Dernière minute :

La culture d’abord !
mardi 15 octobre 2019

Sylvestre Ilunga a tranché. Place du cinquantenaire au cœur du cœur de Kinshasa, ce sera le Centre culturel et artistique d'Afrique centrale. Tout le monde aura compris : " la culture d'abord : ". Bonne et belle inspiration. Il était plus que temps que de mettre fin à cet autre scandale. Culturel celui-là.

Voici un pays à nul autre pareil en Afrique. 450 ethnies charriant, chacune, leur part de culture. 9 pays voisins directs dont le patrimoine culturel est en somme le prolongement ou le reflet -c'est selon- d'un pan d'une des cultures rd congolaises. Un nombre impressionnant d'artistes musiciens dont les œuvres bercent toute l'Afrique. On peut continuer à énumérer les éléments de puissance de la RDC sur le plan culturel.

Mais, comme pour ses innombrables et fabuleuses ressources du sol et du sous-sol, le joyau culturel rd congolais n'est pas véritablement exploité. S'il l'est, c'est a minima et à mille lieues des standards professionnels.

Résultat, le pays n'est toujours pas en capacité de surfer sur le soft power que lui procure la culture. Quant à l'artiste congolais -toutes disciplines confondues- il est à l'image du Congolais tout court. A savoir, cet homme assis sur l'or mais qui meurt de faim. Ou encore cet homme sous la pluie se trouvant à un jet de salive de la mer mais qui meurt de soif.

Ce n'est pas à coup d'incantation que l'on tordra le cou à ce paradoxe. Tout est d'abord question de volonté politique. Faire ou refaire de la culture la colonne vertébrale de toutes les politiques publiques. Car, la première richesse d'un peuple c'est sa culture.

De ce point de vue, l'érection du Centre culturel et artistique d'Afrique centrale comme du Musée national de la RDC (MNRDC) à un jet de pierre de là, constituent de rampe de lancement du nécessaire réveil culturel.

Ce sont là deux projets structurants susceptibles de sortir le patrimoine culturel rd congolais du ghetto et d'en faire un instrument de rayonnement international et une source de revenu pour le pays.

Quand on voit l'engouement autour des séries nigérianes par exemple, on ne peut pas ne pas penser aux productions XXL du Groupe Salongo des années 80 ! Des œuvres de haute facture qui, faute d'investissement de l'Etat dans la sphère culturelle, sont restées au stade du simple divertissement. José NAWEJ
Trente ans déjà !
vendredi 24 avril 2020

Trente ans jour pour jour depuis le mémorable "comprenez mon émotion". Ça ne rajeunit pas ceux qui, ce jeudi 24 avril 1990, étaient en capacité de (...)
lire la suite
FCC-CACH : traité de paix ou énième armistice ?
jeudi 23 avril 2020

Soudain, la tension retombe ! L'Assemblée nationale tient sa plénière ce jeudi 23 avril 2020. Le Sénat devrait suivre. Exit la guéguerre entre (...)
lire la suite
Pour l’actif et le passif…
mercredi 22 avril 2020

Vaut-il encore la peine de pérorer sur les scènes de ménage entre le FCC et le CACH? La réponse est non. Car, en matière des bisbilles entre les deux (...)
lire la suite
La sempiternelle querelle entre juristes
mardi 21 avril 2020

L'histoire, un perpétuel recommencement? Très enclin à donner raison à l'homme politique et historien athénien Thucydide qui a théorisé sur le sujet (...)
lire la suite
Ce masque qui masque et démasque
lundi 20 avril 2020

Dès ce lundi 20 avril, tout le monde avance masqué à Kinshasa. Partiellement pour cause de lutte contre le covid-19. Peu ou prou de gêne pour la (...)
lire la suite
Corona, un casse-tête kinois
vendredi 17 avril 2020

Pas besoin d'être orfèvre en économie pour savoir qu'un investissement crée plus d'emplois directs qu'indirects. A l'opposé, le covid-19 fait plus (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting