Dernière minute :
POUR CONTOURNER LE BLOCAGE AUTOUR DE LA DESIGNATION DU PRESIDENT
CENI : Elargir le champ des grands électeurs au-delà des confessions religieuses
mercredi 15 juillet 2020

Les tractations entre confessions religieuses pour le choix du nouveau président de la Centrale électorale semblent au point mort. Depuis plusieurs semaines, les huit principales confessions religieuses du pays n’arrivent pas à s’accorder sur un nom. Alors que six confessions religieuses ont porté leur choix sur Ronsard Malonda, actuel Secrétaire exécutif national de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), pour succéder à Corneille Nangaa, l’Église catholique et l’Église du Christ au Congo leur opposent une fin de non-recevoir.

Dans un communiqué daté 10 juin, le Cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque de Kinshasa et Vice-président de la CENCO et le Révérend Dr André Bokundoa, Président de l’ECC, qui assurent le présidium de la plateforme des confessions religieuses, font état du désaccord persistant au sein de la composante au sujet de la personne à porter à la tête de la CENI.

«Après échanges et évaluations, il n’a pas été possible de dégager un consensus sur une personne qui représente les valeurs auxquelles tiennent les confessions religieuses, entre autres, le professionnalisme, l’éthique et l’indépendance vis-à-vis des acteurs politiques», ont-ils relevé.

En clair, les défenseurs de cette thèse souhaitent voir l’espace de provenance du patron de la Centrale électorale être élargi aux autres segments de la société civile, au lieu que cela reste la seule affaire des chefs religieux.

Car, dans cette société civile, ce ne sont pas les compétences qui manquent. On y dénombre quantité de personnalités qui ont le profil de l’emploi. Il y a des experts en matière électorale reconnus, tant sur le plan tant national qu’international. C’est le cas de Jérôme Bonso, Sylvain Lumu, Denis Kadima, Paul N'Sapu, Cyrille Ebotoko, Eale Bosela, Ronsard Malonda.

Selon un expert des questions électorales, citant les textes de la loi électorale et de la loi organique sur le fonctionnement de la CENI, « nulle part dans ces textes, on donne le monopole de la désignation du Président de la CENI aux confessions religieuses. Les textes édictent que le Président de la CENI est désigné par la société civile », explique-t-il.

S’agissant de la désignation des membres du Bureau, il y est écrit :

« La CENI est composée de treize membres désignés par les forces politiques de l’Assemblée Nationale à raison de six délégués dont deux femmes par la Majorité et de quatre dont une femme par l’Opposition politique. La Société Civile y est représentée par trois délégués, issus respectivement de : Confessions religieuses ; Organisations féminines de défense des droits de la femme et Organisation d’éducation civique et électorale. »

Des observateurs en sont à se demander pourquoi alors les confessions religieuses sont-elles la seule composante de la société civile à avoir désigné les différents présidents de la Centrale électorale jusque-là.

Depuis les précédents cycles électoraux (2006, 2011 et 2018), la société a recouru aux confessions religieuses pour donner une certaine bonne image de la personne qui préside aux destinées de la CENI, sachant que la population congolaise, majoritairement croyante, fait confiance aux chefs religieux, voire à ses pères spirituels. Les abbé Malu Malu, pasteur Daniel Ngoy Mulunda et Corneille Nangaa sont les produits de ce consensus, non sans une certaine primauté de l’avis de la CENCO et de l’ECC.

Cela ne semble malheureusement pas avoir marché pour la désignation de Ronsard Malonda, faute de consensus au sein du regroupement des confessions religieuses.

En tout état de cause, la société civile dans sa pluralité gagnerait, et avec le pays tout entier, à élargir le champ des grands électeurs pour sortir de l’impasse sur le choix du président de la Commission électorale nationale indépendante. Didier KEBONGO
Néron Mbungu exhorte les Kinois à porter le masque dans les lieux publics
mardi 28 juillet 2020

Le vice-gouverneur de la ville de Kinshasa, Néron Mbungu, a pris part à la réunion du comité multisectoriel de riposte contre la Covid-19. A l'issue (...)
lire la suite
La police rappelle aux Poids lourds l’interdiction de circuler avant 21 heures
mardi 28 juillet 2020

Le Commissariat provincial de la police de Kinshasa, a, dans un communiqué publié hier lundi 27 juillet, rappelé aux conducteurs de poids lourds et (...)
lire la suite
Vivement un forum réunissant le FCC, le CACH, l’AFDC-A, Lamuka,... et la Société civile
mardi 28 juillet 2020

Le regroupement politique Alliance des forces démocratiques du Congo et Alliés (AFDC-A) de Modeste Bahati Lukwebo reste plus que "préoccupé par la (...)
lire la suite
Les juges d’appel rejettent la demande de mise en liberté provisoire de Vital Kamerhe
mardi 28 juillet 2020

Les juges de la Cour d'Appel de Kinshasa/Gombe ont statué, le samedi 25 juillet, sur la demande de liberté provisoire de Vital Kamerhe pour des (...)
lire la suite
MESSAGE DE FELICITATIONS DE LA SODEMA AU HAUT MAGISTRAT ADLER KISULA BETIKA
mardi 28 juillet 2020

Me ADLER KISULA BETIKA, Pour votre double nomination aux postes d'Avocat Général près la Cour de cassation et de Secrétaire Exécutif de la Cellule (...)
lire la suite
Covid-19 : Jeanine Mabunda échange avec le caucus des parlementaires du Kasaï autour de cette crise
mardi 28 juillet 2020

Le caucus des parlementaires du Kasaï ont échangé ce lundi 27 juillet 2020 avec la présidente de l'Assemblée nationale. Au centre de leurs (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Gestes barrières : FCC-CACH, un exemple à suivre

Tour de vis, dès ce mardi 28 juillet 2020, sur le front de l'observance stricte des mesures-barrières. Port obligatoire et correct des masques, distanciation physico-sociale dans les lieux (...)

lire la suite

Annonces
Autres infos
Toutes les rubriques
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting