CONTRAIREMENT A LA PREMIERE ANNONCE
J-P Bemba : à Bruxelles, ses partisans s’impatientent
jeudi 14 juin 2018

* Jusqu’hier dans l’après-midi, le chairman du MLC se retrouvait toujours à La Haye

Dans les quartiers de Bruxelles où vivent les partisans de Jean-Pierre Bemba, l’heure est aux préparatifs de l’accueil du chairman du Mlc. L’impatience monte. Comme saint Thomas de la sainte Bible des Chrétiens, tous veulent voir leur leader. Question de se convaincre que ce dernier est réellement libéré. Selon des sources sur place dans la capitale belge, nombreux sont des fidèles de Jean-Pierre Bemba qui espéraient le voir à Bruxelles, déjà le même mardi 12 juin, jour de l’annonce de sa mise en liberté provisoire. Hélas ! Il s’est avéré qu’après sa libération provisoire annoncée par la CPI mardi 12 juin, Jean-Pierre Bemba se retrouvait toujours à La Haye hier mercredi en début d’après-midi. Le temps d’être fixé sur sa peine dans son procès pour subornation de témoins et après son acquittement vendredi dernier dans l’affaire principale pour les crimes commis en Centrafrique entre 2002 et 2003.

Selon notre consoeur Sonia Rolley de RFI, il y a un peu d’inquiétude chez les militants du MLC. Eux qui espéraient que leur "chairman " serait dès mardi 12 juin au soir à Bruxelles. Depuis la matinée d’hier mercredi 13 juin, la source précise que plusieurs cadres courent d’administration en administration pour chercher les papiers nécessaires.
Le greffe de la CPI demandait toute une série de papiers, notamment le titre de propriété de la résidence où le principal challenger du Président Joseph Kabila à la présidentielle de 2006, doit loger en attendant d’être fixé sur sa peine relative à la subornation de témoins. Tout ce que l’on sait, est que la famille de Jean-Pierre Bemba, sa femme et ses enfants résident dans la banlieue de Bruxelles. " Ses enfants sont même Belges, ils ne peuvent pas refuser de l’accueillir ", assure un cadre non autrement cité par la même consoeur.
Par ailleurs, la source renseigne que toute une partie de la famille, notamment, celle partie de Kinshasa, l’attend de pied ferme à Bruxelles, alors que sa femme et certains de ses enfants sont encore à La Haye pour tenter de démêler la situation.
Mardi soir, Jean-Pierre Bemba a quitté le centre de détention. Il reste sous surveillance de la Cour, dans un hôtel avec ses proches. Ce, en attendant d’avoir l’accord de la Belgique ou d’un autre Etat qui devra accepter de l’accueillir.

L’ACCORD DE LA BELGIQUE TOUJOURS ATTENDU
A en croire notre source qui cite le porte-parole de la Cour à La Haye, des consultations sont en cours. Le même discours serait entendu du côté belge où l’on confirme que les consultations courent encore. Seulement voilà. La Belgique n’a toujours pas encore donné officiellement son accord pour le transfert de Jean-Pierre Bemba.
" Le greffe ne nous a même pas saisis ", propos d’une source proche du gouvernement belge, repris par RFI. Toujours selon la même source, les officiels belges interrogés semblent bien embarrassés. On parle de réunions techniques, et en même temps, de discussions de haut niveau.
Il sied de rappeler que Jean-Pierre Bemba a demandé à la Cour pénale internationale d’être remis en liberté provisoire sur le sol belge. Mais, sa requête n’est pas un acquis parce que Bruxelles peut refuser. Même si, selon le porte-parole de la Cour, les juges, dans leur décision de mardi, avaient rappelé que la Belgique avait toujours coopéré par le passé. Mais du côté du parti de Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, on ne perd pas encore espoir. Bien au contraire. A Matonge, le quartier le plus congolais de la capitale belge, on espère toujours le feu vert de la Belgique pour permettre le transfert de Jean-Pierre Bemba. Lors de son arrestation il y a 10 ans, Jean-Pierre Bemba était résident au Portugal. A Bruxelles, on afirmait qu’il n’avait pas de papiers en Belgique.
FDA

Elections : pari globalement gagné
lundi 31 décembre 2018

* En dépit des incidents constatés çà et là à travers le pays, les Congolais ont voté hier dans un climat relativement apaisé. Malgré une pluie (...)
lire la suite
L’ambassadeur Bart Ouvry a 48 heures pour quitter la RDC !
vendredi 28 décembre 2018

C’est l’escalade, entre la RDC et l’Union européenne (UE). Kinshasa,par la voix du Vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et (...)
lire la suite
Elections oui, mais dans la paix
jeudi 27 décembre 2018

« Les scrutins sont un moment important, certes, mais ils ne sauraient justifier que le sang des Congolais coule encore », fait remarquer cet (...)
lire la suite
Mgr Ambongo : Pour la RDC, "la vraie paix exige les élections le 30 décembre"
mercredi 26 décembre 2018

La messe de Noël est traditionnellement un des moments que choisit l’église catholique rd congolaise pour adresser un message fort aux Congolais et, (...)
lire la suite
CENI : Le dernier lot de bulletins à Kinshasa depuis samedi
lundi 24 décembre 2018

* Avec l’arrivée de ces imprimés, il n’y a plus d’obstacle à la tenue d’élections le 30 décembre. Plus rien ne devrait s’opposer à l’organisation des (...)
lire la suite
Lamuka ne boycottera pas le scrutin
samedi 22 décembre 2018

* Mais la plateforme qui porte la candidature de Fayulu rassure qu’elle ne permettra pas un autre ajournement après le 30 décembre. La coalition (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Un scrutin synonyme d’auto-prise en charge

Les Congolais ont bel et bien voté hier dimanche 30 décembre. La tenue du scrutin constitue en elle-même un exploit. Car, ces élections ont été entièrement financées par le Gouvernement congolais. (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting