Dernière minute :

Savoir sortir de l’ambigüité
mercredi 13 novembre 2019

C'est archi- connu. On ne sort de l'ambigüité qu'à son détriment, a écrit dans ses Mémoires le Cardinal français Retz. Mais, mieux vaut en sortir qu'y demeurer.

Après avoir béni " la vérité des urnes " au lendemain des résultats de la présidentielle, le nouveau Cardinal rd congolais a fini par rompre, hier mardi 12 novembre, toutes les amarres de l'ambigüité sur la question. Mieux, après les absoutes et la prière de mort, le Primat de l'Eglise catholique a fini par jeter la dernière pelletée de terre sur la tombe estampillée " Vérité des urnes ". Non sans conseiller au passage aux derniers des Mohicans de Lamuka de faire enfin le deuil de leur combat.

La messe…de suffrage est dite. Et voilà, Fridolin Ambongo au clair avec sa démarche. Lui qui a déjà pris acte de la réalité qu'est la présence de Félix-Antoine Tshisekedi à la tête de l'Etat congolais.

Qui reprocherait à l'Archevêque métropolitain de Kinshasa de souscrire à la citation de Shakespeare ? A savoir " ce qu'on ne peut éviter, il faut l'embrasser ".

Par contre à l'UDPS, l'ambigüité se porte comme un charme ou a la peau dure -c'est selon-. Les combattants qui se sont amassés, le même mardi, au siège du parti pour commémorer la journée dédiée à la " base " ont bouclé leur fête sur un goût d'inachevé.

Ils s'attendaient sinon au divorce d'avec le FCC, du moins à un aggiornamento du régime d'union dans ce mariage dont la caractéristique majeure n'a jamais été le parfait amour.

Le Président faisant fonction du parti tshisekediste a, certes, harangué la foule en puisant dans le lexique radical, contestataire voire nihiliste du peuple de l'UDPS tel que légué par le Combattant suprême Etienne Tshisekedi. Mais, Jean-Marc Kabund s'est gardé de sacrifier la realpolitik sur l'autel du radicalisme. Les institutions sont sauves.

C'est sans conteste le plus important du point de vue de la paix sociale et de la stabilité du pays. Mais, face à une " base " qui semble s'être déjà faite une religion sur le mariage CACH-FCC et une direction qui joue le jeu de la coalition, l'ambigüité a encore de beaux jours devant elle. Reste à savoir aux dépens de qui -base ou sommet- on en sortira le jour où il faudra bien en sortir. José NAWEJ
Premier grand oral à l’Hémicycle
vendredi 13 décembre 2019

C'est un rituel républicain. Un exercice très protocolaire. Très révérencieux même. Députés et Sénateurs sagement assis pour écouter le chef de l'Etat. (...)
lire la suite
Chasser les locales, elles reviennent au galop
jeudi 12 décembre 2019

Des élections locales ? Tout le monde en ressent la nécessité. En commençant par le chef de l'Etat. Le Président a dit hier dans toutes les langues (...)
lire la suite
Pas de fétichisme autour de 10 milliards USD
mercredi 11 décembre 2019

On ne peut pas reprocher à notre "Fatshi national" de manquer d'ambition. On ne peut pas lui faire grief de rêver grand. On ne peut pas non plus (...)
lire la suite
Le vieux spectre des messages présidentiels
mercredi 4 décembre 2019

Pas besoin d'audimat pour affirmer qu'hier soir les Congolais avaient leurs yeux rivés sur la télévision nationale. Et pour cause. Ils attendaient (...)
lire la suite
Lobo : un cas d’école
mardi 3 décembre 2019

Que de leçons à tirer du cas "Lobo"! Dans ce pays en panne de vertu, l'arrestation d'un proche du Président pour usurpation de pouvoir sonne comme (...)
lire la suite
MONUSCO : quid du vox populi… ?
lundi 2 décembre 2019

Entre la "voix du peuple" et celle des Princes, Leila Zerrougui a tranché. Elle entend les premiers sans les écouter. Elle écoutera les seconds et (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Bientôt la pluie de vivres frais venus… d’ailleurs

Ça sent les fêtes. Du moins, pour ceux dont le nez est en capacité de les sentir. Et les yeux en situation de les voir venir. N'importe comment, d'un point de vue strictement calendaire, les fêtes (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting