Dernière minute :
SON CONCURRENT LOKONDO AYANT ETE INVALIDE
J. Mabunda assurée de trôner au perchoir de la chambre
mercredi 24 avril 2019

C'est finalement aujourd'hui mercredi 24 avril que les élus du peuple vont élire le bureau définitif de leur chambre. Le débat n'est plus au sera au perchoir, quand on sait que Jeanine Mabunda est l'unique candidate à ce poste. Le débat porte plutôt sur l'ampleur des voix qu'aura récoltées le ticket FCC-CACH à l'issue du vote de ce mercredi. Autrement dit, Jeanine Mabunda fera-t-elle carton plein ? D'abord le maximum de suffrages des députés de son parti, le PPRD. Ensuite, l'ensemble des voix de la coalition FCC. Et, finalement, toutes les voix de la coalition FCC-CACH ?

Si oui, c'est que le mot d'ordre donné à cet effet aura été respecté à la lettre. Au cas contraire, l'on devra s'interroger sur les raisons qui auront poussé les autres députés de cette coalition à ne pas voter pour le plébiscite Mabunda-Kabund. Exit toutes supputations, le vote de ce mercredi à l'Assemblée nationale se veut très déterminant de l'avenir de la coalition FCC-CACH.

Toutefois, le ticket gagnant FCC-CACH à la présidence de cette chambre législative a présenté hier son discours de campagne devant ses collègues au cours d'une plénière. Jeanine Mabunda Lioko, a expliqué sa vision dans la fonction législative et administrative, du suivi des rapports parlementaires, le social et enfin la diplomatie parlementaire. Ainsi, la prétendante présidente de l'Assemblée nationale s'engage, également à être à l'écoute du Peuple.

A entendre la dame de fer, être à l'écoute du peuple signifie demeurer proche de lui, être accessible, disponible et joignable. A ce sujet, elle a indiqué qu'un numéro de téléphone est exclusivement réservé aux députés nationaux.

"Ce peuple dont nous sommes les Représentants légitimes dans ce cadre solennel, appelé " Palais du Peuple", mais que je préférerais considérer dans notre nouvelle législature comme la "Maison du Peuple", une maison dans laquelle nous serions à votre service, pour veiller à vos droits et, pour y faire entrer les doléances de la population et travailler ensemble pour des solutions appropriées ", a-t-elle mentionné.

Aussi, Jeanine Mabunda ajoute-t-elle que être à l'écoute, revient à ne jamais se couper des réalités de terrain. " Je me dois donc d'être à l'écoute de tous, sans discrimination, opposition comme majorité ", a-t-elle promis.

Ensuite, " Je veillerai à ce que l'Opposition parlementaire joue son rôle, dans le respect des droits, libertés et devoirs garantis par la Constitution ainsi que la loi organique portant statut de l'Opposition politique", a rassuré Jeanine Mabunda. Elle n'était pas seule a prononcé son discours de campagne. Les candidats aux postes de 1er et 2ème vice président au bureau de la chambre basse ont prononcé le leur. Découvrez l'intégralité du discours de la candidate au perchoir de l'Assemblée nationale. Mathy MUSAU

Discours de la candidate Jeanine Mabunda

C'est avec honneur et humilité que j'ai accepté de me porter candidate, au nom de la majorité parlementaire, au poste de Président de l'Assemblée Nationale.

Aujourd'hui, notre premier Parti à tous, c'est la République Démocratique du Congo. Ce faisant, je tiens à remercier les Hautes Instances de la majorité parlementaire, le Président de la République, Son Excellence Félix TSHISEKEDI et l'Autorité Morale de FCC, le Président Honoraire Joseph KABILA pour le choix porté sur ce ticket.

Cela étant, je remercie tous les honorables Députés nationaux et à travers eux tous nos électeurs ; nos courageux citoyens congolais, grâce auxquels nous sommes, ici, en 2019 dans le cadre d'un transfert démocratique et pacifique du pouvoir, une première dans l'histoire de notre jeune démocratie.

Chers Collègues, l'élection et l'installation des membres du Bureau définitif constituent le dernier acte de la Session extraordinaire inaugurale, qui va permettre à notre Chambre de démarrer effectivement les travaux parlementaires. Je saisis donc cette occasion pour remercier et féliciter l'Honorable Président ainsi que les membres du Bureau provisoire pour avoir accompli, la mission qui leur avait été confiée par l'article 114 de la Constitution.

Honorables Députés et chers Collègues,

Après une brève présentation de ma personne et mon parcours ainsi que des échanges informels avec tous les caucus parlementaires, mon intervention de ce jour va s'articuler autour de quelques points majeurs, à savoir : -ma vision dans le domaine législatif -le domaine du contrôle parlementaire -le domaine du suivi des rapports parlementaires -le domaine du social et enfin -la diplomatie parlementaire.

Comme vous le savez, l'Assemblée Nationale exerce, concurremment avec le Sénat, le pouvoir de voter les lois et de contrôler le Gouvernement, les entreprises publiques et les établissements et services publics.

Aussi, toutes ces fonctions fondamentales d'un parlement sont capitales à la qualité de la gouvernance générale d'un pays.

Honorables Députés, chers collègues : qui suis-je ? Je suis votre Collègue Jeanine MABUNDA BUDZA, originaire de la Province de la Mongala à BUMBA, du Grand Equateur épouse MUDIAYI, Kasaïen de Ngandajika. Je n'ai pas été proposée parce que femme, mais plutôt comme une actrice politique à part entière. Ancienne fonctionnaire de la Banque Centrale du Congo, j'ai exercé les fonctions du Directeur Général du Fonds de Promotion de l'Industrie avant d'être nommée ministre du Gouvernement. Ensuite, avant d'être conseillère dans la lutte contre les violences sexuelles et le recrutement des enfants soldats (2014-2018), répondant au besoin de la population du territoire BUMBA, j'ai été élue deux fois Députée nationale, en 2011 et réélue en 2018.

Candidate au poste de Président, j'ai, avec esprit d'inclusion et volonté de proximité, engagé depuis quelques jours une série de réunions informelles dans le cadre de vos provinces : fidèle à ma méthode de proximité, un dialogue constructif avec une grande majorité des Honorables Députés Nationaux de toutes tendances, le caucus des femmes ou le réseau des jeunes parlementaires, ont permis d'avoir ensemble un regard critique sur l'action du Parlement. Ce dialogue face à face, un à un, a permis de recueillir vos préoccupations et celles de vos provinces pour des propositions constructives basées sur des valeurs communes pour guider notre mandat durant la présente Législature.

Honorables Députés et Chers Collègues,

A la lumière de notre Règlement Intérieur et des échanges avec plus de 400 d'entre vous, je m'engage à être, dans la proximité…et à l'écoute du Peuple. Telles sont les valeurs qui guident ce mandat.

Être dans la proximité :

- pour demeurer proche du Peuple, être accessible, être disponible et joignable : c'est, par exemple, répondre aux appels. (Je signale, à cet effet, qu'un numéro de téléphone est exclusivement réservé aux honorables députés nationaux).

Selon moi, être dans la proximité et à l'écoute du Peuple, c'est ne pas s'éloigner de ce dernier, ce peuple dont nous sommes les Représentants légitimes dans ce cadre solennel, appelé " Palais du Peuple ", mais que je préférerais considérer dans notre nouvelle législature comme la " Maison du Peuple ", une maison dans laquelle nous serions à votre service, pour veiller à vos droits et, pour y faire entrer les doléances de la population et travailler ensemble pour des solutions appropriées.

J'ajouterai ici qu'être à votre écoute, revient à ne jamais se couper des réalités de terrains ; je me dois donc d'être à l'écoute de tous, sans discrimination, opposition comme majorité ;

Ainsi, sur ce volet, Chers Collègues, les consultations régulières au sein du Bureau, des Groupes parlementaires et de la Conférence des présidents seront organisées en vue de de permettre un dialogue constructif.

Je veillerai à ce que l'Opposition parlementaire joue son rôle, dans le respect des droits, libertés et devoirs garantis par la Constitution ainsi que la loi organique portant statut de l'Opposition politique.

Honorables Députés et chers Collègues,

Après avoir introduit mon propos par les valeurs qui guideront notre mandat, quelle est la vision que nous souhaitons bâtir ensemble ?

Quelles sont les actions que notre bureau, avec votre appui, compte mener notamment dans les domaines des lois, du contrôle, du social des députés et de la diplomatie parlementaire.

1. S'agissant du domaine législatif

Pour mémoire, depuis 2002, la RDC s'est résolument engagée dans la production de loi nouvelle en vue notamment du renforcement de l'efficacité de l'Etat, de l'amélioration de la gouvernance politique, économique, sociale, de la gestion des ressources naturelles et des finances publiques, de l'amélioration du climat des affaires ou de la situation des droits de l'homme et des libertés publiques.

Au cours de la présente législature, cet effort de production législative va se poursuivre afin d'une part, d'examiner les arriérés législatifs ainsi que les lois nécessaires à la mise en oeuvre du programme du Gouvernement.

Chers collègues, derrière les lois, il y a des hommes et des femmes de (chair et de sang) qui nous ont mandatés : le citoyen devrait être à même de comprendre l'impact positif de ces lois sur son vécu, sur sa qualité et son cadre de vie, sur l'amélioration de la condition de la femme tant en ville qu'en milieux ruraux, sur le nombre d'emplois susceptibles d'être crées pour nos jeunes et sur la contribution efficace de ces lois à une croissance inclusive et partagée. C'est à cela que nos lois doivent servir.

Dans cette perspective et en écho, notamment, aux suggestions de beaucoup de collègues dont le caucus des jeunes parlementaires, nos nouveaux élus, ma proposition consiste à l'organisation régulière des séminaires parlementaires d'information, de formation et d'échanges d'expériences destinés au renforcement des capacités des Députés Nationaux et du personnel administratif.

Honorables Députés et chers collègues,

2. S'agissant du domaine du contrôle parlementaire

S'agissant du contrôle parlementaire, il est l'une des trois fonctions essentielles du parlement. Il a pour principaux objectifs d'améliorer la gouvernance, de promouvoir les libertés et le bien-être de la population. La population a des exigences bien ancrées et toujours croissantes en termes de moralité de la vie publique, de répartition équitable des richesses et d'utilisation optimale des ressources dans le budget de l'État.

Sur ce point, j'ai été des 2 côtés : jadis contrôlé et depuis 2011, contrôleur. Effectivement, dans le cadre de mes fonctions ministérielles, je me suis soumise à cet exercice à plus de six reprises entre 2004 et 2011(dont la commission BAKANDEJA). Ces contrôles n'ont pas donné lieu à des sanctions négatives : du reste, c'est cet exercice qui m'a motivé à vous rejoindre (de l'autre côté) comme Députée Nationale. Je suis donc consciente de la force de cet outil.

Chers collègues, l'Assemblée nationale dispose des instruments de contrôle en vue de répondre aux interrogations de nos compatriotes, sur des évènements ou incidents majeurs, catastrophes naturelles, insécurité, conflits armés...

Ma vision est que le citoyen qui nous parle ou nous appelle, appréciera le travail de ses élus non pas par le nombre élevé d'initiatives de contrôle, mais plutôt par des réponses correctives et concrètes que nous formuleront en termes d'amélioration de la gouvernance et du vécu quotidien de la population des suites de ces contrôles. C'est cela qui renforcera la confiance entre les parlementaires et nos compatriotes.

3. S'agissant du suivi des rapports des vacances parlementaires

Sur ce point, Honorables Députés et chers Collègues,

Lors de nos échanges, vous m'avez tous dit être préoccupé par le faible taux de retour des députés de l'ancienne législature lors du scrutin suivant : il est de près de 15%. L'une des raisons étant, entre autres, l'absence de suivi ou de matérialisation des rapports issus de vos vacances parlementaires. En réponse, ma proposition est double : (1) nous allons étudier la possibilité d'un accompagnement des Députés pendant les vacances parlementaires et (2) nous réfléchirons à la faisabilité de la création d'une réserve parlementaire nous inspirant des expériences d'autres parlements. Cette réserve, mieux ce fonds serait destiné à répondre aux besoins urgents constatés, par les députés, lors des vacances parlementaires. A ce sujet, je proposerai une commission de travail.

Outre ces ceux propositions concrètes, notre Bureau veillera à ce que la commission de suivi et évaluation assure le monitoring de la mise en œuvre par le Gouvernement et les ministères concernés des recommandations des rapports de vacances parlementaires ou des résolutions adoptées à cet effet par notre Assemblée Nationale.

Cette approche aura, à mes yeux, l'avantage de réduire la pression, certes légitime, exercée sur les Honorables Députés nationaux par leurs électeurs relativement à certaines de leurs exigences sociales. C'est cette pression récurrente qui impacte aussi sur le social du Député. Ceci me conduit logiquement à vous parler du social du député.

Honorables députés et chers collègues

4. S'agissant du social du parlementaire

A l'écoute de plus 400 députés ces derniers jours, c'est avec courage et sincérité que je ne peux taire les préoccupations que certains m'ont exprimé. Ils ne l'ont pas exprimé par égoïsme ou par gourmandise financière mais bien parce qu'en RDC, le député est devenu l'interface social sur terrain, dans sa localité, dans la proximité de ses concitoyens : " matanga/deuil ", cas de maladie d'un électeur, demande de secours d'un voisin du de quartier, le député est fortement sollicité, à mi-chemin entre l'assistant social, le conseiller des familles ou le confident des jeunes et parfois l'ingénieur-bâtisseur de tout un territoire.

Chers collègues, à ces grandes sollicitations, le Règlement intérieur est notre loi et prévoit en son article 105 que le député a droit à une indemnité équitable qui assure son indépendance et sa dignité.

Cependant entre le texte et la pratique, j'ai senti, avec un cœur de mère, le souci et la préoccupation de certains élus venus aux prix de mille efforts du lointain de leur territoire et projetés dans une ville de Kinshasa accueillante ( ! Merci les kinois) mais coûteuse.

Paiement irrégulier des indemnités, paiement fractionné, modicité des émoluments, taux de change pour le calcul des émoluments, modalité de paiement physique ou bancaire des émoluments, autant de soucis que mes collègues ont eu le courage de partager avec moi.

Je ne serai pas démagogue mais, au nom de mes collègues, je solliciterai une conversation franche sur le sujet avec l'exécutif non pas pour "engraisser " le député mais me rassurer que le juste milieu est trouvé.

Honorables Députés et chers Collègues

5. En ce qui concerne la diplomatie parlementaire

Point n'est besoin de rappeler que sur la scène internationale, la RDC n'a pas toujours été présentée à son meilleur avantage et je parle en connaissance de cause.

Ainsi, nous allons poursuivre et renforcer la diplomatie parlementaire par la participation active des Honorables Députés nationaux aux assemblées et réunions statutaires convoquées sous l'égide des organisations interparlementaires. Il s'agit notamment :

- de l'Union interparlementaire,

- de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie,

- de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE,

- de l'Union Parlementaire Africaine,

- du Forum parlementaire de la SADC,

- du Parlement panafricain.

Si vous nous faites confiance, ma proposition, après l'installation effective des Bureaux de deux Chambres du Parlement, est de constituer des groupes nationaux au sein de ces organisations interparlementaires.

En sus, je m'engage à apporter le soutien politique requis aux éventuelles candidatures des parlementaires de la République Démocratique du Congo, au sein des organes de ces organisations interparlementaires, afin d'y défendre mieux les intérêts et l'honneur diplomatique de notre pays.

En outre, le caucus des femmes m'a fait part du souci de veiller à la représentation des femmes députées dans les organes des organisations interparlementaires et leur représentation dans les délégations du parlement congolais aux conférences et assemblées statutaires. Chères collègues, je fais mien ce souci et y veillerai le moment venu.

Chers collègues,

Voici ma vision et quelques propositions. Cela étant dit, j'ai remarqué avec vous, que cette élection a fait couler beaucoup d'encre et a suscité beaucoup de mobilisation des jeunes et des hommes dans le pays (je vous remercie tous pour cette mobilisation) ; car " une femme " était proposée au poste de président de l'Assemblée. De ce point de vue-là, je dois rappeler que tout en étant acquise au combat de la femme, nous devons adapter cette dimension à notre culture africaine. Avec mes 56 autres camarades femmes députées, je suis un " Homme Politique " comme un autre et deux fois élue, j'ai donc besoin du vote de mes collègues hommes. Ce n'est pas une sorte d'assaut : " TOTELEMELI BA PAPA " , mais c'est bien l'occasion d'un partenariat historique avec 443 députés " hommes " ici présents dont nous serons le meilleur ambassadeur.

Ainsi, si vous me votez, je serai fière d'appartenir à ce pays où les hommes ont cru en nous. Je veux avant tout vous convaincre, je ne suis pas la première d'entre vous, je ne suis pas la meilleure d'entre vous, je serai l'un parmi vous déléguée par vous et pour vous.

Chers collègues, " dans la proximité et à l'écoute du peuple ", je sollicite votre soutien pour voter notre ticket FCC-CACH.
Lubumbashi : Mobilisation monstre pour l’accueil de Katumbi
lundi 20 mai 2019

*Les Lushois conviés à aller accueillir l'ancien Gouverneur en tenue blanche, en signe de paix. "Lubumbashi attend son Moïse ce lundi 20 mai (...)
lire la suite
Sénatoriales : Avec 3 sièges sur 4 au Nord-Kivu et l’unique siège en jeu au Maï-Ndombe, le FCC à nouveau grand vainqueur !
lundi 20 mai 2019

*A la veille du scrutin, le sénateur Kaniki Ituome François retirait sa candidature pour dénoncer la corruption dans la province de Mai-Ndombe. Le (...)
lire la suite
Lambert Mende envisage une motion contre Basile Olongo à l’Assemblée nationale
lundi 20 mai 2019

* "Je ne peux pas être brutalisé comme ça par la police de mon pays. Je suis député d'abord. Je suis en session. Je n'ai commis aucun fait (...)
lire la suite
Tout en exprimant sa solidarité à Magunda Ilunga Masiste, invalidé par la Haute Cour
lundi 20 mai 2019

Le président et autorité morale de l'Alliance pour la Bonne Gouvernance (ABG), le député Jonathan Bialosuka Wata, demande à tous ses militantes de (...)
lire la suite
Antipas Mbusa Nyamwisi annonce son retour au pays avant le 30 juin
lundi 20 mai 2019

La décrispation de l'espace politique congolais devient de plus en plus une réalité. Après le président de Ensemble pour le changement, Moïse (...)
lire la suite
Augustin Kabuya : " Mon objectif est de travailler pour permettre à FATSHI de rempiler en 2023 "
lundi 20 mai 2019

Les chiens aboient, la caravane passe, dit un célèbre proverbe arabe. Le tout nouveau Secrétaire général de l'UDPS, Augustin Kabuya Tshilumba, fait (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Le 17 mai ou un impératif mémoriel

Un coup d'œil dans le rétroviseur pour s'arrêter au 17 mai 2019. Le tout premier 17 mai post-Présidences Kabila Père et Fils. A la veille de cette date, quelques interrogations ont fusé sur la (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting