Dernière minute :

Yerodia-Gizenga : même combat
lundi 25 février 2019

Loi des séries ou simple coïncidence ? A chacun d'apprécier à l'aune de ses convictions. Toujours est-il qu'en l'espace d'une semaine, ce sont deux baobabs-le mot n'est pas galvaudé encore moins emprunté- de la scène politique congolaise qui se sont écroulés. Deux bibliothèques vivantes de l'histoire politique congolaise dans son versant nationaliste-progressiste dont les Congolais viennent d'être sevrés à jamais. Heureusement que la célèbre phrase attribuée à Amadou Hampâté Bâ selon laquelle " en Afrique, quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brûle " a pris beaucoup de rides. Yerodia Abdoulaye Ndombasi et Antoine Gizenga lèguent leurs pensées, témoignages, combats aux générations futures. N'empêche. Avec Yerodia et, puis depuis hier, Gizenga, la RDC a perdu les deux dernières figures tutélaires et emblématiques du combat pour la libération du joug néocolonial. L'un et l'autre renvoient aux luttes de la décennie 60 pour une indépendance véritable. Ce noble combat pour concrétiser l'idéal pour lequel Lumumba a payé de sa vie. Ce combat qui est, hélas, encore d'actualité. La RDC se battant toujours pour sa souveraineté et son intégrité du territoire. Comme depuis Berlin 1885, des puissances prédatrices et leurs technostructures tentaculaires s'évertuent à considérer la RDC comme un vaste comptoir dans lequel elles peuvent se servir à volonté. Et ce, avec la complicité des roitelets locaux. A rebours de la prophétie de Patrice-Emery Lumumba, l'histoire du Congo et même de l'Afrique continue, à quelques exceptions près, à s'écrire ailleurs que sur le sol africain. C'est contre cette coupe néocolonialiste dans laquelle on veut maintenir la RDC que Yerodia et Gizenga -à la suite de Lumumba, Mulele et tout récemment de Laurent-Désiré Kabila- se sont battus. Ces deux derniers Mohicans ayant rejoint leurs devanciers dans le Panthéon des immortels, la meilleure manière de leur rendre hommage consiste à perpétuer leur combat. Au fond, le nôtre. Celui de la dignité du Congo et de l'Afrique. José NAWEJ
Le pragmatisme anglo-saxon
lundi 17 février 2020

Chassé- croisé diplomatique vendredi dernier à la résidence de JKK à Gombe. Des missi dominici très anglo-saxons se sont succédés chez " Raïs ". (...)
lire la suite
Pas bon la soustraction et la division.
vendredi 14 février 2020

Les 4 opérations en arithmétique ? Addition, soustraction, multiplication et division. Pas besoin de faire une plongée dans les années "école (...)
lire la suite
Les mauvais signaux chassent les bons
jeudi 13 février 2020

Hier, la très attentiste Amérique s'est signalée par un investissement privé en présence du chef de l'Etat. Bonne nouvelle. Depuis peu, de plus en (...)
lire la suite
Enième retour sur la scène internationale
mercredi 12 février 2020

Pourquoi bouder notre plaisir quand la RDC est élue -par acclamation comme c'est quasiment la règle - à la première vice-présidence de l'Union (...)
lire la suite
La justice, rien que la justice
mardi 11 février 2020

Encore en construction, les sauts-de -mouton mènent déjà aux cours et tribunaux. Trêve de digression de métaphore. La controverse autour de (...)
lire la suite
Le pouvoir judiciaire en question
lundi 10 février 2020

Dans la haute magistrature, une page vient de se tourner. Ou d'être tournée. C'est selon. En tout cas, avec la nomination des hauts magistrats, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

L’Eglise dans le monde et le monde dans l’Eglise

Il ne croyait pas si bien chanter ce choriste chrétien qui a trouvé l'Eglise dans le monde et le monde dans l'Eglise. Cette chanson est comme remise au goût du jour avec l'actualité que charrie le (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting