Dernière minute :
SELON UNE RECENTE ETUDE
Le bassin du Congo ne capte pas les financements appropriés à son potentiel
mercredi 17 juillet 2019

L'Observatoire des forêts d'Afrique centrale (OFAC), cellule spécialisée de la Commission des forêts d'Afrique centrale (COMIFAC), montre à travers une étude, que la capture des flux financiers internationaux, destinés à la protection de la nature et à la gestion durable des forêts tropicales pour le bassin du Congo, est loin derrière celle de l'Asie du Sud-Est et l'Amazonie. Pour preuve, la période allant de 2008 à 2017, l'Afrique centrale n'a pu capter que 11,5 % des financements internationaux, tandis que l'Asie du Sud-Est et l'Amazonie ont reçu respectivement 34 % et 54,5 %, font savoir les auteurs de ce document, qui a été présenté au cours de la 10ème session ordinaire du Conseil des Ministres de la COMIFAC, tenue au début du mois de juillet en cours.

Cette note de synthèse révèle également d'autres données importantes. Au cours de la même période, les partenaires financiers internationaux ont déboursé près de 2 milliards d'USD pour appuyer la gestion durable des forêts en Afrique centrale, l'Allemagne et l'Union européenne occupant le peloton de tête.

En revanche, au rang des premiers pays bénéficiaires de ces financements, figurent la République démocratique du Congo (40%), le Tchad (17%) et le Cameroun (14%).

" Notre équipe a analysé toutes les données disponibles sur les flux financiers internationaux pour le bassin du Congo, ce qui nous donne un aperçu des principaux bailleurs, et les domaines et pays ciblés. Nous avons trouvé que la région a une faible attractivité, " déclare Richard Eba'a. Atyi, directeur pour l'Afrique centrale du Centre de recherche forestière internationale (CIFOR) et auteur principal de l'étude.

RECOMMANDATIONS

Pour sa part, co-auteur de la note, Liboum Mbonayem affirme que "les bassins d'Amazonie et d'Asie du Sud-Est sont plus attractifs parce que ces pays ont une plus grande capacité d'endettement, des relations diplomatiques plus fortes, et une meilleure gouvernance. Cependant, nous espérons que nos recherches permettront d'ouvrir le débat dans les pays d'Afrique centrale pour proposer des solutions à ces obstacles ".

Face à cette situation, les scientifiques font les recommandations pour améliorer l'attractivité des financements dans le bassin du Congo. Ils proposent notamment d'intensifier l'activité diplomatique en direction des bailleurs de fonds les moins actifs en Afrique centrale ; d'améliorer la gouvernance dans la gestion de l'aide publique au développement ; de renforcer les capacités des acteurs du secteur forêt-environnement de la sous-région dans le domaine de l'élaboration des propositions de projets de haute qualité ; et proposer une coordination des efforts des bailleurs de fonds pour des financements ordonnés et plus efficaces.

Parmi les thématiques ciblées par les financements internationaux la politique et la gestion des forêts et de l'environnement viennent en tête (41%), suivies de la gestion et la conservation de la biodiversité (36.9%), de la recherche, de l'éducation sur les forêts et de l'environnement (13,8%).

Pendant ce temps, la conservation des sites, la prévention ou le contrôle des inondations, le développement forestier et les problématiques liées au bois-énergie, se partagent seulement 8,3% de ces financements.

Pourtant, la pression des marchés locaux, nationaux, régionaux et internationaux sur les forêts naturelles, à travers une demande sans cesse croissante des produits bois-énergie et d'autres tels que les produits forestiers non-ligneux, devraient davantage interpeler aussi bien les communautés nationales qu'internationales afin que les activités de production forestière soient progressivement orientées vers les plantations.

APPORTS DES BAILLEURS MULTILATERAUX

Entre 2008 et 2017, les financements par des sources multilatérales ont atteint environ 806 millions de USD. L'UE se positionne en tête avec une contribution estimée à près de 41%, suivie des contributions du Fonds pour l'Environnement Mondial (GEF) et de la Banque Mondiale. L'UE accorde surtout des financements aux programmes ayant une vision à long terme, tel que le programme ECOFAC mis en œuvre depuis une trentaine d'années.

Jusqu'en 2017, les pays d'Afrique centrale sont restés en marge des financements du Fonds Vert Climat (GCF), qui est censé être un instrument de financement massif, pour l'environnement, lancé avec l'Accord de Paris en 2015.

Néanmoins, un projet GCF a été approuvé pour le Rwanda en 2018 pour un montant de 33,8 millions USD. Malheureusement, le décaissement est toujours attendu. Le Rwanda est aussi le seul bénéficiaire d'un financement du Fonds d'Adaptation d'un montant d'environ 10 millions de dollars US. Fyfy Solange TANGAMU
La communauté des femmes chinoises visite des veuves et orphelins
lundi 27 janvier 2020

A l'occasion de la fête du Nouvel An chinois, dont la célébration a débuté, le samedi 25 janvier dernier, l'Association des femmes chinoises au Congo (...)
lire la suite
’’L’éducation est une ressource précieuse pour l’humanité’’, selon le représentant de l’Unesco
lundi 27 janvier 2020

Le monde a célébré le vendredi 24 janvier, la deuxième édition de la Journée internationale de l'éducation, placée sous le thème "Apprendre pour les (...)
lire la suite
Le Syndicat des medecins du Congo en grève à partir de ce samedi
vendredi 24 janvier 2020

Le Syndicat de médecins du Congo (SYMECO) annonce le début d'un mouvement de grève dès ce samedi 25 janvier. Cela fait suite, d'après le Docteur (...)
lire la suite
Le quartier Mujinga plaide pour une assistance du gouvernement
vendredi 24 janvier 2020

A Kisenso, la population du quartier Mujinga, sollicite l’ assistance en eau potable du Gouvernement. Les habitants de ce coin de la capitale (...)
lire la suite
La Haute commissaire aux droits de l’homme à Bunia hier et aujourd’hui à Kinshasa !
vendredi 24 janvier 2020

C’est hier jeudi 23 janvier que Michel Bachelet, la Haute commissaire de l’ONU pour les droits de l’homme a commencé sa visite de cinq jours en RDC (...)
lire la suite
Dr Gaston Luthongo : "La RDC a besoin de 40 millions de dollars pour la riposte contre la rougeole"
jeudi 23 janvier 2020

Médecin congolais, Dr Gaston Luthongo Paluku assume, depuis trois mois, la fonction de Coordonnateur national de lutte contre la rougeole en (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting