Dernière minute :
IN TEMPORE NON SUSPECTO
"Renouvellement de la Ceni : Fils maison et expert, Ronsard-Ernest Malonda en pole position", écrivait Forum des As
vendredi 3 juillet 2020

* Six confessions religieuses sur les 8 qui composent la plateforme, ont jeté leur dévolu sur ce technicien rompu à la tâche.

Ronsard-Ernest Malonda part favori des pronostics à la présidence de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). C’est ce que Forum des As apprend de certaines indiscrétions la réunion des confessions religieuses, tenue le lundi 8 et le mardi 9 juin au complexe scolaire Cardinal Monsengwo à Limete.

Selon des éléments d’information parvenus hier à la rédaction de Forum des As, il a été question que les huit confessions religieuses désignent, au cours de cette assemblée, leur candidat commun, futur président de la Centrale électorale. Mais aucun consensus n’a été trouvé. Et cause, l’Eglise catholique et l’Eglise du Christ au Congo (ECC) se considérant en pole position, ont exigé que le poste du futur numéro 1 de la Ceni revienne au candidat de leur choix. Ce qui n’a pas du tout été du goût des six autres confessions religieuses qui ont jeté leur dévolu sur la candidature de Ronsard-Ernest Malonda Ngimbi.

Au stade actuel des tractations, on est donc encore au niveau de la difficile recherche du candidat du consensus. Toutefois, en vertu du principe sacro saint du jeu démocratique qui admet que la voix de la majorité l’emporte, sans forcément étouffer celle de la minorité, les dés semblent déjà jetés. Dès lors que six confessions religieuses sur les huit appelées à se prononcer sur le candit commun, ont porté leur choix sur Ronsard-Ernest Malonda Ngimbi, ce dernier part désormais favori.

LES ATOUTS D’UN FILS MAISON

Ici comme ailleurs, la pourvoyance à la fonction de président de la CENI est souvent considérée comme un enjeu politique majeur. Car, d’une bonne organisation des élections, qui ne soient sans doute pas parfaites, dépendent la légitimité des institutions qui en découlent et de celle de leurs animateurs.

D’ores et déjà, d’aucuns soulignent que ce poste doit revenir au candidat qui répond au profil. A ce propos, Jérôme Bonso, expert électoral, rappelle que la désignation du candidat président de la Ceni doit être soumise à un critérium sans complaisance. Premièrement, l’intéressé doit faire preuve de maîtrise, à 50%, de la gestion du cycle électoral. Donc, un expert électoral bien formé et non autoproclamé. Pas seulement. Ce dernier doit en outre avoir 30% de sa force de caractère. En d’autres termes, un candidat président à la Centrale électorale doit être capable de dire Non ou Oui, aux sollicitations des politiques.

Par ailleurs, le postulant au fauteuil du commandant en chef des opérations électorales doit avoir 20% de ses relations avec les parties prenantes au processus électoral. Entre autres, les politiques qui financent l’élaboration et l’exécution du plan de décaissement des fonds pour l’organisation des opérations électorales.

Lorgnant sur le Curriculum vitae de Ronsard-Ernest Malonda, nombre d’experts ès opérations électorales notent que ce dernier enfile l’étoffe nécessaire pour occuper le poste de président de la Ceni. Produit pur jus de la Centrale électorale, ce quadragénaire n’a plus grand-chose à apprendre. Détenteur d’un Master en gestion du Cycle électoral (MCE) depuis décembre 2013, ce n’est donc pas sur le tas, que ce père de 5 enfants viendrait apprendre le b-a-ba de l’organisation des élections.

Détenteur d’une licence en Droit de l’Université de Kinshasa, Ronsard-Ernest Malonda est depuis le 1er décembre 2015, Secrétaire exécutif national (SEN) de la Ceni. Sous l’autorité de Corneille Nangaa, président sortant de la Centrale électorale, Ronsard-Ernest Malonga a eu à effectuer plusieurs tâches. Il a su organiser et assumer la gestion administrative, opérationnelle et technique de la Ceni. Ce, à travers les tâches principales consistant, entre autres, à veiller à la mise en œuvre des décisions de la Ceni, à coordonner les Secrétariats exécutifs principaux et les antennes. C’est en cette qualité qu’il a élaboré et soumis au Bureau de la Ceni, des propositions de planification stratégique des opérations électorales et des dispositions de leur prise en charge.

Georges Nakseu Nguefang, directeur des Affaires politiques et gouvernance démocratique de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), ne chercherait pas de mots pour présenter Ronsard-Ernest Malonda, sous la casquette d’expert électoral et analyste juridique de l’OIF en Guinée (octobre 2019-mars 2020), chargé de la Coordination de l’appui technique de l’Oif à la Ceni Guinée. Par ailleurs, ce jeune cadre de la Ceni, originaire du territoire de Tshela, dans la province du Kongo Central, a été du 26 décembre 2015 au 4 janvier 2016, l’expert électoral auprès de l’OIF, chargé de l’audit du Fichier électoral du Niger. Dans ce même pays, Ronsard-Ernest Malonda a été, de février à mars 2016, Observateur international des élections présidentielles et législatives, toujours pour le compte de l’Organisation Internationale de la Francophonie. Comme on peut le constater, ce fils-maison n’est donc pas techniquement loin de son prédécesseur Corneille Nangaa.

LE CHOIX DE LA SAGESSE?

Le poste est tentant et suscite plusieurs ambitions. S’agissant justement de la composition de la Ceni, l’article 10 de la loi organique n°10/013 du 28 juillet 2010 portant organisation et fonctionnement de la Commission électorale nationale indépendante, telle que modifiée par la loi organique n°10/013 du 28 juillet 2010 stipule : « La Ceni est composée de treize membres désignés par les forces politiques de l’Assemblée nationale à raison de six délégués dont deux femmes par la Majorité et de quatre dont une femme par l’Opposition politique ».

Dans cette composition, la Société civile est représentée par trois délégués issus respectivement de confessions religieuses, des organisations féminines de défense des droits de la femme ainsi que de l’organisation d’éducation civique et électorale. Partant, d’aucuns jugent sans fondement légal, le débat sur la nécessité d’associer l’ensemble de la «Société civile» à la désignation des membres de la Centrale électorale.

A ce jour, l’histoire politique récente de la RD Congo renseigne que la guéguerre autour de la désignation des candidats, selon leurs obédiences confessionnelles, n’est pas nouvelle. D’aucuns soutiennent même que la posture actuelle de l’Eglise catholique ne devrait pas étonner, tant elle s’est toujours comportée ainsi chaque fois qu’il s’agit de la désignation du candidat commun des confessions religieuses à la présidence de la Ceni. De bonne guerre.

Quoi qu’il en soit, des observateurs infèrent que la position de l’Eglise catholique et de l’Eglise du Christ au Congo n’est pas de nature à impacter pas sur le vote de Ronsard-Ernest Malonda qui bénéficie déjà de l’appui de six confessions religieuses sur les huit appelées à se décider. Au regard de son parcours, ce fils maison serait non seulement, le choix du consensus mais aussi et surtout, celui de la sagesse. Grevisse KABREL *Tiré de Forum des As du 11 juin
La Commission C26 et le Premier ministre abordent la sécurité et les finances du pays
vendredi 24 juillet 2020

La Commission C26 a été reçue en audience hier le jeudi 23 juillet à l'Hôtel du Gouvernement par le Premier ministre Sylvestre Ilunga. Au menu de (...)
lire la suite
Sylvestre Ilunga Ilunkamba s’est-il adressé au chef de l’Etat ou à l’opinion nationale ?
vendredi 24 juillet 2020

* Le Premier ministre se devait de rendre compte des irrégularités que constitue le contreseing du VPM Gilbert Kankonde, sur une matière qui (...)
lire la suite
CENAREF : Vivement des moyens à Adler Kisula
vendredi 24 juillet 2020

Nommé le 18 juillet courant Secrétaire Exécutif de la Cellule nationale des renseignements financiers (CENAREF) par le Président Félix Tshisekedi, (...)
lire la suite
Procès en appel de Kamerhe : la CENCO s’invite !
vendredi 24 juillet 2020

* Les évêques catholiques veulent voir clair dans le dossier judiciaire du directeur de cabinet du Chef de l'Etat Le porte-parole de la (...)
lire la suite
L’ECT a déversé près de 5.000 militants dans la rue hier
vendredi 24 juillet 2020

*A la manœuvre, Félix Momat Kitenge, le Secrétaire général du parti et vice-ministre au Budget. Présents au rendez-vous des partisans du Front Commun (...)
lire la suite
Marche du FCC : L’ABG de Bialosuka réussit le pari de la mobilisation
vendredi 24 juillet 2020

L'Alliance pour la Bonne Gouvernance (ABG), formation chère à Jonathan Bialosuka Wata, a réussi une grande mobilisation de ses militants à la marche (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

A chacun son "peuple" et sa "rue"

La rue ? Personne n'en a le monopole. Le "peuple" ? Nul n'en est l'incarnation exclusive. Dans une société démocratique, l'expression populaire est par définition plurielle. La démonstration -si (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting