Dernière minute :
COALITION AU POUVOIR
FCC-CACH : quand les ordonnances présidentielles sur l’Armée et la Justice divisent !
jeudi 23 juillet 2020

Entre le FCC et CACH, le fossé se creuse de jour en jour. Beaucoup de divergences sur les principales questions qui touchent à la vie de la nation sautent aux yeux. Elles mettent aux prises ceux qui ont entre les mains, la gestion des affaires de l'Etat au plus haut niveau. Dès lors, les deux partenaires de la coalition sont tenus de se rencontrer régulièrement pour aplanir un tant soit peu ce qui les divise, et même les oppose.

Dans un environnement truffé de conflits, les initiateurs du "Comité de suivi" sont chargés d'assurer la conciliation sur les sujets qui fâchent. Il y en a à floraison depuis que le CACH et le FCC ont signé leur deal. D'où, l'importance de ce cadre de concertation, le "Comité de suivi" de la coalition.

LES VICTIMES DES MARCHES ANTI-MALONDA

Le mardi 21 juillet, l'UDPS, par le biais de son secrétaire général Augustin Kabuya, a mis en veilleuse les réunions de ce "Comité de suivi" de la coalition. Pas éternellement. Juste le temps pour le parti de terminer complétement la recherche et l'identification de ses "combattants" tués lors des marches anti-Malonda du 9 juillet.

Parti au pouvoir pourtant, l'UDPS affirme avoir enregistré beaucoup de pertes en vies humaines, surtout dans la ville de Lubumbashi, capitale du Haut-Katanga. Plusieurs de ses victimes sont tombées dans la rivière Lubumbashi où tous n'ont pas encore été repêchés jusqu'à ce jour, soutiennent ses dirigeants.

Plusieurs autres "combattants"ont disparu et le parti ne connaît en tout cas pas leur sort. D'où, il n'est pas du tout question de passer par pertes et profits ces morts et ces innombrables disparus, et reprendre les concertations avec le FCC par le "Comité de suivi", comme si de rien n'était, estime-t-on à la "11ème rue- Limete".

D'où, cette pause jusqu'à ce que l'UDPS aura tiré au clair le chapitre de ses victimes des marches anti-Malonda.

Dans le camp adverse, c'est-à-dire du partenaire FCC, on ignore ce problème, dans la mesure où aucune marche projetée pour le soutien des Institutions n'a encore eu lieu.

Par ailleurs, sur ces morts et ces disparus que déplore l'UDPS à Lubumbashi, Jacques Kyabula, le gouverneur de cette province soutient, lui, qu'il n'y a pas eu un seul mort, membre de l'UDPS dans la rivière Lubumbashi. Pas non plus de disparu, vu que les services administratifs de l'Etat, notamment la Marie et les communes n'ont enregistré aucune plainte des habitants de la ville de Lubumbashi à ce sujet.

Le gouverneur du Haut-Katanga s'en tient uniquement au bilan présenté depuis Kinshasa par le colonel Mwanamputu, porte-parole de la Police nationale congolaise (PNC). Ce que rejette l'UDPS, parti présidentiel, qui n'est pas encore au niveau d'un bilan définitif. Ce qui révolte Augustin Kabuya, le secrétaire général de l'UDPS, qui refuse tout débat à ce sujet où le parti continue à essuyer ses larmes.

DIVORCE EN PERSPECTIVE?

Les marches anti-Malonda de l'UDPS sont venues encore envenimer les rapports entre ces deux partenaires de la coalition qui étaient déjà en dents de scie, en temps normal, où ils frôlent chaque jour le divorce.

Le dernier point de friction entre les deux partenaires au pouvoir où, dans chaque camp les communicateurs sont sortis du bois, ce sont les dernières ordonnances présidentielles portant mise en place dans l'Armée et l'appareil judiciaire.

On les conteste côté FCC. Tandis que côté CACH, on les applaudit vivement et les porte à bout de bras. Ferdinand Kambere, secrétaire permanent adjoint du PPRD, relève une illégalité en constatant que ces ordonnances n'ont pas reçu le contreseing du Premier ministre, comme l'exige la Constitution, mais bien du Premier ministre a.i. Pourquoi les avoir signées au moment où le chef du Gouvernement n'est pas à Kinshasa, mais plutôt en déplacement?

Pour lui, le Président de la république devait attendre le retour du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba pour soumettre ces Ordonnances à son contreseing, comme le stipule une disposition de la Loi-mère qui a été délibérément violée par le Président de la république en faisant contresigner plutôt le vice-ministre de la Justice.

Côté CACH, Tony Mwamba, le Président du groupe parlementaire de l'UDPS rejette cette intelligence de la Constitution par Ferdinand Kambere, secrétaire permanent adjoint du PPRD.

Pour lui, le chef de l'Etat n'est pas soumis à cette obligation du contreseing du Premier ministre, pour ces deux matières, à savoir la Défense nationale et la Justice, car il signe alors ces Ordonnances en sa qualité de Commandant suprême des Forces armées et 1er magistrat de la République où il dispose des prérogatives exceptionnelles dans ce domaine.

DEFI DU COMITE DE SUIVI/ Lorsque le "Comité de suivi" de la coalition va enfin se réunir, le principal sujet de friction sera ces deux ordonnances présidentielles sur l'Armée et la Justice, où les deux camps ont déjà commencé à s'empoigner par des diatribes verbales.

D'autant plus qu'à son retour de Lubumbashi, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a fait publier un communiqué officiel où il dénonce justement la violation de la Constitution dans ces ordonnances présidentielles qui n'ont pas reçu son contreseing.

Les jours qui viennent seront chauds pour la coalition.

KANDOLO M.
La Commission C26 et le Premier ministre abordent la sécurité et les finances du pays
vendredi 24 juillet 2020

La Commission C26 a été reçue en audience hier le jeudi 23 juillet à l'Hôtel du Gouvernement par le Premier ministre Sylvestre Ilunga. Au menu de (...)
lire la suite
Sylvestre Ilunga Ilunkamba s’est-il adressé au chef de l’Etat ou à l’opinion nationale ?
vendredi 24 juillet 2020

* Le Premier ministre se devait de rendre compte des irrégularités que constitue le contreseing du VPM Gilbert Kankonde, sur une matière qui (...)
lire la suite
CENAREF : Vivement des moyens à Adler Kisula
vendredi 24 juillet 2020

Nommé le 18 juillet courant Secrétaire Exécutif de la Cellule nationale des renseignements financiers (CENAREF) par le Président Félix Tshisekedi, (...)
lire la suite
Procès en appel de Kamerhe : la CENCO s’invite !
vendredi 24 juillet 2020

* Les évêques catholiques veulent voir clair dans le dossier judiciaire du directeur de cabinet du Chef de l'Etat Le porte-parole de la (...)
lire la suite
L’ECT a déversé près de 5.000 militants dans la rue hier
vendredi 24 juillet 2020

*A la manœuvre, Félix Momat Kitenge, le Secrétaire général du parti et vice-ministre au Budget. Présents au rendez-vous des partisans du Front Commun (...)
lire la suite
Marche du FCC : L’ABG de Bialosuka réussit le pari de la mobilisation
vendredi 24 juillet 2020

L'Alliance pour la Bonne Gouvernance (ABG), formation chère à Jonathan Bialosuka Wata, a réussi une grande mobilisation de ses militants à la marche (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

A chacun son "peuple" et sa "rue"

La rue ? Personne n'en a le monopole. Le "peuple" ? Nul n'en est l'incarnation exclusive. Dans une société démocratique, l'expression populaire est par définition plurielle. La démonstration -si (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting