Dernière minute :

Le 17 mai ou un impératif mémoriel
lundi 20 mai 2019

Un coup d'œil dans le rétroviseur pour s'arrêter au 17 mai 2019. Le tout premier 17 mai post-Présidences Kabila Père et Fils. A la veille de cette date, quelques interrogations ont fusé sur la nécessité ou pas de célébrer encore la chute du Régime Mobutu et surtout l'avènement de Laurent Désiré Kabila au pouvoir. Dans un pays où chacun prêche pour sa chapelle, une réponse carrée serait inappropriée. En l'occurrence, le fameux oui ou non.

Alors, que et comment trancher cette polémique ? En initiant les Congolais à la culture mémorielle, base de toute conscience historique. La conscience historique étant la marque de fabrique de toutes les grandes nations.

Impossible, en effet, de prétendre se développer sans maîtriser son passé et donc son histoire. Derrière tout pays majeur, il y a un récit national qui sert de sève pour gérer le présent et affronter les défis futurs.

Dans la mesure où le 17 mai a vu les Congolais tourner dans l'allégresse - certains l'ont oublié- une très longue page de leur histoire, cette date est loin d'être anodine. Même si, il est vrai, les lendemains n'ont pas toujours été enchanteurs.

Devrions-nous alors faire table rase de ce passé-là en jetant le bébé et l'eau du bain ? La réponse est non. Car, à force de tirer systématiquement des traits sur des pans décisifs de notre passé, on finit par être orphelin de mémoire. Or un peuple sans mémoire est un peuple sans personnalité, sans âme. A la suite du Maréchal de renom de l'armée française, Ferdinand Foch, Aimé Césaire écrivait fort pertinemment: "Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir".

L'heure a sans doute sonné pour que les Congolais entreprennent de reconstruire leur récit national. Les assemblées parlementaires nouvellement installées devraient se pencher sur cette question en y associant l'intelligentsia, les témoins de l'histoire du Congo indépendant encore en vie et les détenteurs du pouvoir traditionnel.

Il y a bien urgence pour la RD Congo de se réconcilier avec son passé, tout son passé. Non pas dans une logique figée de fétichisme de l'histoire, mais dans une dynamique évolutive de manière à tirer les leçons du passé pour mieux avancer. José NAWEJ
Au rythme de la Cour
lundi 17 juin 2019

Dans le landerneau politique, on ne parle plus que de ça. Ça fait débat. Plus exactement, ça fait polémique. Certains crient même au scandale. Quatre (...)
lire la suite
A l’heure des "Amis de Fatshi"
vendredi 14 juin 2019

Des fans clubs pro Fatshi? Ça pousse comme des champignons. Chaque jour qui passe voit un ou un groupe de compatriotes se signaler avec une (...)
lire la suite
Assumer et s’assumer
jeudi 13 juin 2019

Au bord de ce que Charles de Gaulle appelait "la chienlit" ? En tout cas, les prémices s'amoncellent. Violences sur fond d'autodafé à Kinshasa. (...)
lire la suite
Postes régaliens et juteux : ça cale
mercredi 12 juin 2019

Toujours pas de Gouvernement. Bien malin qui pourra dire à quand cette autre fumée blanche. Là n'est assurément pas le principal. Le fond du (...)
lire la suite
FCC-CACH, Lamuka, difficile d’y voir clair !
mardi 11 juin 2019

Qui est qui et qui joue quel rôle correspondant à quel statut ? Ce n'est pas une thèse de doctorat, bien que nous soyons dans la république des (...)
lire la suite
Coalition : drôle de mode d’emploi
lundi 10 juin 2019

A propos du clash survenu, vendredi dernier, à la Chambre, la question n'est pas tant de savoir qui a raison et qui a tort. Le comble - pour le (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Soudain, N’Sele redevient la porte à côté !

A chaque Président son antre. Cela n'a échappé à personne que le Palais de la Nation, saint des saints du pouvoir rd congolais sous Kabila père et fils a perdu de sa superbe sous FATSHI. Ce dernier (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting