Dernière minute :
EN ATELIER AVEC LES OPERATEURS DU SYSTEME FINANCIER CONGOLAIS
La BCC vulgarise la nouvelle réglementation prudentielle qualitative
jeudi 21 mars 2019

La révision de la réglementation prudentielle qualitative des établissements de crédit est une urgence et une nécessité pour la Banque centrale du Congo. Ce sont-là les propos de l'autorité monétaire, tenus hier mercredi 20 mars, à l'ouverture de l'atelier de sensibilisation des corporations professionnelles du système financier congolais sur la nouvelle Réglementation prudentielle qualitative. Une législation axée essentiellement sur le contrôle interne, la gestion des risques, la gouvernance et le commissariat aux comptes des Etablissements des crédits.

L'objectif de cette démarche de l'Institut d'émission est de raffermir la gouvernance des institutions financières qui font face à plusieurs faiblesses, a déclaré Déogratias Mutombo Muana Nyembo. "Nous sommes appelés ensemble avec l'assistance technique, dont nous bénéficions à aller de l'avant, à garantir la solidité de notre système financier pour un développement économique harmonieux grâce à un financement rassurant de l'économie nationale", a-t-il souligné.

Organisé avec l'appui de l'AFRITAC-Centre du Fonds monétaire international, cet atelier est "une occasion d'échanger sur les instructions, l'évolution des standards internationaux sur les thèmes desdites instructions et les différentes reformes en cours pour un système financier congolais en phase avec des grands principes de l'heure, fort, stable et contributeur au développement économique de la RDC", a-t-il fait savoir. Pour l'autorité de la Banque centrale, le système bancaire congolais a affiché, à la clôture de 2018, de bons résultats au regard du bon comportement de ses paramètres clés. 2019 augure pourtant des perspectives favorables.

"Il est temps que les établissements des crédits ajustent leurs dispositifs de gouvernance et de transparence financière aux normes et bonnes pratiques internationales, ainsi qu'aux exigences et réalités locales de manière à permettre à la BCC d'exercer effectivement, une supervision appropriée en fonction de son appréciation souveraine du profil des risques des établissements des crédits", a mentionné Déogratias Mutombo.

ATTENTES DE L'AUTORITE DE SUPERVISION

Le directeur Jean-Marcel Kalubi s'est penché sur la révision des instructions prudentielles qualitative. D'après l'intervenant, "les principales innovations de ces différentes instructions sont notamment la définition du niveau de responsabilité que doivent occuper les responsables des fonctions de contrôle, la mise en relief et renforcement des rôles et responsabilités des organes délibérants, l'obligation de notarier tous les documents transmis à la BCC pour demande d'agrément ainsi que la limitation du champ des agréments aux responsables des fonctions de contrôle et de certaines fonctions qualifiées clés".

D'après Déogratias Mutombo, "les attentes de l'autorité de supervision sont entre autres la stricte application des textes dès leur entrée en vigueur, la bonne gestion des risques, le soutien au financement efficient et efficace de l'économie, la promotion des l'inclusion financière ainsi que la contribution à la croissance économique".

Pour sa part, Jean-François Fouchard du FMI a axé son exposé sur l'Assistance technique à la BCC : Normes internationales relatives aux règles prudentielles qualitatives. D'après lui, la révision des instructions réalisées par la BCC apporte une valeur ajoutée pour toutes les parties prenantes : autorités et établissements assujettis. A en croire cet expert, au delà du coût de la reforme à court terme, il y aura des bénéfices à moyen et long terme.

Selon lui, le défi important est de mettre en œuvre et de finaliser dans des délais raisonnables, les changements induits par le renforcement des exigences prudentielles. L'enjeu fort pour le secteur bancaire congolais est d'adapter ses dispositifs pour atteindre le niveau de qualité, requis par les standards internationaux. A la fin, les participants ont échangé sur les différents exposés présentés par les experts pour un éclairage sur les zones d'ombre. Mathy MUSAU
Faux procès contre le DG Sele Yalaghuli
vendredi 19 avril 2019

Onze, c’est le nombre des syndicats qui composent l’intersyndicale de la Direction Générale des Impôts (DGI). De ces onze, un seul syndicat a quitté (...)
lire la suite
DGI : où est passée l’antidote contre l’accident vasculaire cérébrale ’’Selemycine’’ ?
vendredi 19 avril 2019

La Direction Générale des Impôts (DGI), a connu ce jeudi de 8h30' à 12h°°, un moment de bousculades, des cris inutiles et irréfléchis ainsi que des (...)
lire la suite
Le Fonds Social offre 1.000 emplois pour la réfection de la ville de Butembo
mercredi 17 avril 2019

Depuis le lundi 15 avril, la ville de Butembo vibre au rythme du Fonds Social de la République démocratique du Congo (FSRDC). Soucieuse de (...)
lire la suite
Croissance inclusive en Afrique : la Banque mondiale met le curseur sur la révolution numérique
mardi 9 avril 2019

C'est depuis hier lundi 8 avril que la Banque mondiale a publié la 19ème édition de son rapport intitulé ''Africa's Pulse''. Au cœur d'un vidéo (...)
lire la suite
La BCC lance le concours " innovations et technologies au service de l’inclusion financière en RDC-2019"
jeudi 4 avril 2019

La Banque Centrale du Congo (BCC) a lancé, hier mercredi 3 avril, le concours "innovation et services financiers 2019". Ce projet de la BCC est (...)
lire la suite
Des travailleurs des expatriés menacent d’aller de nouveau en grève
mardi 2 avril 2019

Des travailleurs des expatriés menacent d'aller de nouveau en grève. Et pour cause, leurs employés indiens, pakistanais, libanais ... n'auraient pas (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting