au-delà des considérations administratives, lorsqu'un Premier ministre contresignant un acte de haute portée juridique, ce dernier atteste qu'il en a préalablement pris connaissance. Il en connait le contenu. Ce n'est pas que le Premier ministre valide une ordonnance prise par le Chef de l'Etat. Bien au contraire. En sa qualité de Chef du Gouvernement, il est supposé avoir la primeur de l'info, avant le public. D'où, sa contresignature par laquelle il engage sa responsabilité politique et partant celle du Gouvernement.

Dès l'instant où il s'agit des nominations au sein des Forces armées de la RD Congo (FARDC), domaine ultra régalien et hypersensible, comment peut-on alors comprendre que le Premier ministre pouvait-il y apporter sa caution, lui qui dit les avoir appris comme le commun des mortels ? Il faut donc souligner que l'on parle du Premier ministre, chef du Gouvernement. Et non simple coordonnateur de celui-ci.

Par ailleurs, de nombreux analystes estiment qu'une matière comme celle-là, devrait faire l'objet d'un débat lors d'une réunion du Conseil des ministres. A en juger par la déclaration du Premier ministre Sylvestre ilunga Ilunkamba, les mêmes observateurs ont l'impression que tel n'a pas été le cas. Ceci expliquerait-il les frustrations de ce dernier ?

Tout en respectant la liberté d'opinion de différents acteurs sociopolitique sur cette énième affaire qui empoisonne les relations entre le FCC et son partenaire CACH, nombreux sont des Congolais qui pensent, cependant, que le problème est plutôt politique. Par conséquent, la solution ne saurait être que politique. C'est donc dans cette optique que le Premier ministre lésé, s'est proposé de rencontrer le Président Félix Tshisekedi pour, dit-il, tirer la situation au clair. Doit-on lui reprocher cette voie de sagesse ?

FATSHI A-T-IL REFUSE DE RECEVOIR ILUNGA ILUNKAMBA ?

Une certaine opinion qui croit tirer profit d'un conflit au sommet de l'Etat, a véhiculé hier jeudi, l'information selon laquelle le Premier ministre aurait fait les pieds de grue devant le Bureau du Président de la république. Autrement dit, le Chef de l'Etat en colère, n'aurait pas voulu recevoir le Chef du Gouvernement parti pour le rencontrer.

Cependant, des sources crédibles contactées par Forum des As ont qualifié cette information de "Fake-news", avant d'exhorter ses auteurs à apprendre les notions basiques du Protocole d'Etat. Bon sang ! C'est du Premier ministre qu'il s'agit. Ici comme ailleurs, un Premier ministre ne se déplace jamais pour la Présidence, sans rendez-vous. Le contraire serait un non-sens. Car, un Etat vaut son Protocole. Tout y passe, dans la mesure où c'est le Protocole d'Etat qui, à défaut de le gérer, est néanmoins mis au courant de l'agenda quotidien du Président. Ce service connait les hôtes annoncés du Chef de l'Etat et les heures précises des audiences. Rien n'est donc improvisé. Dans ces conditions, comment le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba pouvait-il se déplacer sans pour autant avoir pris un rendez-vous avec le Chef de l'Etat ?

Peu importent les intrigues politiques, il faut souligner que les relations au sein de l'Etat ne sont pas commandées par les égos, les sauts d'humeurs des acteurs en présence. Ici, la notion de l'Etat se résume en une sorte d'espace organisé, régi par les lois. En tout cas, rien d'autre. Et, quand on parle de la dérive totalitaire ou dictatoriale, c'est peut-être à cause de certains actes commis à l'insu du Chef de l'Etat. A titre d'illustration, on apprend des sources bien informées qu'à deux reprises, la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC), aurait délibérément mis un "blackout", sur un communiqué officiel émanant de la Primature et signé par le porte-parole du Premier ministre. Ce qui est inadmissible et même inacceptable. Sinon, en quoi la Télévision publique serait-elle un média officiel ? C'est la deuxième fois que la RTNC décrète l'embargo contre le .. Premier ministre. La première fois, c'était lors de l'affaire "VPM Tunda".

SYLVESTRE ILUNGA DOIT-IL DEMISSIONNER ?

Toujours dans cette affaire de la déclaration de Sylvestre Ilunga Ilunkamba, des pro-CACH déclarent qu'un Premier ministre, ça démissionne. Ca ne se plaint pas. Soit.

Cependant, plus d'un observateur estime que la démission est avant tout une décision personnelle. Pour le cas de figure, l'option de rendre le tablier pour Sylvestre Ilunga, doit dépendre soit de lui-même, soit de sa famille politique, le FCC qui se résoudrait de lui retrier sa confiance au niveau de l'Assemblée nationale. C'est l'occasion de rappeler ici qu'on est dans un régime semi présidentiel ou parlementaire. Le Premier ministre étant justement l'émanation de la majorité au Parlement, seule cette même majorité pour donc le démettre de ses fonctions, via une motion de défiance. En tout cas, personne d'autre. F$ut-il le Président de la république.

Toute la difficulté réside en la mauvaise interprétation ou compréhension que se font des Congolais, de la prérogative de garant de la nation reconnue au Président de la république. Ce privilège ne veut nullement dire que le Chef de l'Etat peut prendre des décisions comme il l'entend. Bien au contraire. Tous les actes présidentiels doivent être conformes aux lois du pays. Car, le Chef de l'Etat prête serment, en s'engageant à respecter et à faire respecter la Constitution et les lois de la République, il sait désormais à quoi s'n tenir. Grevisse KABREL
La DDC appelle Félix Tshisekedi à revenir au cadre de concertation permanent FCC-CACH
mardi 1er décembre 2020

La Dynamique pour la démocratie au Congo (DDC) du député national Jean-Marie Ingele Ifoto appelle le président de la République, Félix Tshisekedi à (...)
lire la suite
Lisanga Bonganga : « L’adoption consensuelle des réformes impératives constitue la seule voie de sortie de crise en RDC »
mardi 1er décembre 2020

Coordonnateur de la Dynamique de sortie de crise (DYSOC), Lisanga Bonganga n’a pas pris part aux consultations menées par Félix Tshisekedi. Il est (...)
lire la suite
Réélection d’Albert Yuma : Bras de fer entre la FEC et le Conseil d’Etat
mardi 1er décembre 2020

A la fédération des entreprises du Congo (FEC), le climat n'est pas au bon fixe depuis l'annonce de l'annulation de la réélection d'Albert Yuma au (...)
lire la suite
Le RDC va abriter la 48ème session du Forum des parlementaires de la SADC
mardi 1er décembre 2020

La RDC va abriter, du 4 au 5 décembre, les travaux de la 48ème session du Forum parlementaire de la SADC. Une première depuis la création de cette (...)
lire la suite
Election à la FEC : le Conseil d’Etat peut-il statuer sur les ASBL ?
mardi 1er décembre 2020

C’est la semaine dernière qu’a eu lieu, à la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), l'élection qui a permis aux sociétaires de renouveler leur (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting