Dernière minute :

Examen d’Etat : quand l’euphorie des finalistes tourne au drame
mercredi 17 juillet 2019

* A Lemba, on signale un accident parmi des lauréats, tandis qu'à Kalamu, des affrontements ont éclaté entre fêtards et forces de l'ordre…

La ville de Kinshasa est entrée en ébullition hier mardi 16 juillet avec la publication des résultats de l'Examen d'Etat pour l'année scolaire 2018-2019. Dès 13 heures, des finalistes se sont déversés sur les grandes artères de la capitale pour manifester leur joie. Imprudents, certains d'entre eux ont connu des accidents de circulation, confirmés du reste par les autorités de la police de Kinshasa. Bien ailleurs, des affrontements ont éclaté entre forces de l'ordre et fêtards qui exultaient bruyamment dans la rue. Reportage.

C'est sous les coups de sifflet et un concert de vuvuzelas que les Kinois ont accueillihier les résultats de l'Examen d'Etat, publiés par le ministère de l'Enseignement primaire et secondaire. Vers 13 heures, tous les quartiers de la capitale étaient déjà dans l'effervescence. Têtes blanchies, tee-shirts blancs, des milliers de finalistes ont surgi de leurs domiciles, inondant les rues avec des boîtes de poudre qui à la main, qui à la poche arrière du blue jeans.

Sur l'avenue By Pass à Mont-Ngafula, des dizaines d'adolescents en liesse affluent à la queue leu leu, soufflant sur leurs sifflets collés aux lèvres. ''Nazwi ! Nzambe merci !'' (J'ai réussi, Dieu merci !), crient à tue-tête les lauréats, rassurés de leur réussite après consultation auprès de quelques jeunes ambulants, qui négocient à 2.000 FC leurs services au téléphone portable, baptisés ''Vision Exetat''.

A L'ASSAUT DES ''CES CABINES TELEPHONIQUES AMBULANTES''

Tout le long de la route By Pass, ''ces cabines téléphoniques ambulantes'' sont prises d'assaut par des groupuscules des jeunes curieux, qui accourent ci-et-là. Certaines filles, sous le coup de l'émotion, s'évanouissent carrément à l'annonce de la nouvelle. Que ce soit en cas de réussite ou d'échec. Armés de boîtes de poudre, leurs proches attendent juste le mot ''Azwi !'' (Il ou elle a réussi), pour déverser le contenu sur les cheveux de leurs cibles.

S'ensuit alors un défilé sur les principales artères de la ville et des retrouvailles des finalistes dans les principaux carrefours. En grappe, des dizaines de lauréats s'acheminent qui à l'église, qui dans les débits de boissons. Merla, 18 ans, a préféré, elle, aller se recueillir dans son église pour remercier Dieu de l'avoir aidée à décrocher son diplôme d'Etat. Accompagnée de ses sœurs, elle a refusé de céder aux ''dérèglements'' ambiants.

DES CRIS OBSCENES AU RENDEZ-VOUS

Nombreux, toutefois, ont préféré se la couler douce dans les terrasses bruyantes de leurs communes où ils se livrent à des danses obscènes, tirées de récentes chansons en vogue. A Lemba, à Yolo comme à Kalamu, c'est aux cris de ''Okomata ngai'' (tu vas coucher avec moi) de RobinhoMundibu, ou de ''Tshangai zemi'' (rends-moi grosse) de Gaz Mawete que filles et garçons se déhanchent dans les débits de boisson. A ''Température 40'', la terrasse la plus chaude de Lemba Terminus, les finalistes sont dans la fièvre sur une piste bourrée de monde en délires. Et bonjour la débauche !

A Mompono, dans la commune de Kalamu, quelques familles sont sorties de l'enclos de leurs parcelles pour fêter les diplômes de leurs enfants. Plongées dans l'euphorie, elles ont installé des baffles puissants dans leurs avenues et se sont mis à balancer de la musique tonitruante. Dans cette ambiance, des insanités découlant des chansons censurées naviguaient dans les oreilles, sans obstruction.

C'est alors qu'a surgi une jeep de la police. En tenue, des forces de l'ordre sont descendues pour faire comprendre aux fêtards qu'ils étaient ''hors la loi'', les priant de réduire les décibels et de ne plus jouer des chansons interdites. La musique continuait… comme par défi. Les hommes en uniforme sont aussitôt revenus pour saisir tous les baffles. Interrompus dans leur liesse, les fêtards se sont mis à jeter des projectiles sur les policiers. S'en sont suivis des affrontements, avant que la situation se stabilise. Tanya Mubuadi et Christelle Muyaya
Chantal Yelu rend hommage aux parents des scouts et aux confessions religieuses
jeudi 22 août 2019

La conseillère spéciale du chef de l'État en matière de jeunesse et lutte contre les violences faites à la femme, Chantal Yelu a rendu un vibrant (...)
lire la suite
19 personnes tuées dans un accident de circulation
jeudi 22 août 2019

Un grave accident s'est produit aux premières heures de la matinée d'hier mercredi 21 août sur la route nationale numéro 1 (RN1). Le bilan provisoire (...)
lire la suite
Début des travaux de construction du Sanctuaire national Bienheureuse Anuarite
jeudi 22 août 2019

Mgr Julien Andavo, Evêque d'Isiro-Niangara dans la province de Haut-Uéle, a lancé le vendredi 16 août dernier, le début des travaux de construction (...)
lire la suite
Le FIDA et la JICA organisent une rencontre sur les stratégies de sécurité alimentaire
jeudi 22 août 2019

Le Fonds international de développement agricole (FIDA), et l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) organisent, le jeudi 29 août à (...)
lire la suite
Une organisation féminine milite pour la ratification du traité sur le commerce des armes
jeudi 22 août 2019

La Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (WILPF/RDC) a organisé un atelier de plaidoyer pour la ratification du traité sur le (...)
lire la suite
RDC : www.eduquepsp.education est le nouveau site internet de l’EPSP
jeudi 22 août 2019

Le Ministère de l'Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel(EPSP) a procédé à la présentation officielle de son nouveau site internet (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting