Dernière minute :
COALITION AU POUVOIR
FCC-CACH : arrêter les inconséquences !
jeudi 14 novembre 2019

La coalition FCC-CACH n'a pas fini d'offrir aux Congolais des scènes de théâtre ubuesques signées généralement par leurs bases respectives. Comment est-ce possible quand on sait qu'une base d'un parti politique, c'est l'ensemble de ses militants. Mais attention. Ces militants sont derrière leurs leaders qui les guident et non le contraire. Autrement, c'est le règne du chaos.

C'est un peu ce qu'on est en train de vivre à ce jour avec la coalition FCC-CACH qui, chaque jour qui passe frôle la rupture. La raison en est qu'il y a un hiatus entre les bases et leurs directions politiques en ce qui concerne leur perception même de la coalition. Plus encore la base de l'UDPS, donc côté CACH que celle de l'UNC de Vital Kamerhe.

La base de l'UDPS est inconséquente par rapport à la coalition avec le FCC. Pour un rien, elle exige la fin sans autre forme de procès de la coalition avec le FCC de Joseph Kabila et lance une fatwa contre ce dernier. Comme par exemple l'affaire du crash de l'Antonov présidentiel. Auparavant, il y avait eu aussi plusieurs scènes envolées de demande de divorce tout de suite avec Joseph Kabila par la base-UDPS.

Les Congolais n'ont que faire des inconséquences de ces deux alliés, FCC-CACH, qui partage la gestion des affaires de l'Etat, c'est-à-dire gouvernement, entreprises publiques etc. Elles doivent les arrêter tout de suite car contreproductives aussi bien pour eux-mêmes que pour l'efficacité de l'action publique du gouvernement. Raison pour laquelle l'UDPS qui est la mieux servie eu égard à son poids politique dans la coalition avec une vingtaine de députés nationaux doit ramener sa base à la réalité des faits qui est qu'en cas de rupture avec Joseph Kabila, le plus perdant serait bien l'UDPS donc le CACH.

Car, dans ce cas de figure, on devra revenir à la stricte application de la Constitution du 18 février 2006 qui a prévu un régime politique semi-présidentiel comme en France et appliquer alors la cohabitation entre le Président de la République qui n' a pas la majorité parlementaire et le chef de celle-ci qui n'est autre que Joseph Kabila. Les ministres CACH devront alors quitter le gouvernement Ilunga.

Dans le système de cohabitation, le Président de la République règne seulement mais ne gouverne pas. C'est quasiment un Président protocolaire à ceci près qu'il n'aura que la défense et les Affaires étrangères comme espace de collaboration étant entendu que le chef de l'Etat est commandant suprême des Armées et celui qui accrédite les ambassadeurs. A trois reprises, la France a vu les Présidents Mitterand - deux foiis - et Chirac faire profil bas, cohjabitation oblige. Or, c'est cela que le leadership de l'UDPS n'a jamais bien explicité à sa propre base laissant celle-ci dans un flou artistique voulu et entretenu.

La base ignore totalement que le Président de la République Félix Tshisekedi opère institutionnellement avec une majorité d'autrui, en l'occurrence celle de Joseph Kabila qui, sans le CACH aligne 350 députés. C'est cela la vérité des cinq ans de cette législature. On a entendu certains zélés évoquer la possibilité d'une dissolution de l'Assemblée nationale par le Président de la République, Félix Tshisekedi.

Là-dessus la Constitution est bien claire en déterminant les conditions dans lesquelles le chef de l'Etat peut dissoudre l'Assemblée nationale. Il faut qu'il y ait une crise persistante entre le Président de la République et le gouvernement. Ensuite, elle ne peut aucunement intervenir au cours de l'année qui suit l'installation de l'Assemblée nationale, ce qui veut dire à la troisième année de la législature.

Il faudra aussi disposer des ressources financières suffisantes pour organiser de nouvelles législatives dans les trois mois. Aucune de ces conditions de dissolution de l'Assemblée nationale n'est réunie. On aimerait entendre le leadership de l'UDPS expliquer à sa base dans des meetings cet état des choses pour comprendre que dans la configuration actuelle à la Chambre basse, toute rupture entre FCC et CACH profiterai au seul Joseph du FCC qui a politiquement autant de marge de manœuvre pour rabattre les cartes. Mais pas Félix Tshisekedi. KANDOLO M.
La descente sur terrain de Muabilu et Makelele arrête net la spoliation de l’immeuble abritant les services de CNM-TNT
vendredi 13 décembre 2019

Depuis les pertes en vies humaines et autres dégâts causés par les dernières pluies diluviennes qui se sont abattues sur Kinshasa, la vie du ministre (...)
lire la suite
La CENI évalue à 300 millions USD l’organisation des élections locales, urbaines et municipales
vendredi 13 décembre 2019

Le discours du président Felix-Antoine Tshisekedi sur la nécessité de la tenue des élections locales, urbaines et municipales fait couler de l'eau (...)
lire la suite
Fayulu rentre à Kinshasa ce dimanche
vendredi 13 décembre 2019

Le porte-étendard de Lamuka à la présidentielle du 30 décembre 2018, Martin Fayulu, rentre à Kinshasa ce dimanche 15 décembre via l'aéroport de (...)
lire la suite
PPRD : Shadary inspecte l’installation des animateurs des Ligues communales des jeunes de Kinshasa
vendredi 13 décembre 2019

Après l'installation du comité national de la ligue des jeunes du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, PPRD, conformément aux (...)
lire la suite
La famille Mwando réclame ses 95 mille euros
vendredi 13 décembre 2019

"Les obsèques de Charles Mwando Nsimba n'ont jamais été prises en charge par le gouvernement", dit Christian Mwando Nsimba. "L'Assemblée nationale (...)
lire la suite
Kinshasa : le Projet d’édit 2020 présenté par le Gouv Ngobila chiffré à 545,83 USD
vendredi 13 décembre 2019

Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a présenté, mercredi 11 décembre, à l'Assemblée provinciale, le projet d'édit budgétaire (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting