Dernière minute :
SYLVESTRE ILUNGA RECOIT UNE DELEGATION DU FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL
La RDC en passe de conclure un programme formel avec le FMI
vendredi 21 février 2020

Kinshasa est en passe de conclure un programme formel avec le FMI (Fonds monétaire international). Les signaux sont, en tout cas, au vert et les nombreuses missions que l'Institution de Bretton Woods multiplie au pays l'attestent et sont révélatrices d'un intérêt qu'elle manifeste envers sa partenaire qu'est la RDC dont l'avenir économique paraît radieux. C'est dans ce cadre que le Premier ministre Sylvestre Ilunga a reçu en audience le jeudi 20 février à la Primature une délégation du FMI conduite par Mauricio Villafuerte, Conseiller du Département Afrique.

C'est une forte délégation du FMI qui est arrivée au Congo-Kinshasa en mission de routine d'une semaine. Après plusieurs autres réunions, elle a été reçue en audience par le chef du gouvernement central. La mission rentre dans le cadre des concertations avec le Gouvernement congolais dans la perspective de la conclusion d'un programme formel avec le FMI.

"C'est une mission trop courte. Nous avons fait une visite de courtoisie, mais aussi pour présenter les objectifs de la mission au Premier ministre. Nous avons discuté de ces objectifs. Le premier ministre a présenté les perspectives sur la situation économique et les défis dans la mise en œuvre du plan macro-économique du gouvernement", a indiqué le chef de la délégation du FMI.

PROGRAMME DE REFERENCE

Mauricio Villafuerte a également fourni des explications sur les raisons pour lesquelles son institution a exigé au gouvernement congolais la publication du plan de trésorerie. En effet, ce plan de trésorerie a réduit de 31% tant les recettes que les dépenses publiques du budget 2020.

"Le budget 2020 était basé sur des prévisions de recettes très optimistes. Le plan de trésorerie a été établi pour formuler des lignes avec des prévisions réalistes de recettes", s'est-il défendu.

La République démocratique du Congo a signé, le 28 octobre 2019, le Programme de référence avec l'Institution de Bretton Woods. C'est un programme test soutenu par la facilité rapide de crédit et un programme suivi par les services jusqu'à fin mai 2020 et qui est un préalable à la conclusion de ce programme formel avec le FMI.

PLUSIEURS REUNIONS PREVUES

La délégation du FMI effectue une mission au cours de laquelle plusieurs réunions sont prévues pour "mieux comprendre la situation macro-économique et aider le pays à mettre en place les objectifs du programme de référence avec le FMI", a annoncé Mauricio Villafuerte.

Dès le début des échanges avec les autorités congolaises, le FMI prévoyait déjà que la croissance du PIB devrait ralentir à 3,2% en 2020 et à 4,5% en 2019, en raison du repli de la production minière. Dans ce même contexte, le PIB non extractif continue de s'accélérer, en partie en raison de l'augmentation des dépenses de l'État.

Le FMI avait demandé au gouvernement congolais de se concentrer sur la mobilisation des recettes et de fixer les priorités en matière de dépenses.

En janvier 2020, les recettes avaient totalisé 499 milliards FC contre des prévisions de 540 milliards de FC. Pour les dépenses, sur des prévisions de 586 milliards de FC, elles avaient totalisé 636 milliards FC. Il en est découlé un déficit de 136 milliards couvert par 42,5 milliards par le bon du trésor et pour 94 milliards par la Banque centrale du Congo (BCC).

LE PLAN DE TRESORERIE PERMET AU GOUVERNEMENT DE PREVOIR LES RECETTES

Au cours de la traditionnelle réunion du Comité de conjoncture économique présidée par le Premier ministre Sylvestre Ilunga le mardi 17 février, le ministre du Budget, Jean-Baudouin Mayo Mambeke, s'est appesanti sur le Plan de trésorerie (PTR) publié par le ministère des Finances.

Selon le ministre du Budget, ce document va permettre au gouvernement de prévoir les recettes qu'elle va atteindre dans les prochains jours pour que ces dépenses soient contenues afin d'atteindre les performances exigées pour signer le contrat avec le FMI.

"Dans le cadre du budget, le PTR va permettre de prévoir les recettes que nous allons atteindre dans les prochains jours pour que les dépenses soient contenus ainsi nous allons atteindre nos performances et signer enfin le contrat avec le FMI. Le budget n'est nullement modifié et nous n'avons pas le pouvoir de le faire", a-t-il expliqué.

Le Plan de trésorerie prend en compte "les réalités du moment" et les "tendances défavorables de la conjoncture actuelle", selon le ministère des Finances. Ce plan retient "des recettes et des dépenses totales respectivement de 9.195,6 (5,460 milliards de dollars) et 9.545,6 milliards de CDF (5,668 milliards de dollars). Et il en résulte un déficit de 350 milliards de CDF à couvrir par l'émission des bons de Trésor à souscrire par les banques commerciales".

" LA LOI BUDGETAIRE NE PEUT ETRE MODIFIEE "

"Il nous avait été demandé, moi et mon collègue des Finances, d'élaborer le PTR (Plan de trésorerie). C'est un instrument de gestion des finances publiques. Les finances publiques ont pour cadre la loi budgétaire. Celle-ci ne peut être modifiée que par le Parlement. Le gouvernement est chargé juste de l'appliquer. L'opinion doit savoir que le gouvernement de la RDC est en train de négocier un programme avec le FMI. Et, il y a des critères de performance que nous devons atteindre, notamment le financement monétaire zéro. Nous ne devons pas vivre par la planche à billets. Nous devons veiller à ce que les réserves de la Banque centrale évoluent à une certaine hauteur. Ça impose de nous de vivre sur la base caisse, de consommer ce qui est réellement entré dans la caisse", a-t-il M. Mayo Mambeke.

MULTIPLIER DES MISSIONS EN RDC

Le mercredi 19 février, les ministères des Finances et du Budget par leurs directeurs de cabinet respectifs ont, au cours d'une conférence de presse co animée, donné des assurances que ce Plan de trésorerie n'impactait pas négativement le programme de la gratuité de l'enseignement de base prôné par le chef de l'Etat et en vigueur en RDC depuis septembre dernier

Depuis l'avènement de Félix Tshisekedi à la magistrature suprême du pays en janvier 2019, le FMI ne cesse de multiplier des missions en RDC qui n'a pas caché sa volonté de renouer à tout prix avec cette institution de Bretton Woods. Depuis janvier, cette mission est la sixième, après celles effectuées en juin, août, octobre, novembre (à deux reprises) et décembre 2019. Kléber KUNGU
Me José Kadima installe la ligue nationale des femmes de « Section Bleue »
mardi 17 mars 2020

*Un cercle de lumière accompagnant les idées et actions du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi. Le coordonnateur national de la «Section Bleue», Me (...)
lire la suite
J. Mabunda annonce une "lutte implacable contre la corruption"
mardi 17 mars 2020

*La présidente de l'Assemblée nationale affirme qu'à la suite du Chef de l'Etat, son institution fera de cette lutte, "son agir politique en vue (...)
lire la suite
Thomas Luhaka convoque une réunion aujourd’hui avec les chefs d’établissements de l’ESU
mardi 17 mars 2020

Le ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire (ESU) Thomas Luhaka envisage déjà de prendre des mesures tendant à renforcer la prévention (...)
lire la suite
Coronavirus : une communication importante du Gouvernement attendue ce mardi
mardi 17 mars 2020

Actualité brûlante de l'heure oblige, une communication importante du Gouvernement au sujet de la pandémie de coronavirus est attendue aujourd'hui (...)
lire la suite
Cas Safricas : Et si le retard dans l’exécution des travaux était dû au déficit de décaissement ?
lundi 16 mars 2020

* D'ores et déjà, des analystes indépendants estiment que la place David Blattner ne doit pas être à l'ex-prison de Makala. Plutôt, les chantiers pour (...)
lire la suite
Udps : la rançon des décennies d’une critique systématique
lundi 16 mars 2020

Plus rien ne va au sein de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Jeudi 12, vendredi 13 et samedi 14 mars, une "tempête de sable" a (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting