Dernière minute :

Trente ans déjà !
vendredi 24 avril 2020

Trente ans jour pour jour depuis le mémorable "comprenez mon émotion". Ça ne rajeunit pas ceux qui, ce jeudi 24 avril 1990, étaient en capacité de savoir ce qui se passait. Pour les générations post 1990 - des trentenaires déjà ! - Cette date est un marqueur historique. Eux qui n'ont, pas dans leur ADN, le référentiel Mobutu et en entendent parler. Dans les deux cas, le pays totalise trois décennies depuis la fin du monolithisme mobutien. Le Zaïre, redevenu Congo, a incontestablement pris quelques rides. Pour ne pas dire, le pays a quelque peu vieilli. Normal. 30 ans équivalent à plus d'un quart du siècle. A-t-il pour autant grandi? Là est la vraie question. Tant il est vrai que l'on peut vieillir sans grandir.

Trois décennies plus tard, on en a fini avec le régime - infernal - de transitions. On en est au troisième cycle électoral dans le cadre de la Troisième république. Le pays a même connu sa toute première alternance à sa tête. Un ancien Président de la république fume le même air frais - de la N'Sele - que son successeur ! Voilà à grands traits pour les avancées. Avec tout le risque de caricature que charrie forcément ce raccourci.

Le verre est-il pour autant, à moitié plein? Pas sûr que le Congolais lambda souscrive à cette perception un tantinet optimiste. Car, vu du "petit peuple", rien n'a changé depuis. La rue n'ayant pas les mêmes yeux que les acteurs politiques et leurs dépendants associés à la soupe.

Ceux-ci bénéficiant de l'ascenseur ou de l'escalator social. Ceux-là (la rue) manquant jusqu' à l'escalier, sont restés cloués au bas de l'immeuble.

En clair, l'ordinaire du Zaïrois type fait du sur place. Le dividende démocratique attendu depuis 2006 a tourné au mirage. "Plus on change, plus c'est la même chose", écrivait le romancier français Alphonse Karr. "Toza ko rond-point", est la traduction très kinoise de ce changement sans changement que vit l'écrasante majorité des Congolais.

On en arrive même à prendre le fait électoral pour argent comptant démocratique, comme assurance-vie ou encore comme indice de bien-être ! Rien de tout cela. Les élections ne sauraient devenir une fin. Elles ne sont qu'un moyen. La fin étant la requalification des conditions de vie des populations.

L'éclaircie qu'a semblé constituer la passation civilisée de pouvoir le 24 janvier 2019 est déjà menacée par la grisaille qui tient lieu de perspective pour la masse depuis … 30 ans. Excès de pessimisme ? Auto-flagellation ? Nenni. Pas l'once d'un Congo baching dans lequel investissent même certains cols blancs… Congolais de service. Plutôt le miroir de ces trente dernières années qui sont loin d'être l'antithèse du bilan du Régime Mobutu.

Alors, une seule bonne résolution en ce jour d'anniversaire : démentons l'inénarrable "ya Mungul" en démontant sa boutade selon laquelle le véhicule est le même depuis des lustres, c'est juste le chauffeur qui change. Allez, "Comprenez ma nostalgie". José NAWEJ
Une pluie de messages à la Nation
vendredi 3 juillet 2020

Question pour un champion : quel est ce pays d'Afrique où tout le monde s'adresse à la Nation à l'occasion de la Fête nationale ? La RDC. Ce n' (...)
lire la suite
CENI : A chacun son candidat…
jeudi 2 juillet 2020

"L'histoire, un perpétuel recommencement", écrivait le philosophe-historien athénien Thucydide bien avant l'avènement de Jésus -Christ. Plusieurs (...)
lire la suite
Fatshi : Du bon et du moins bon
mercredi 1er juillet 2020

Du classique pour un message à la Nation d'un chef d'Etat en régime pluraliste. Les partisans du Président approuvent. Les thuriféraires vont (...)
lire la suite
Un air de premiers mois post indépendance…
lundi 29 juin 2020

A la juste veille du 30 juin, une seule question déclinée en plusieurs variantes : où allons-nous ? Où va la RDC ? Où nous mènent les vainqueurs (...)
lire la suite
Et si nos vrais problèmes étaient ailleurs ?
vendredi 26 juin 2020

Semaine chaude. Très chaude même. Des scènes de violence. Avec comme épicentre le Palais du peuple au cœur de Kinshasa. Le pic de ces " manifs " (...)
lire la suite
Par où sont passés l’état d’urgence et les mesures barrières ?
jeudi 25 juin 2020

Combien étaient-ils, hier, dans la rue? Sans doute plusieurs centaines. Forcément en violation de l'état d'urgence, décrété par le chef de l'Etat le (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Soupçon , quand tu nous tiens !

Inutile de compter le nombre de clashes entre FCC et CACH. Tant ils structurent la coalition pour " mieux" la déstructurer. La tension étant la règle et l'accalmie l'exception. Si l'Académie (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting