Dernière minute :

Tirs croisés sur François Beya Kasonga
vendredi 19 juin 2020

Des propos malveillants issus des milieux calculateurs, bien connus et ciblés, tentent ces derniers temps de charger abusivement et sans vergogne François BEYA KASONGA, des imputations imaginaires dans le but de nuire à sa réputation professionnelle, croyant ainsi le déstabiliser, pour finalement affaiblir l’entourage du Chef de l’Etat, Son Excellence Félix Antoine TSHILOMBO TSHISEKEDI.

D’un coup, ces détracteurs, visiblement aux abois, s’acharnent sur le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en matière de Sécurité, l’accusant d’être capable de faire tomber qui il veut à la Présidence de la République, et d’être capable de manipuler tout le monde, prenant le Président de la République, presqu’en otage. Quelle sottise dans leur Chef?

Ces agitateurs iraient notamment jusqu’à :

• Citer le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en matière de Sécurité, dans la manipulation du jugement de 100 jours, pour obtenir l’inculpation et la condamnation de Vital KAMERHE, poussant par ailleurs leur outrecuidance à penser que François BEYA agit pour dépouiller totalement le Président Félix TSHISEKEDI, et de ce fait, l’abandonner entre les mains de son prédécesseur Joseph KABILA. D’autres pensent même que François BEYA servirait clandestinement Joseph KABILA et lui livrerait tous les secrets de l’actuel Président de la République ;

• L’impliquer dans la destitution de Jean Marc KABUND dans l’unique but de plaire au Sénateur à vie Joseph KABILA.

A cela, ils ont ajouté d’autres inepties sans fondements, dont la mort du juge YANYI, Président du procès historique de 100 jours encore en cours, la mort du Général Delphin KAHIMBI et le procès de l’évêque Pascal MUKUNA, également en cours. Bref pour eux, BEYA servirait aussi ses propres intérêts, alléguant qu’il est en train de piéger le Président de la République.

De toutes ces incongruités, ressortent heureusement des évidences indéniables qui valent la peine d’être évoquées dans les lignes qui suivent.

De prime abord, il faut noter que les auteurs de ces cabales, détracteurs et manipulateurs professionnels semblent continuer certainement à avoir la méprise du peuple congolais, croyant qu’il n’est pas à la hauteur de comprendre les enjeux du moment, et de faire la part des choses dans le procès de 100 jours encore pendant. Quelque soit le verdict qui sera prononcé par le tribunal compétent, le peuple congolais comprend tout et s’est déjà fait une très bonne idée sur nos dirigeants et leurs déclarations politiques. Il est aberrant d’incriminer la Présidence de la République, encore moins François BEYA KASONGA qui, du reste, n’a même pas fait partie de l’équipe de supervision du dossier de 100 jours du Chef de l’Etat.

En outre, ceux qui gaspillent leurs énergies à distiller dans la population des stupidités sur François BEYA doivent garder à l’esprit son comportement teinté de beaucoup de loyauté, d’honnêteté, de fermeté et de discrétion qui ont suscité jusqu’ici la confiance de sa hiérarchie, depuis l’époque du feu Président Maréchal MOBUTU, en passant par M’zee Laurent Désiré KABILA, Joseph KABILA, jusqu’à l’actuel Président Félix Antoine TSHISEKEDI. Ces qualités sont parfaitement connues par ceux-là même qui le vilipendent à tort depuis un certain temps, qu’à moins qu’ils ne soient tombés tous dans une amnésie globale transitoire voulue (perte complète de mémoire), depuis que François BEYA a été approché par FATSHI pour l’accompagner dans sa nouvelle vision de gouvernance du pays, qui visiblement, ne dérange que des médiocres qui ne veulent pas que des comptes leur soient demandés dans la gestion de la chose publique.

En effet, ceux qui croient déstabiliser les collaborateurs du Chef de l’Etat par ce temps qui court doivent retenir une chose : il ne suffit pas de distraire le Président de la République avec des accusations légères et dénuées de tout fondement, voire mener la guerre des tranchées avec des calomnies, dans le seul but de fragiliser l’entourage d’un Chef d’Etat, pour que ce dernier puisse les croire. Par contre, il s’en moque, car connaissant lui-même les vrais enjeux et les joueurs dans tous les camps. Ils croient l’épater, mais c’est avec un regard d’aigle qu’il les observe.

Par ailleurs, nul n’est besoin de rappeler qu’on ne postule pas au poste de Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en matière de sécurité. De l’avis des spécialistes, il relève de la discrétion personnelle du Chef de l’Etat qui, opère son choix en fonction de la loyauté, de l’intégrité et de la confiance en la personne, sans oublier le savoir faire et tant d’autres critères. Nous donnons notre tête à couper pour ceux qui pensent que FATSHI a fait un mauvais choix en désignant François BEYA à ce poste. Ce n’est pas un choix hasardeux. En sus, certains calculateurs rêvent aujourd’hui remplacer François BEYA KASONGA à ce poste, oubliant que le Chef de l’Etat a le droit de faire son propre jugement de valeur sur chacun de ses collaborateurs en termes de rendement et de loyauté depuis plus d’une année.

Pire encore, les médisances sont abordées avec beaucoup de légèreté dans les réseaux sociaux dans le but d’enfoncer le Conseiller Spécial BEYA, pour obtenir son éviction dans l’entourage du Chef de l’Etat, mais oubliant que l’opinion sait discerner les signes de temps. Ce qui étonne c’est que ces médisances sont propagées sans emporter l’adhésion ou la conviction du Chef de l’Etat.

S’il nous était demandé de prodiguer un seul conseil aux manipulateurs toutes tendances confondues, celui-ci serait le suivant : au lieu de passer des heures et des heures à monter de petits coups contre François BEYA comme personne physique, il serait apprécié, de convertir les laboratoires des cabales inutiles ciblés en groupes de réflexions stratégiques pour répondre aux besoins urgents de l’heure, plutôt qu’endormir la population avec des montages dérisoires, en ce temps où les grands esprits se focalisent sur des enjeux prioritaires de l’humanité. Il est un grand de se convertir. Tous les manipulateurs ont tout intérêt à se racheter, car les jours à venir seraient plus mauvais pour les ennemis du changement.

Pour clore, retenons que chaque fois que nous voulons nuire gratuitement aux autres, nous oublions qu’il y a Dieu qui nous regarde. Chacun paiera selon ses œuvres, et tout se paie ici bas.

De plus, retenez bien ceci: nous pouvons modifier quelque chose dans notre vie personnelle, mais ce que Dieu a déjà planifié pour un PAYS, personne ne pourra le modifier. Donc, ne perdons pas notre temps à fomenter des choses inutiles ou à souffrir pour rien. Dieu reste Dieu !

Désiré KASOLESHABANI Journaliste Indépendant.-
Fausse vraie ou vraie fausse convocation de Martin Fayulu et Théodore Ngoy ?
mercredi 9 septembre 2020

*Le Parquet dit ignorer l'invitation qui a circulé sur les réseaux sociaux. C'est, en principe, ce mercredi 9 septembre que Martin Fayulu Madidi (...)
lire la suite
Ça chuchote sur le déverrouillage de l’article 220 de la Constitution
mercredi 9 septembre 2020

* L'organisation des élections exigeant des centaines millions de dollars, certains acteurs suggèrent le vote du Président de la république au (...)
lire la suite
« Envol » dénonce une proposition liberticide, antidémocratique et antipatriotique du FCC
mercredi 9 septembre 2020

Le comité national du parti politique ENVOL réagit, à travers un communiqué, à la proposition faite par le FCC Ngoy Kasanji de réviser la Constitution (...)
lire la suite
Tripo Losele Samby : " Le SG de l’UDPS devrait arrêter de jouer à l’acrobate malhabile"
mercredi 9 septembre 2020

Christopher Losele Samby dit Tripo, Secrétaire national de CDR, parti cher à l'Ambassadeur André-Alain Atundu, et communicant du FCC, condamne les (...)
lire la suite
Basile Olongo rejette l’idée d’une présidentielle au suffrage indirect
mercredi 9 septembre 2020

Basile Olongo rejette l'idée de l'organisation de l'élection présidentielle au suffrage indirect pour contourner les contraintes financières comme (...)
lire la suite
Félix Tshisekedi sensibilise les responsables des zones de défense
mardi 8 septembre 2020

Le président Félix-Antoine Tshisekedi a présidé, hier lundi 7 septembre, la réunion du Conseil supérieur de la défense. Au sortir de cette réunion, le (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Ces profs qui débattent masqués

Personne ne saurait reprocher à nos chers professeurs debaters de ne pas observer le port de masque. Ils débattent tous masqués. Ce sont des docteurs en droit qui éclairent l'opinion sur la (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting