Dernière minute :
APRES LES CHEFS DE REGROUPEMENTS ET PARTIS POLITIQUES
Kingakati : les orientations de Joseph Kabila aux députés FCC
lundi 25 février 2019

* Pour l'Autorité morale de cette plateforme, les réformes constitutionnelles, la protection de la souveraineté et de l'indépendance…parmi les principaux défis à relever. L'ancien Président congolais Joseph Kabila, autorité morale du Front commun pour le Congo (FCC), a réuni hier dimanche 24 février à sa ferme privée de Kingakati, tous les nouveaux députés nationaux élus sous le label de cette méga plateforme créée en juin 2018. Avant d'aborder les points à l'ordre du jour, une minute de silence a été observée en mémoire de deux illustres disparus du camp nationaliste. A savoir le sénateur Yerodia Abdoulaye Ndombasi, décédé le 19 février à l'hôpital du Cinquantenaire et du patriarche Antoine Gizenga, mort hier dimanche, au Centre médical de Kinshasa (CMK). Au cours de cette rencontre, des sources dignes de foi renseignent que Joseph Kabila a donné des orientations claires à tous les élus battant pavillon FCC. Il leur a donc demandé de poursuivre " les défis qui étaient les siens comme Chef de l'État. A savoir la défense de la souveraineté et de l'indépendance, la stabilité du pays et de ses institutions, et la consolidation de la paix et la sécurité nationale, gage du développement socio-économique et du bien-être de la population". Ce n'est pas tout. Joseph Kabila a également demandé aux députés FCC d'avoir le courage d'initier des réformes. Y compris constitutionnelles. Premier à prendre la parole, Néhémie Mwilanya, coordonnateur du FCC, a circonscrit le contexte de la réunion : "Saluer l'Autorité morale du FCC et lui présenter les prémices de la moisson confiée aux Chefs de regroupements et partis politiques de la coalition. La mission d'aller auprès de notre peuple, prêcher l'évangile de la défense des intérêts supérieurs du Congo et faire valider le choix opéré par votre autorité, de ceux et celles que vous avez mis à part, sur les listes électorales comme vos disciples. Voilà pourquoi, avec votre autorisation, Je voudrais demander à tous les encadreurs de brebis, les chefs des composantes, regroupements et partis du FCC ainsi que les membres du comité stratégique, de se mettre debout afin qu'ils soient félicités et remerciés par les ovations pour l'excellent travail accompli" 330 DEPUTES NATIONAUX ET 836 PROVINCIAUX Par la même occasion, le coordonnateur du FCC a, en second lieu, annoncé à Joseph Kabila, que grâce au précieux encadrement de ces camarades (Ndlr : Chefs de regroupements et partis politiques), "la moisson récoltée au cours du scrutin du 30 décembre dernier aux législatives nationales et provinciales, est dans toute modestie, plus qu'honorable, précieuse et confortable. Fort d'un contingent de 330 élus au niveau national et de près de 836 au niveau provincial, le FCC est en point douter à ce jour, la grande force politique et la toute première en RD Congo". Le Front Commun pour le Congo (FCC) réuni autour de Joseph Kabila revendique 330 députés nationaux dont 116 du PPRD. Le parti de Joseph Kabila est suivi de l'AFDC et alliés (41), AAA (22), AAB (32), AABC (22), MSR (21), ACO (12), ATIC (9), Alliance (8), Code (8), ADU (6), G18 (4), APCO (3), PRP (1). La rencontre d'hier du FCC à Kingakati s'inscrit dans le prolongement de celle de mercredi dernier, toujours au même endroit, entre Joseph Kabila et les différents leaders des regroupements politiques de cette coalition. De l'avis de nombreux analystes, toutes ces rencontres ne peuvent se dissocier du contexte politique actuel du pays. Un environnement particulièrement marqué par des tractations autour de la formation du tout premier Gouvernement du nouveau Président Félix-Antoine Tshisekedi. Partant, d'aucuns estiment que ces différentes réunions du FCC à la ferme présidentielle, participent donc à l'avènement de ce nouvel Exécutif qui déchaine des passions dans les rues de Kinshasa. Cependant, le FCC bien qu'adhérant au schéma de la coalition tracé par son Autorité morale, brandit l'article 78 de la Constitution. "L'article 78 de la Constitution est clair. Il indique deux cas de figure. Le premier est celui de l'existence de la Majorité. Il n'y a pas de dessin à faire. Le Président sait ce qu'il doit faire. Ici, nous vous disons que c'est une démarche normale. Lorsque nous avons créé le FCC, nous avions demandé à tous ceux qui croient aux valeurs contenues dans la charte du FCC de venir à adhérer. Nous l'avons fait publiquement. Ils sont venus nombreux. Quand nous sommes allés aux élections, les candidatures étaient alignées sous le label FCC. Quoi de plus normal qu'au retour, les chefs de regroupements qui étaient envoyés viennent faire rapport. Quoi de plus normal qu'ils viennent présenter les fruits de la moisson au maître de la moisson. C'est ce qui est fait", a déclaré à la presse présente sur les terres de Kingakati, le directeur de cabinet de l'ancien Président de la République Joseph Kabila. S'agissant du rôle de la Majorité, Néhémie Mwilanya, n'a entretenu aucun mythe. "Nous sommes dans un régime parlementaire rationalisé où la majorité parlementaire est quasiment une institution. Elle participe à la désignation du Premier ministre, elle investit le Gouvernement et, ensuite, le soutient dans toutes ses réformes. Vous pouvez tirer les conséquences qui s'imposent", a-t-il renchéri. En ce qui concerne la polémique sur la réalité juridique du FCC, son coordonnateur la qualifie d'un faux débat. "Bien que le FCC n'est pas une réalité juridique le débat n'existe plus. Ceux qui sont connus sont les regroupements et ces regroupements sont venus dire qu'ils appartiennent au FCC et les députés qu'ils ont eus sont versés dans le FCC" tranche Néhémie Mwilanya. APRES LE DEPART D'UNE VINGTAINE DE MINISRES… Secret de polichinelle. Après des semaines d'atermoiement, une vingtaine de ministres du Gouvernement sortant, élus députés nationaux, se sont finalement prononcés depuis le jeudi 21 février. L'exercice de leurs anciennes fonctions de ministre ou vice-ministres étant incompatible avec leurs nouveaux mandats de députés nationaux, tous ont opté pour l'Assemblée nationale. En conséquence, plusieurs ministères n'ont plus de titulaires. De l' "aubaine" pour des Secrétaires généraux appelés à expédier les affaires courantes, en attendant la mise sur pied du nouvel Exécutif. Partant de cette vague de départs au sein du Gouvernement actuel, d'aucuns pensent que les choses devraient aller très vite pour la formation du nouvel Exécutif. Sans doute que tout va se jouer au cours de la première quinzaine du mois de mars prochain. De manière à être fin prêt, dès la rentrée parlementaire prévue le 15 du mois. Grevisse KABREL
Peter Pham : "Nous avons un autre agenda qui n’est pas celui des Congolais "
vendredi 14 février 2020

Invité de l'émission Face à face de Top Congo FM d'hier jeudi, l'Envoyé spécial de Donald Trump pour la région des Grands lacs soutient que la visite (...)
lire la suite
Le tribunal de l’Union européenne rejette la requête de Shadary, Boshab…
vendredi 14 février 2020

Les relations entre l'Union européenne et le clan Kabila sont loin de connaître un dégel. Le tribunal de l'Union européenne vient de rejeter les (...)
lire la suite
UDPS-UNC : l’Accord de Nairobi menacé !
vendredi 14 février 2020

Le parti de Félix Tshisekedi n'exclut plus de revoir l'Accord Nairobi. On tend quasiment vers la fin de l'idylle entre l'Union pour la Démocratie (...)
lire la suite
La guerre des tranchées fait rage entre le FCC et le CACH !
vendredi 14 février 2020

On part de la séquence de la conversation téléphonique hier sur Radio "Okapi" entre le journaliste Jeef Ngoyi et Kalev Mutond, l'ancien patron de (...)
lire la suite
Le Gouvernement signe un protocolel d’accord de plus de 1 million USD avec la firme General electric
jeudi 13 février 2020

La compagnie américaine General Electric Company (G.E.) a signé hier mercredi 12 février, un protocole d'accord avec la République démocratique du (...)
lire la suite
Le Gouvernement réfléchit sur la mise à la retraite de 17.000 agents et fonctionnaires
jeudi 13 février 2020

Cette année, plus de 17. 000 agents et fonctionnaires de l'Etat de 5 ministères pilotes sont éligibles à la retraite décidée par le Gouvernement. Dans (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Pas bon la soustraction et la division.

Les 4 opérations en arithmétique ? Addition, soustraction, multiplication et division. Pas besoin de faire une plongée dans les années "école primaire" pour s'en souvenir. Même si ces opérations ne (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting