Dernière minute :
DANS UNE INTERVIEW EXCLUSIVE A ’’FORUM DES AS’’
Moïse Moni Della :"Si Moïse Katumbi n’avait pas bien travaillé, les gens n’allaient pas se presser pour aller l’accueillir"
vendredi 24 mai 2019

Secrétaire général adjoint de " Ensemble pour le Changement ", chargé des partis politiques et plateformes, Moïse Moni Della est le président de CONADE (Conservateur de la Nature et Démocrate), parti politique proche de Moïse Katumbi Chapwe. Ministre honoraire de la Presse et information, il voit de bon œil l'ouverture politique qui a permis au porte-étendard de la coalition Lamuka de revenir au pays. Moïse Moni Della est surtout marqué par l'accueil délirant que les Lushois ont réservé à Moïse Katumbi le lundi 20 mai dans la capitale cuprifère. Au quotidien''Forum des As'', il se dévoile.

Vous avez pris part à une grande réunion des cadres du parti que le président d'Ensemble, Moïse Katumbi, a convoquée le mardi 21 mai dans sa résidence, à Lubumbashi. De quoi s'est-il agi ?

Nous sommes venus dire un bon retour à notre frère et président de " Ensemble ", qui a été contraint à l'exil pendant trois ans. C'est maintenant que beaucoup de gens réalisent qu'il avait vu juste, quand il a dit qu'il n'y aura pas de troisième pénalty, et donc de troisième mandat à la tête du pays. Nous sommes venus lui dire merci et lui répéter qu'il est un leader visionnaire. Car, grâce à son combat, on n'a pas tripatouillé dans la Constitution. Et le président sortant ne s'est plus représenté aux élections, comme on le redoutait. Aujourd'hui donc, il y a alternance. Et dans cette alternance, Moïse Katumbi a sa part, d'autant qu'il était en première ligne.

Par la même circonstance, les membres du Bureau politique de " Ensemble " ont donné à Moïse Katumbi l'occasion de dévoiler le monument qu'ils lui ont offert. Que représente cette sculpture?

Vous savez, il y a des gestes qui valent plus qu'un discours, comme le relève un auteur que j'aime bien. Le geste que nous avons posé restera ancré dans le temps. C'est un cadeau immortel, qui vaut plus que l'argent. Le monument que nous lui avons fait ériger représente tout le combat que Moïse Katumbi a mené durant son parcours politique. On voit que ce personnage qu'il symbolise brise les chaînes. Comme lui, Moïse Katumbi a brisé les chaînes de l'intolérance, de totalitarisme, de dictature, de privation des libertés, de violation des droits de l'homme... Il pouvait bien rester gouverneur en continuant à travailler avec le président Kabila, mais pour l'intérêt général, il a préféré aller dans ce combat-là, sacrifier sa vie, refusant de céder à la trouille comme beaucoup. L'exil pour Moïse Katumbi est une prison. Et son retour peut aujourd'hui être interprété comme la victoire du peuple, le triomphe de la liberté. Car, tout citoyen voudrait vivre dans la liberté.

Qu'est-ce qui justifie, selon vous, la grande mobilisation de la population qui lui a réservé un accueil triomphal à Lubumbashi ?

Moïse Katumbi est mieux placé que nous tous pour nous renseigner à ce propos. Il l'a dit lui-même. S'il n'avait pas bien travaillé, je ne crois pas que les gens seraient aussi nombreux à venir l'accueillir après son exil. Supposons qu'il était milliardaire. Serait-il en mesure de distribuer de l'argent à toutes ces personnes qui sont venues à sa rencontre à l'aéroport de Luano ? Il y a même d'autres personnes qui l'ont vu, mais n'ont pu l'écouter, satisfaits juste de l'avoir vu. On les a toutefois vus marcher dans la joie et l'allégresse à travers les artères de la ville de Lubumbashi. Moi, je crois que ce mouvement spontané traduit l'amour et la reconnaissance que la population a pour Moïse Katumbi. Pas parce qu'il a l'argent ! Mais plus parce qu'il aime les gens. Parce qu'il est simple et se montre toujours disposé à partager avec les gens. Il est juste dévoué à servir le peuple, qui le lui rend si bien.

Concrètement, quelles sont les actions posées par Moïse Katumbi qui justifieraient cette forte adhésion populaire ?

Ce sentiment est une marque de reconnaissance de la population à l'égard de ce que l'ancien Gouverneur a fait pour le Katanga. Certains minimisent les actions posées en se disant que le Katanga n'a pas de gratte-ciels comme en Afrique du Sud. Mais, il n'y a pas lieu ici de comparer les deux zones. Tout le monde sait que le Katanga est une province riche en ressources naturelles. C'est vrai qu'on n'y trouve pas de gratte-ciels. Mais, le Katanga était dépourvu même du basique : de l'eau, de l'électricité, des routes… Moi, je venais souvent ici, mais j'ai réalisé que l'avènement de Moise Katumbi a boosté le développement ici ! On y trouve désormais des restaurants, des hôtels de haut standing… au point où le Katanga n'a pas à être complexé par rapport à d'autres villes du pays !

Sur le plan social, quelle mesure prise par Moïse Katumbi a eu un retentissement national ?

Avant lui, les entreprises payaient les gens la modique somme de 30 dollars, voire 40 dollars le mois. Arrivé à la tête du Gouvernorat de Katanga, Moïse a dit : "C'est fini ! Plus question de payer à un employé moins de 100 dollars"et les choses ont aussitôt changé. Pensez-vous que de telles mesures peuvent être facilement oubliées par la population ? Il y a même des gens d'autres provinces qui quittaient la leur pour venir travailler au Katanga, parce qu'ils n'avaient jamais vu un billet de 100 dollars ! Et lorsqu'ils arrivaient sur place, ils étaient aussitôt embauchés dans les entreprises minières où on leur payait plus de 100 dollars. Et ils pouvaient alors envoyer ces frais dans leurs familles qui étaient démunies. C'est le cas de plusieurs originaires de ma province du Maniema. Le cas aussi de ceux qui provenaient de Kinshasa, du Bandundu… et particulièrement de ceux qui venaient du Kasaï à pied.

Vous vous êtes personnellement investi dans la mobilisation de la masse en vue de la réussite de l'accueil de Katumbi à Lubumbashi. Concrètement, comment vous vous y êtes pris ?

A tout Seigneur, tout honneur. Celui qui a mobilisé plus que tous, c'est Moïse Katumbi lui-même. A titre illustratif, à Kindu, dans ma province du Maniema, c'est au nom de Moïse Katumbi que j'ai été accueilli plus que personne d'autres avant moi. Les gens me disaient : "Nous n'avons jamais touché l'argent de Moïse Katumbi, mais nous aimons bien cet homme-là". Aussi étonnant que cela puisse paraître, le nom de Moïse Katumbi m'avait précédé chez moi au Maniema, car il avait déjà déblayé le terrain. Je vous dis déjà d'avance que ce qui s'est passé ici pourra être réédité dans d'autres provinces. Car, Moise Katumbi est un leader mobilisateur, un leader charismatique. Propos recueillis par Yves KALIKAT Envoyé spécial à Lubumbashi
Jeanine Mabunda exhorte les députés à consacrer un mois de vacances parlementaires dans leurs fiefs
lundi 17 juin 2019

C'est sans surprise qu'une session extraordinaire s'impose à la chambre basse du Parlement. Clôturant la session ordinaire de mars 2019, le 15 juin (...)
lire la suite
Kibambi Shintwa : "Douter de la compétence de Kasongo Mwema est à la fois injuste et méchant"
lundi 17 juin 2019

Mettre en doute la compétence de Kasongo Mwema en matière de communication passe pour un oxymore. Tant ce théoricien et professionnel des médias (...)
lire la suite
Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et la Suisse déplorent les recours aux violences
lundi 17 juin 2019

L’avalanche d’actes de violences, enregistrés au lendemain de l’invalidation d’une trentaine de députés, dont la plupart de l’Opposition, a suscité des (...)
lire la suite
Le député Charles Naweji regrette ses propos et demande pardon à fatshi
lundi 17 juin 2019

Dans une déclaration diffusée sur les réseaux sociaux et certains médias en ligne samedi 15 juin, le député national Charles Naweji, membre du Front (...)
lire la suite
PPRD : Théophile Mbemba victime de la guerre de leadership de l’espace Grand Bandundu
lundi 17 juin 2019

*Alors que tous les chiffres le donnent vainqueur, le leader de Kenge se voit recalé au profit d'un candidat arrivé loin derrière lui. Les arrêts (...)
lire la suite
Le président de l’Union des Jeunes Katangais transféré hier à Kinshasa
lundi 17 juin 2019

Le président de l'Union des Jeunes Katangais (UJK), Paul Mwenz Kabwit, a été transféré à Kinshasa hier dimanche 16 juin après son interpellation samedi (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Au rythme de la Cour

Dans le landerneau politique, on ne parle plus que de ça. Ça fait débat. Plus exactement, ça fait polémique. Certains crient même au scandale. Quatre de partenaires occidentaux s'en mêlent en se (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting