DEDOUBLEMENT UDPS, MSR, UNAFEC, UNADEF, ARC…
Bientôt, le verdict du ministère de l’Intérieur
mardi 20 mars 2018

* Sur base de cette délibération, la CENI recevra dès ce 27 mars, les candidatures des partis politiques retenus.

Laquelle des deux UDPS, déposera sur la table de Corneille Nangaa, la liste de ses candidats aux prochains scrutins ? Entre l’UNADEF/MP et l’UNADEF/Opposition, lequel des deux partis politiques sera autorisé à fonctionner officiellement en RD Congo ? Trêve de supputations ! La même problématique concerne également l’UNAFEC, le MSR et l’ARC, comptés parmi les partis politiques dédoublés. A quelques jours du dépôt des candidatures ce 23 mars, conformément aux prévisions de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le ministère de l’Intérieur et sécurité s’est attelé sur cette question.

A en croire le vice-ministre de l’Intérieur et Sécurité qui a eu des séances de travail marathons sur cette question sensible, le problème de dédoublement des partis politiques en RD Congo est désormais résolu. Par ailleurs, ledit ministère promet de publier dans les jours qui viennent, les conclusions de sa délibération. Il n’est donc plus que question d’heures, s’il faut se fier aux propos de Basile Olongo, adjoint d’Henri Mova Sakany.
"La liste des partis politiques autorisés à fonctionner en RD Congo sera transmise à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dans les heures qui viennent. Nous avons eu une longue séance de travail. Il nous fallait, au ministère de l’Intérieur et sécurité nationale, avoir une attention particulière en ce qui concerne la décrispation politique et plus précisément sur la question de dédoublement des partis politiques et c’est ce que nous avons fait ", déclare le vice-ministre de l’intérieur et Sécurité, cité hier par la radio privée Top Congo Fm.
" Nous ne pouvons pas laisser à la Centrale électorale cette charge de trouver des solutions notamment à la problématique des partis dédoublés. La Ceni n’a pas cette compétence de décider sur un quelconque parti ", renchérit Basile Olongo. Et de préciser que " sur ces listes, seront prises en compte les conclusions du Conseil national de suivi de l’Accord politique global et inclusif (CNSA), en rapport avec ses consultations auprès des partis dédoublés. Et c’est même pour cette raison que nous avons mis du temps. Question d’harmoniser avec les réalités administratives de notre ministère ".

UNE HYPOTHEQUE DEFINITIVEMENT LEVEE ?
Une chose est de créer un parti politique et de l’enregistrer au Ministère de l’Intérieur et sécurité. Une autre, et la plus importante, est de se mettre en règle avec la législation d’application au pays. Il semble que tout le problème se situe là. Sans l’avoir dit en des termes clairs, Basile Olongo reconnait néanmoins qu’il existe des formations politiques non en règle avec les lois en la matière. Fort de ce constat, un bref sursis est accordé à aux formations politiques concernées, sous peine de subir la rigueur de la loi. Pourvu que les chefs des partis concernés l’entendent de cette oreille !
Néanmoins, sans pour autant anticiper les conclusions très attendues dans les heures qui viennent, du travail du ministère de l’Intérieur et sécurité, la tension semble monter au niveau des bases respectives des partis concernés (pour ceux qui ont une assise sociologique réelle à Kinshasa). Autant dire que si cette hypothèque de dédoublement des partis politiques n’est pas définitivement levée, les risques d’une nouvelle impasse ne sont pas totalement à écarter. Ce qui impacterait très négativement sur l’échéancier de la Centrale électorale, rendu public depuis le 5 novembre dernier. On espère qu’on n’en arrivera pas là. Plus d’un observateur pense aussi que les chefs de différents partis politiques dédoublés ont été associés aux séances de travail organisées au niveau du ministère de l’Intérieur et Sécurité en vue d’une sortie concertée de la crise.
Au-delà du formalisme, l’harmonisation des listes des partis politiques constitue une étape importante du processus électoral en cours en RD Congo. Du moins, cela permettra à la CENI, d’avoir une idée claire, non seulement du volume du travail qui l’attend en terme de conception de bulletin de vote, mais aussi, des estimations quant au nombre de candidatures potentielles. Laurel KANKOLE

L’ANC pour la tenue d’élections conformes au protocole de la SADC
mercredi 19 septembre 2018

* Katumbi, Muzito ... invitent le parti cher à Cyril Ramaphosa à poursuivre son rôle dans la recherche de la paix et de la stabilité en RD Congo. (...)
lire la suite
*Il en est de même pour Me Aimé Kilolo et Jean-Jacques Mangenda Kabongo.
mardi 18 septembre 2018

Plus de peur que de mal pour le leader du Mouvement de libération du Congo. Jean-Pierre Bemba ne va plus rentrer en prison. Il aura seulement à (...)
lire la suite
Le cas Bemba empoisonne les relations RDC-CPI
lundi 17 septembre 2018

* Dans une mise au point samedi, Kinshasa fait savoir que sur base de plusieurs indices concordants en sa possession, certains gouvernements (...)
lire la suite
Parlement : le dernier acte
vendredi 14 septembre 2018

* Les élections se profilant à l’horizon, la session qui s’ouvre ce samedi 15 septembre, sera tout, sauf normale Après près de deux mois de (...)
lire la suite
Muzito, Fatshi, Bemba, Kamerhe, Katumbi …d’accord
jeudi 13 septembre 2018

* Cependant, ces leaders de l’Opposition exigent du Gouvernement et de la Ceni, neuf préalables à la tenue d’élections dont la mise en oeuvre des (...)
lire la suite
RDC : Bruxelles de nouveau à la manœuvre !
mercredi 12 septembre 2018

*Hier à Luanda, le ministre belge des Affaires étrangères et son homologue angolais ont réitéré l’importance d’un processus électoral inclusif en RD (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Le lointain exemple coréen …

Autant nous abriter tout de go derrière ce vieux proverbe : "Comparaison n’est pas raison ". Certaines similitudes peuvent, cependant, donner matière à inspiration. Depuis hier, les leaders de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting