Dernière minute :

Réformes électorales : Sesanga, Lokondo, Ndjoli, Muyaya… amorcent bientôt des consultations
lundi 20 juillet 2020

*Au regard des divisions constatées au sein de la Majorité, de l'Opposition, des Confessions religieuses, les ''Signataires de l'appel du 11 juillet 2020'' privilégient la voie du consensus.

Que faire pour baliser la voie à un processus électoral apaisé en République démocratique du Congo ? C'est à cette question que tâchent de répondre les ''Signataires de l'appel du 11 juillet 2020'', un groupe hétéroclite de 12 députés et acteurs de la Société civile. Au cœur d'une conférence de presse le vendredi 17 juillet à Kinshasa, ils ont fredonné en chœur leur volonté de promouvoir le consensus dans leur démarche pour obtenir des réformes électorales. Une initiative qui démarre bientôt avec des consultations que les porte-étendards de cette plateforme comptent amorcer auprès de la Majorité, de l'Opposition, de la Société civile, et particulièrement des confessions religieuses, en proie aux dissidences.

"Nous, signataires de l'appel du 11 juillet 2020, sommes porteurs d'une idée et d'une conviction. Nous ne formons pas un parti politique ni non plus un regroupement politique. Nous sommes une initiative transversale ouverte, rassemblant des personnalités de professions et de carrières différentes issues tant de l'espace politique que de la société civile dans sa diversité et militons en faveur d'un consensus sur les réformes électorales nécessaires, gage de la paix et de la concorde nationale", révèlent-ils dans une déclaration remise à la presse.

Pour la plupart députés nationaux, les membres de ce groupe proviennent des milieux politiques variés, voire antagonistes. Si certains sont actifs au sein de la Majorité, nombre d'entre eux militent au sein de l'Opposition. La diversité des ''Signataires de l'appel du 11 juillet 2020'' se remarque même au niveau des origines géographiques.

Elu de Luiza (Kasaï central), leader d'Envol, parti de l'Opposition, le député Delly Sesanga Hipungu salue cette dynamique qui permet de réunir autour d'une table des citoyens congolais qui ont librement choisi d'emprunter la voie de la paix pour baliser le chemin des élections de 2023. Il estime qu'il est temps de se réveiller pour entreprendre les réformes électorales en toute quiétude, en privilégiant la concertation trois ans avant le scrutin, au lieu d'amorcer des préparatifs tard et dans la précipitation.

PREVENIR LE CHAOS

"L'appel du 11 juillet, précise-t-il, est avant tout l'expression d'une conscience partagée entre signataires sur l'évidence de la division de la Nation à tous les niveaux et dans tous les secteurs. Division au sein de la coalition gouvernementale, division au sein de la majorité parlementaire, division au sein de l'opposition politique parlementaire et extraparlementaire, division y compris au sein de la société civile et, particulièrement, parmi les confessions religieuses, entraînant une fracture au sein de nos populations. Avec, parfois, des positions extrêmes comme celles vécues lors de dernières manifestations de rue, qui aggravent le contexte délétère actuel de la vie nationale sur les plans politique, sécuritaire, économique et social, sur fond de crise sanitaire de la COVID-19".

Conscient de la tension qui couve présentement la classe politique et même de la Société civile, Delly Sesanga est d'avis que le Congo est à ce jour ''pris en étau par le radicalisme et l'extrémisme des uns et des autres''.

"Le pays est, de ce fait, privé d'espace propice de discussion, susceptible de favoriser le traitement, sans passion, des questions essentielles sur lesquelles la Nation devrait s'unir, afin d'envisager plus sereinement son avenir", laisse-t-il entendre.

"Face donc à ce contexte, nous, signataires de l'appel du 11 juillet 2020, avons décidé de transcender nos divergences d'opinions et d'appartenances, afin de privilégier et de promouvoir une option de responsabilité partagée, jugée à ce jour, incontournable pour prévenir le chaos et baliser la route en vue des élections transparentes, démocratiques, crédibles et apaisées en 2023", a fait remarquer Delly Sesanga.

PRIVILEGIER LA VOIE PACIFIQUE

Au regard des violences enregistrées aux lendemains des élections de 2006, de 2011 et à la veille du scrutin de 2018, Jacques Ndjoli Eseng'Ekeli assure avoir tiré les leçons du passé pour privilégier la voie pacifique. Jadis vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CEI), ce député national, haut cadre du Mouvement de la Libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba reconnait avoir eu chaud lors des tensions post-électorales de 2011.

Sénateur honoraire, élu de Boende (Tshuapa), Jacques Ndjoli s'est, dès lors, décidé de s'engager sur la voie du consensus pour éviter toutes contestations violentes des résultats des urnes au terme des élections de 2023.

En perspective de ce noble objectif, le député Henri-Thomas Lokondo, membre du Groupe parlementaire PALU et Alliés), révèle avoir accepté de faire fi des divergences politiques pour privilégier l'intérêt national. "Nous avons décidé de transcender nos chapelles. Mais, notre démarche n'est pas menée pour conquérir des postes", a confié à la presse l'élu de Mbandaka.

"POURQUOI DES ELECTIONS POUR REVENIR A LA GUERRE ?"

"Personne d'entre nous n'est dans une démarche pour obtenir un poste politique", a aussitôt renchéri Patrick Muyaya, député national du PALU. "L'idée est bien simple : nous transcendons nos divergences politiques. Sinon, pourquoi devrons-nous organiser des élections pour revenir à la guerre ? Sans unité, sans cohésion, aucun développement n'est possible", a argumenté l'élu de la Funa (Kinshasa), déterminé à encourager la culture de la paix.

A ceux qui s'interrogent sur les ambitions soudaines de ce groupe restreint, qui risquerait d'évoluer en parallèle aux institutions de la République, le député Juvenal Munubo Mubi, élu de Walikale (Nord-Kivu), éclaire l'opinion. "Nous venons donner un coup de pouce aux institutions. S'il n'y a pas de consensus, nous allons tout droit au mur", conclut ce brillant avocat, responsable des relations extérieures au sein de l'Union pour la Nation congolaise (UNC). Yves KALIKAT

Zoom sur les réformes électorales réclamées par les signataires de l'appel du 11 juillet 2020

Préoccupés par les réformes électorales qui ont même fait l'objet de la marche pacifique du Comité Laïc de Coordination (CLC), hier dimanche 19 juillet, les signataires de l'appel du 11 juillet 2020 ont couché leurs propositions dans leur dans le cahier des charges.

Ces réformes prennent en compte les expériences électorales de 2006, de 2011 et de 2018. Elles concernent aussi bien le cadre organique, institutionnel que légal des élections.

Ces suggestions impliquent, en l'occurrence, ''la révision de la Loi organique n°13/012 du 19 avril 2013, modifiant et complétant la loi organique n°10/013 du 08 juillet 2010 portant organisation et fonctionnement de la CENI, notamment en ce qui concerne la composition de son organe de direction et le mode de désignation de ses membres''.

Les réformes réclamées visent, en outre, ''la révision de certains articles de la Constitution, à l'exclusion de l'article 220 et dans le respect de celui-ci, en l'occurrence le rétablissement des deux tours de l'élection du Président de la République (art.71)'', précisent les signataires de l'appel du 11 juillet 2020.

Par ailleurs, les réformes électorales suggérées la ''modification de la loi n°17/013 du 24 décembre 2017 modifiant et complétant la loi n°06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales, principalement quant au mode de scrutin pour certaines élections, la crédibilité du processus et des résultats, la facilitation du contentieux...''. Yves KALIKAT

SENS ET CONDENSÉ DE L'INITIATIVE DE L'APPEL DU 11 JUILLET EN FAVEUR D'UN CONSENSUS SUR LE REFORMES ELECTORALES

1. Qui sommes-nous ?

Nous, signataires de l'appel du 11 juillet 2020, sommes porteurs d'une idée et d'une conviction. Nous ne formons pas un parti politique ni non plus un regroupement politique. Nous sommes une initiative transversale ouverte, rassemblant des personnalités de professions et de carrières différentes issues tant de l'espace politique que de la société civile dans sa diversité et militons en faveur d'un consensus sur les réformes électorales nécessaires, gage de la paix et de la concorde nationale.

2. Pourquoi avons-nous lancé l'appel du 11 juillet 2020 ?

L'appel du 11 juillet est avant tout l'expression d'une conscience partagée entre signataires sur l'évidence de la division de la Nation à tous les niveaux et dans tous les secteurs. Division au sein de la coalition gouvernementale, division au sein de la majorité parlementaire, division au sein de l'opposition politique parlementaire et extraparlementaire, division y compris au sein de la société civile et particulièrement parmi les confessions religieuses, entraînant une fracture au sein de nos populations, avec parfois des positions extrêmes comme celles vécues lors des dernières manifestations de rue qui aggravent le contexte délétère actuel de la vie nationale sur les plans politique, sécuritaire, économique et social, sur fond de crise sanitaire de la COVID-19.

Pris en étau par le radicalisme et l'extrémisme des uns et des autres, le pays est de ce fait, privé d'espace propice de discussion, susceptible de favoriser le traitement sans passion des questions essentielles sur lesquelles la Nation devrait s'unir afin d'envisager plus sereinement son avenir.

Face à ce contexte, nous, signataires de l'appel du 11 juillet 2020, avons décidé de transcender nos divergences d'opinions et d'appartenances afin de privilégier et de promouvoir une option de responsabilité partagée, jugée à ce jour, incontournable pour prévenir le chaos et baliser la route en vue des élections transparentes, démocratiques, crédibles et apaisées en 2023.

3. Des objectifs de notre démarche

Le contexte politique actuel essentiellement marqué par des divergences profondes et des incertitudes évidentes sur la relance et l'aboutissement paisible du processus électoral nous a conduits, nous, signataires de l'appel du 11 juillet 2020 à lancer l'initiative de la recherche d'un consensus sur les réformes électorales aux fins de promouvoir les objectifs ci-après :

4. Des moyens pour aboutir au consensus

Afin de promouvoir l'initiative d'un consensus sur les réformes électorales et produire des résultats escomptés, nous, signataires de l'appel du 11 juillet 2020 entendons mener les actions ci-après :

- Sensibiliser et mobiliser la Nation toute entière, nos populations, les animateurs des institutions ainsi que toutes les forces vives autour de la nécessité d'un consensus sur les réformes électorales ;

- Approcher toutes les parties prenantes au processus électoral afin d'obtenir et de concilier les avis des uns et des autres, dégager les divergences et les convergences de manière à pouvoir faciliter la construction du consensus attendu;

- Partager avec les uns et les autres autour des propositions termes de référence sur les options susceptibles de favoriser des réformes électorales consensuelles en vue des élections transparentes, démocratiques, crédibles et apaisées en 2023.

- Capitaliser les acquis de nos échanges pour opérer des réformes électorales par la voie institutionnelle.

5. Des réformes électorales proposées

Les réformes électorales proposées sont reprises dans le cahier de charge des signataires de l'appel. Elles prennent en compte les expériences électorales de 2006, 2011 et 2018 et concernent aussi bien le cadre organique, institutionnel que légal des élections et impliquent ce qui suit :

1. La modification de la loi organique n°13/012 du 19 avril 2013 modifiant et complétant la loi organique n°10/013 du 08 juillet 2010 portant organisation et fonctionnement de la CENI notamment en ce qui concerne la composition de son organe de direction et le mode de désignation de ses membres.

2. La révision de certains articles de la Constitution, à l'exclusion de l'article 220 et dans le respect de celui-ci, notamment le rétablissement des deux tours de l'élection du Président de la République (art.71).

3. La modification de la loi n°17/013 du 24 décembre 2017 modifiant et complétant la loi n°06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales, principalement quant au mode de scrutin pour certaines élections, la crédibilité du processus et des résultats, la facilitation du contentieux, etc.

Fait à Kinshasa, le 17 juillet 2020

Les signataires

Honorable LOKONDO Henri-Thomas, Député national, élu de la Ville de Mbandaka

Honorable MAKENGO NGOMBE MATOKA Charles, Député national, élu de Kinshasa (Tshangu)

Honorable MAMBIDI KOLOBORO Jean-Marc, Député national, élu de Watsa

Monsieur MUKOKO SAMBA Daniel, Ancien Vice-Premier ministre

Monsieur MUONGO Jean-Pierre, Ancien DG OCPT

Honorable NDJOLI ESENG EKELI Jacques, Député national, élu de Boende

Honorable SESANGA HIPUNGU Delly,

Député national, Elu de Luiza Honorable LUBAYA Claudel André, Député national, élu de la Ville de Kananga

Honorable MAMBA Jean-Jacques, Député national élu, Kinshasa (Lukunga)

Madame MANYA Riche, Société civile Honorable MUNUBO MUBI Juvenal.

Député national, élu du Territoire de Walikale

Honorable MUYAYA KATEMBWE Patrick,

Député national, élu de Kinshasa/Funa

Monsieur NSAPU Paul, Société Civile
Delly Sesanga à Mabunda : « L’inscription d’une loi à l’agenda de l’Assemblée nationale n’est pas une faveur »
mardi 29 septembre 2020

* Les signataires de l’appel du 11 juillet insistent pour mettre à profit la session parlementaire de septembre afin d’engager les réformes (...)
lire la suite
Le silence des églises suscite des interrogations
lundi 28 septembre 2020

La controverse autour des Ordonnances du Président Félix Tshisekedi, signées en date du 17 juillet dernier, est loin et même très loin de finir. Bien (...)
lire la suite
Sylvestre Ilunga Ilunkamba appelle à la maximisation des ressources publiques
vendredi 25 septembre 2020

* Le chef du Gouvernement promet de soutenir la diversification et la digitalisation des recettes publiques, de même que l'installation des (...)
lire la suite
Félix-Antoine Tshisekedi embarrasse la Monusco
jeudi 24 septembre 2020

* "Il ne revient pas aux Casques bleus de s'adonner aux tâches de sécurisation du pays dévolues principalement aux FARDC", martèle régulièrement (...)
lire la suite
FATSHI appelle à doter la Brigade d’intervention d’unités spéciales
mercredi 23 septembre 2020

*Pour ce faire, le Président congolais plaide pour affecter à la Monusco des soldats rompus à la guerre asymétrique qu'imposent les groupes armés à (...)
lire la suite
Est-ce l’ombre de Vital Kamerhe ?
mardi 22 septembre 2020

* Si l'UNC officiel s'est mobilisée pour accueillir Fatshi, la base du parti réunie au sein de l'Asbl "Soutenons Vital Kamerhe", a envahi les rues (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Bonjour la pluie, bonjour les dégâts !

Coucou ! Dame la pluie est là ! Hier, la flotte s'est annoncée sur Kinshasa. Une bonne nouvelle sous des cieux normaux. La pluie charriant au propre comme au figuré tout ce qui est vital. Sevrés de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting