Dernière minute :

Plus qu’entendre, écouter
mercredi 24 avril 2019

A moins d'être autiste, impossible de ne pas applaudir de deux mains à l'audition du discours de campagne de l'unique candidate au perchoir de la Chambre des députés. Etre dans la proximité et à l'écoute du peuple. N'est-ce pas là le talon d'Achille de la quasi-totalité des dirigeants politiques rd congolais d'avant-hier, d'hier et -d'aujourd'hui ?-

Si, une fois speaker de l'Assemblée nationale, Jeanine Mabunda se mettait réellement à l'écoute de ses compatriotes, elle réussirait, enfin, à faire bouger les lignes. Elle serait ainsi cet homme d'Etat - pour le coup, femme d'Etat- par qui se serait opérée la nécessaire révolution -copernicienne- dans les mœurs politiques zaïro-congolaises!

Car, au fond depuis les années Mobutu, les Congolais souffrent justement d'absence d'hommes politiques qui les écoutent -pas seulement qui les entendent- et qui rencontrent leurs desiderata. Le désamour entre les vraies gens du pays réel et la classe politique ne s'explique pas autrement que par ce sentiment d'être le dindon de la farce dans le Contrat social cher à Jean-Jacques Rousseau.

Pourtant, ce ne sont pas des discours aussi mielleux que généreux qui ont fait défaut. Bien au contraire. En la matière, il y a même overdose. Si le développement d'un pays se mesurait à l'aune de discours, de programmes…, le Zaïre de Mobutu redevenu Congo serait, incontestablement " la tête " et non " la queue ".

Ici plus qu'ailleurs, les promesses n'engagent que ceux qui y croient ! Pour ne pas remonter jusqu'au déluge, depuis le cycle électoral de 2006, les différents candidats députés-nationaux comme provinciaux- se présentent comme " les avocats du peuple ".

Mais, une fois dans leurs hémicycles respectifs, ils se font avocats de leurs propres causes : émoluments, " invisibles ", Jeeps…. Bonjour le plaidoyer pro domo ! Et le pauvre peuple dans tout cela ? Il peut toujours attendre. On s'en souviendra à l'approche de la consultation électorale.

Puisse Jeanine Mabunda être le héraut et-pourquoi pas - la héroïne du changement tant chanté. A elle de concrétiser le célèbre proverbe selon lequel " ce que femme veut, Dieu le veut ". José NAWEJ
Ces bacheliers, miroir de la société
mercredi 17 juillet 2019

Ici comme ailleurs, l'obtention du diplôme d'État s'arrose, se fête. Normal. Rien à dire. On est tous passés par là. Il y a, cependant, la manière. Là, (...)
lire la suite
Marquer et agrandir son territoire d’abord !
mardi 16 juillet 2019

Question inspirée de la sempiternelle loi de séries: après Mbusa et Matungulu, quel autre gros poisson estampillé Lamuka va-t-il tomber dans le (...)
lire la suite
Matungulu , un politicien comme les autres
lundi 15 juillet 2019

Autant le préciser tout de go. Que le Président de la république ait présenté l'un des congolais le plus qualifié dans le secteur financier pour (...)
lire la suite
Deux Premiers ministres en circulation !
vendredi 12 juillet 2019

Le sujet n'est plus de pérorer sur la déjà très longue attente du Gouvernement. Le Président a achevé de répondre dans toutes les langues que ce serait (...)
lire la suite
FCC-CACH : un parfum de transhumance
jeudi 11 juillet 2019

Le feuilleton Bahati ? Un classique de la scène politique zaïro-congolaise. " Rébellion", " autonomie d'action " ou " trahison " ; " exclusion " ou (...)
lire la suite
La CPI comme un camion anti-incendie…
mercredi 10 juillet 2019

Pas la moindre goutte de larme pour Bosco Ntaganda. Pour l'ensemble de son "œuvre" méphistophélique, ce criminel de guerre pouvait même "mériter" (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting