POURSUITE DU PROCES KAMWINA NSAPU AILE KINSHASA
Les parties civiles accusent les avocats de la défense de manœuvres dilatoires
mercredi 13 juin 2018

L’audience d’hier mardi 12 juin, dans l’affaire Ministère public-présumés miliciens du mouvement terroriste Kamwina Nsapu branche Kinshasa, a commencé plusieurs heures de retard que d’ordinaire. Pour motif, l’arrivée tardive des avocats du prévenu sous examen. Pourtant, rappelle le président du Tribunal, ces derniers avaient été avertis à l’audience précédente. Consternées, les parties civiles voient dans ce comportement des manœuvres tendant à tirer inutilement les choses en longueur.

L’arrivée tardive de l’avocat conseil du prévenu Ali Mputu Kongolo , présumé initiateur du mouvement terroriste Kamwina Nsapu à Kinshasa, a complètement paralysé l’instruction d’hier à la prison militaire de Ndolo. Occasion pour les observateurs de s’interroger sur les raisons qui expliqueraient ce qu’ils qualifient de " Volte-face " de certains avocats de la défense vis-à-vis de leurs clients.
" Nous nous demandons à qui profite réellement ce comportement des avocats de la défense. Parce qu’en réalité, ce sont leurs propres clients qui croupissent dans la prison. Ils devraient en principe s’activer à aider la justice à travailler dans la célérité. Ce qui permettrait à leurs clients de connaître leur peine, et le cas échéant, de recouvrer leur liberté ", ont-ils fait remarquer.

DES AVOCATS APPELES A RESPECTER LEUR SERMENT
"Alors que nous nous préparons à atterrir en douceur, il y a malheureusement des gens qui continuent à tirer les ficelles, ne voulant pas que la vérité soit étalée au grand jour. On se rend malheureusement compte que la plupart des prévenus ont des consignes de la part de leurs conseils, comme quoi, ils doivent tout nier. J’invite ainsi les avocats au respect de leur serment", a exhorté le bâtonnier Ambroise Kamukuny.
Interrogé sur les raisons de son retard, Me Okoko Dunda affirme qu’il ne s’agit nullement d’un divorce avec leurs clients. "Ce retard est dû aux impondérables inhérents à la vie humaine. Nous en excusons sincèrement. Je tiens à préciser que nous sommes déterminés à défendre nos clients jusqu’à leur acquittement. Car, nous continuons à être convaincus qu’il s’agit des paisibles citoyens arrêtés innocemment", a-t-il indiqué.
Un autre fait marquant à l’audience d’hier a été la contradiction qui a caractérisé les prévenus quant à l’attitude à récuser le tribunal. L’approche de la phase de l’analyse des relevés d’appel met visiblement plusieurs prévenus dans l’agitation. En témoignent les propos tenus par certains d’entr’eux à l’audience du jeudi 7 juin, tendant à récuser les juges instructeurs.

DES PREVENUS REITERENT LEUR CONFIANCE AU TRIBUNAL
Prenant le contre-pied de cette démarche qu’ils qualifient de dilatoire, les prévenus devant la barre à l’audience d’hier ont réitéré leur confiance au tribunal de garnison Kinshasa Gombe. "Récuser le tribunal à ce stade de l’instruction n’est qu’une manœuvre tendant prolonger notre séjour en prison. Nous souhaitons voir l’affaire être traitée en toute célérité afin de connaitre notre peine", a déclaré le prévenu Reagan Lugeni.
Malgré ce remue-ménage qui a caractérisé le début de l’instruction d’hier, le tribunal a toutefois réussi à démarrer avec l’instruction du prévenu Ali Mputu Kongolo. Il est considéré par l’organe de la loi comme le "tout-puissant" féticheur du mouvement insurrectionnel Kamwina Nsapu à Kinshasa. C’est lui, explique l’OMP, qui aurait scarifié les adeptes afin de les immuniser contre les coups de balle lors des attaques.
Tout en rejetant tous les faits à sa charge, Mputu Kongolo Ali a sollicité du tribunal la comparution du nommé Mukenge Pépé. Il s’agit de celui qui l’aurait logé durant son séjour à Kinshasa. En réaction à cette requête, la partie civile RDC dit ne pas voir l’incidence de la comparution de ce renseignant à ce stade de l’instruction. Un point de vue que n’a pas partagé l’organe poursuivant.
Pour le lieutenant-colonel Alpha Limbaya, il est de bon droit que le tribunal accède à la demande du prévenu. Il précise que les enquêtes sur le degré d’implication du nommé Mukenge Pépé dans les attaques qui ont endeuillé Kinshasa en 2017serait déjà en cours au niveau de la Police.
" Après avoir entendu les déclarations de certains prévenus devant la barre, je commence à être convaincu que Mukenge Pépé serait effectivement un membre de ce mouvement terroriste. C’est ainsi que nous jugeons opportune sa comparution ", a déclaré le lieutenant-colonel Alpha Limbaya. Décidant en dernier ressort, le tribunal a promis de faire comparaître ledit renseignant à l’audience du jeudi 14 juin.
Orly-Darel NGIAMBUKULU

Malgré quelques problèmes logistiques, les Congolais ont voté
lundi 31 décembre 2018

Hier dimanche 30 décembre, les Congolais – exceptés ceux de Beni, Butembo, au Nord Kivu et de Yumbi (Maï-Ndombe) étaient allés aux urnes pour choisir (...)
lire la suite
Victime des tripatouillages aux législatives, Emery Okundji appelle ses électeurs au calme
lundi 31 décembre 2018

Le Rassemblement Kasa-Vubu, dirigé par Joseph Olenghankoy, crie au scandale à l’issue des scrutins d’hier dimanche 30 décembre.Selon des sources, ce (...)
lire la suite
Pour Néhémie Mwilanya, Joseph Kabila a sauvé la démocratie
lundi 31 décembre 2018

Peu avant les élections d’hier 30 décembre, Néhémie Mwilanya Wilondja a donné une interview dans laquelle il dégage les "ressorts" de la démarche de (...)
lire la suite
Joseph Kabila rassure une après élection apaisée
lundi 31 décembre 2018

Il reste serein malgré des tensions qui présagent un climat malsain après le vote d’hier dimanche 30 décembre. Au cours d’une interview donnée aux (...)
lire la suite
Joseph Kabila : « Il s’agit pour nous d’un effort visant à soustraire notre pays des ingérences étrangères »
lundi 31 décembre 2018

Dans un discours lu à la Radiotélévision nationale, RTNC, le Président Joseph Kabila a présenté ses vœux 2019 à la nation. Exceptionnellement, le Raïs (...)
lire la suite
Elections : CAFCO a déployé 300 médiatrices électorales sur terrain
lundi 31 décembre 2018

Le Cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO) a déployé pour les élections qui se sont tenues hier 30 décembre, 300 médiatrices (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting