Dernière minute :

Les pêcheurs de Luozi en voie de se réunir en coopérative
mercredi 16 octobre 2019

Méthodes archaïques, production très faible, puisque artisanale, manque de moyens et de matériels,… C'est la situation dans laquelle se trouvent les pêcheurs du territoire de Luozi dans la province du Kongo Central. Ils peinent à émerger et à vivre du fruit de leur métier. C'est pour trouver des voies et moyens de sortir de cette pêche de ''ghetto'' et de l'âge de la cueillette que Nsilulu Bahelele Gabriel les a réunis dernièrement à Luozi.

Ils étaient une quinzaine de pêcheurs - un nombre très représentatif de ce que compte le territoire de Luozi - répartis dans plusieurs villages riverains longeant le fleuve Congo. Réunis dans la plateforme Codepel (Comité de développement des pêcheurs de Luozi) regroupant quatre ONG dont l'Adepel (Association de développement des pêcheurs de Luozi). Ils ont assisté aussi ces pêcheurs non encore affiliés.

METHODES ARCHAIQUES

Au centre de cette rencontre de prise de contact, la réflexion sur des voies et moyens pour valoriser ce métier reste stationnaire, avec des méthodes archaïques et une production qui est même loin de suffire à la consommation locale.

La rencontre avec les pêcheurs faisait suite à la visite effectuée, à Luozi en juillet dernier, par Lutete Mvuemba, à l'occasion du baptême de son livre sur les coopératives. L'auteur tient à la constitution des coopératives dans le Manianga. Ainsi, a-t-il estimé, il était facile de commencer avec les pêcheurs.

Au cours de cette prise de contact, les pêcheurs ont dévoilé comment ils sont organisés. Ils ont parlé de difficultés qu'ils rencontrent dans l'exercice de leur métier, de la quantité de poissons qu'ils produisent mensuellement et comment en produire davantage.

NECESSITE DE SE REUNIR EN COOPERATIVE

Dans leur majorité, les pêcheurs ont trouvé la nécessité de se réunir en coopérative, estimant qu'un seul doigt ne peut laver le visage. Le président du Codepel a fait une brève historique de sa plateforme qui ne regroupait auparavant que trois ONG.

A ce jour, il ambitionne de se muer, au fil du temps, en une ''union'' pour devenir Udepel (Union de développement des pêcheurs de Luozi).

Fort de nombreuses formations suivies, les membres de la plateforme Codepel, par la voix de leur président, sont favorables à l'idée qui conduit à l'union et au développement.

Le Codepel dispose de quatre associations en ordre de paiement de la cotisation. Une cotisation qui s'élève à 50 dollars américains, sur 11 associations existantes.

PRENDRE EN COMPTE TOUS LES PECHEURS

Les pêcheurs ont exprimé la nécessité de prendre en compte tous les pêcheurs du territoire de Luozi. Pour cela, il faut sensibiliser et informer les pêcheurs de tous les villages. Toutefois, ont-ils reconnu, chaque pêcheur est libre de s'affilier à la plateforme de son choix.

Les pêcheurs ont relevé que leur production était très faible, variant d'une période à une autre, selon les saisons (étiage et crue). Sans beaucoup de précisons, la production halieutique varie mensuellement entre 500kg en septembre, 2 tonnes durant la période comprise entre janvier et mars, 500kg de mars en juin, 2 tonnes de juin à septembre…

A la base de la faiblesse de la production halieutique, plusieurs raisons, dont le manque de matériel approprié de pêche, le manque de formation en la matière, des pratiques archaïques de pêche l'absence de moyens de déplacement, le déboisement…

QUE FAIRE POUR AUGMENTER LA PRODUCTION ?

Dans le chapitre des difficultés, les pêcheurs ont relevé entre autres l'absence de moyens de déplacement sur le fleuve (hors-bord), le manque de matériel de conservation, de formation, l'absence d'échange d'expérience entre les pêcheurs, empoisonnement des eaux du fleuve avec des produits toxiques, les mauvaises conditions de pêche, l'utilisation des filets aux petites mailles… La liste est loin d'être exhaustive.

Pour sortir de cette impasse, les pêcheurs ont proposé plusieurs recommandations, à savoir : organiser des échanges d'expérience avec les pêcheurs d'autres coins du pays, notamment ceux de l'ex-Equateur. Ils recommandent de reboiser le long du fleuve, de disposer des glacières, de chercher à transformer la pêche en pêche motorisée, d'éduquer les pêcheurs sur les conséquences de mauvaises pratiques (empoisonnement des eaux du fleuve), d'assurer la commercialisation des poissons.

A l'issue de cette rencontre, du reste, saluée par les pêcheurs, l'idée d'une coopérative des pêcheurs commence déjà à prendre corps dans leur esprit. Ils n'attendent que la concrétisation de ce projet ambitieux qui va les aider à sortir d'une pêche de ghetto. Pourvu que l'idée ne s'arrête pas en si bon chemin. Kléber KUNGU
Julien Paluku exhorte les jeunes kabilistes à entreprendre
lundi 16 mars 2020

Ministre de l'Industrie, Julien Paluku Kahongya s'est retrouvé le samedi 14 mars dernier face aux jeunes kabilistes à Kinshasa. Occasion pour lui (...)
lire la suite
Logements sociaux : 25.000 à 85.000 dollars pour ériger une maison en une semaine
lundi 16 mars 2020

* Ce projet pourra démarrer dans deux mois, annonce son initiateur, l'entrepreneur belgo-congolais Edouard Moukendy Homme d'affaires (...)
lire la suite
Dépistage d’un 3ème cas contaminé au coronavirus
lundi 16 mars 2020

Le Ministre de la Santé, Dr Eteni Longondo, a annoncé samedi 14 mars 2020 qu'un troisième cas du Coronavirus a été confirmé à Kinshasa, la capitale (...)
lire la suite
Ilunga Ilunkamba encourage les jeunes entrepreneurs
vendredi 13 mars 2020

Le Premier ministre Ilunga Ilunkamba, Représentant personnel du chef de l'État,a présidé ce Jeudi au Fleuve Congo Hôtel de Kinshasa la première (...)
lire la suite
Le PAM, la FAO et l’UNICEF appuient les petits producteurs de Walikale et de Mwenga
vendredi 13 mars 2020

Grâce à une approche intégrée du projet FAO-PAM-UNICEF, 180.000 personnes dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu vont devoir surmonter les (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting