La Syrie, après l’Irak et la Libye ?
vendredi 13 avril 2018

L’utilisation présumée d’armes chimiques par Damas contre les populations civiles pourrait servir de prétexte aux Occidentaux, sous le leadership des Etats-Unis, pour frapper la Syrie. Crime de lèse-souveraineté et véritable casus belli aux yeux de la Russie, présente sur le terrain syrien.
Alors, autant le souligner tout de go. Comme Saddam Hussein voici plus de dix ans, Bachar Al Assad a tout d’un coupable idéal. Comme l’ancien maître de Bagdad, le Raïs syrien est présenté comme un "massacreur de son propre peuple".
Un refrain mille fois répété pour légitimer l’invasion, puis l’élimination de Saddam Hussein et de tous ses semblables. Afin que nul ne trouve à redire sur l’irréversible sort du Président irakien de l’époque, un argument massue avait été brandi au Conseil de sécurité devant le monde entier : les armes de destruction massive. Des mois plus tard, la planète Terre s’apercevra que ces fameuses ADM n’existaient que dans l’imagination de ceux qui voulaient faire main basse sur le pétrole irakien.
Voilà que mutatis mutandis, le Pouvoir syrien est déjà presque condamné -avant d’avoir été entendu- d’avoir recouru aux armes chimiques le week-end dernier. Crime contre l’humanité qui va valoir des frappes à Bachar Al Assad. Fort du précédent irakien, qu’est-ce qui prouve que cette fois-ci, la Syrie "mériterait" d’être bombardée ?
Au plus fort des "printemps arabes", la Libye a été défigurée et son "Guide" liquidé au motif imparable -pas toujours prouvé- qu’il massacrait son peuple ou… s’apprêtait à le faire. La suite, c’est-à-dire l’après-bombardement massif, est connue. Comme l’Irak, la Libye n’a plus d’Etat que de nom. A la place, les milices tribales ou confessionnelles dictent leur loi.
Pis, Al Qaeda et le sinistre "Etat islamique" ainsi que leurs succédanés font florès. Au grand dam, mieux au grand désastre des Irakiens et des Libyens. Mais pas seulement.
Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la Syrie post-intervention ne devrait pas échapper à cette loi d’airain. José NAWEJ

Le lointain exemple coréen …
mercredi 19 septembre 2018

Autant nous abriter tout de go derrière ce vieux proverbe : "Comparaison n’est pas raison ". Certaines similitudes peuvent, cependant, donner (...)
lire la suite
La pilule CPI
mardi 18 septembre 2018

Le verdict de la CPI est enfin tombé hier lundi 17 septembre. Ce que tout le monde attendait pour être définitivement fixé sur le sort de Jean-Pierre (...)
lire la suite
Bruxelles contre Kinshasa
lundi 17 septembre 2018

Dès le seuil de l’indépendance, les relations entre la Belgique et le Congo évoluent sous la forme d’un feuilleton que l’on peut intituler à juste (...)
lire la suite
Surenchère d’avant négociations ?
vendredi 14 septembre 2018

On peut lire autant de fois que l’on veut la déclaration de six majors de l’Opposition, on aboutira à une seule conclusion. Les signataires de « (...)
lire la suite
Eternel questionnement
jeudi 13 septembre 2018

Il n’y a pas mieux que le secteur minier pour illustrer le paradoxe zaïro-congolais. Un pays immensément riche avec des populations terriblement (...)
lire la suite
"Négociationnite", "transitionnite"
mercredi 12 septembre 2018

Pas la peine de chercher dans le dictionnaire. Même pas dans la toute dernière version. "Négociationnite" comme "transitionnite" n’existent guère. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Un parfum de pré-campagne

Il flotte comme un vent de pré-campagne électorale sur Kinshasa. Le week-end dernier, directement ou via des proches, nombre de prétendants au fauteuil présidentiel en mode " mettre ses troupes en (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting