POUR RENFORCER L’ADMINISTRATION DES PREUVES
Les parties au procès Kamwina Nsapu exigent les relevés téléphoniques des prévenus
mercredi 14 février 2018

Au cours de l’audience d’hier mardi 13 février, l’Officier du ministère public est revenu sur sa revendication de la fois passée, en demandant au Tribunal militaire de garnison Kinshasa/Gombe de faire une réquisition auprès des entreprises de téléphonie mobile oeuvrant en RDC, afin d’accéder aux relevés téléphoniques de tous les prévenus. Une sollicitation qui a rencontré l’assentiment de toutes les parties au procès.

Le magistrat colonel Alpha Limbaya a demandé ainsi au Tribunal de mettre à la disposition de toutes les parties au procès les informations relatives aux communications téléphoniques des prévenus enregistrées entre les mois de mai et juillet 2017. Il a, dans cette même optique, remis à la composition une pièce reprenant toutes les coordonnées téléphoniques des prévenus.
"Ces relevés d’appels téléphoniques permettront de démontrer que tel prévenu était à tel endroit en telle date. On verra à ce moment-là que, contrairement à ce qui se raconte pendant les audiences, ces prévenus étaient bel et bien à la prison de Makala la nuit du 16 au 17 mai 2017 et se sont communiqués pour prendre part aux réunions préparatoires de ces différentes attaques qui ont endeuillé la ville de Kinshasa l’année passée", a recommandé maître Tshitembo Clément, avocat de la partie civile.

METTRE FIN À LA STRATÉGIE DE NÉGATION
Afin de mettre fin à la stratégie des prévenus consistant à nier en bloc les faits à leur charge, l’organe de la loi a promis de produire des séquences vidéos, des auditions sur PV au niveau de l’OPJ de la PNC et des auditeurs du ministère public. Une initiative tendant à démontrer à la face du monde que les prévenus sont volontairement passés aux aveux et qu’ils n’ont nullement fait l’objet de tortures lors de la phase prejuridictionnelle du procès.
Deux prévenus ont été entendus au cours de l’audience d’hier à la prison militaire de Ndolo. Kabasele Kaluila dont la comparution avait déjà démarré à l’audience de jeudi 8 février, a, dès l’entrée en la matière, rejeté les huit préventions portées à sa charge. Il affirme avoir été arrêté innocemment le 17 mai dans les environs de la prison de Makala alors qu’il revenait d’une nuit de prière sur la montagne derrière les auditoires de l’Institut supérieur des techniques médicales (ISTM).
Pour sa defense, les PV, sur base desquels leur client comparaît ont été dressés en violation de la loi. Aussi, a-t-elle invité le Ministère public à produire d’autres preuves matérielles au-delà de ces documents. Une objection que balaye d’un revers de la main l’Officier du ministère public, avant de rappeler qu’au cours de l’audience passée, le prévenu Kabasele a avoué avoir été assisté par un avocat lors des ses auditions prejuridictionnelles.
"Kabasele Kaluila n’a jamais été au lieu de la prière lors de l’attaque de la prison de Makala. Il a pris une part active à cette attaque. Il a lui même avoué qu’il a été assisté par son avocat lors des auditions sur PV. Je suis curieux de constater que son avocat le contredise en niant qu’il a été assisté à ce stade de l’instruction. C’est la preuve que tout est fait pour flouer le tribunal en niant en vain les faits reprochés au prévenu", a indiqué l’organe de la loi.

UN RENSEIGNANT ÉCLAIRE LA RELIGION DU TRIBUNAL
Le moment tant attendu de cette audience a été celle de la comparution du prévenu Mpoy Mukendi Placide, confronté au commissaire principal Michel Ambonzo, dont il a cité le nom lors de l’audience du 6 février. Ce dernier a été cité comme celui auprès de qui Mpoy Mukendi aurait obtenu autorisation de quitter le lieu du travail pour une veillée de prière. Ce, au moment où tous les policiers de son unité étaient consignés.
Michel Ambonzo a été sans équivoque dans son intervention. Il a, avant tout, précisé à l’intention de la composition que la décision d’autorisation de déplacement des éléments de son unité ne revient pas à lui. Il a, registre de présences et une copie d’autorisation de déplacement à l’appui, démontré que le prévenu Mpoy a été absent au travail à partir du 8 mai 2016. "Dire devant le tribunal qu’il m’a demandé l’autorisation de se déplacer le 16 mai 2016, C’est mentir à la justice congolaise", a-t-il martelé.
Réagissant aux propos du renseignant, Mpoy Mukendi a nié avoir déclaré à l’audience du 8 février qu’il avait été autorisé de quitter le lieu de service par le Commissaire principal Michel. Il affirme l’avoir simplement informé. Des propos qui ont donné de la matière à l’Officier du ministère public. " Nous remarquons que le prévenu ne nie pas seulement ses déclarations contenues dans les PV. Il nie même ses propos tenus devant le tribunal lors de l’audience passée", a-t-il fait remarqué.
Pour ce qui les concerne, les conseils du prévenu n’ont pas caché leur inquiétude à constater que le renseignant a été informé au préalable de l’objet de sa convocation. En témoigne, expliquent-ils, le fait qu’il ait pris soin d’amener par devant le tribunal les listes de présences et bien d’autres pièces. Suspendant l’audience faute de temps, le tribunal militaire de garnison Kinshasa Gombe a renvoyé la cause à ce jeudi 15 février.
Orly-Darel NGIAMBUKULU

Bruno Tshibala promet des révélations
vendredi 25 mai 2018

Le Premier ministre, Bruno Tshibala, préside un meeting ce samedi 26 mai à la Foire internationale de Kinshasa, FIKIN où, affirment des sources, le (...)
lire la suite
Henri Mova invite les différentes formations à se conformer aux critères d’éligibilité
vendredi 25 mai 2018

La loi n°08/005 du 10 juin 2008 portant financement public des partis politiques a été hier jeudi 24 mai à l’Assemblée nationale, au cœur d’une (...)
lire la suite
PPRD : E. Shadary met le cap sur le grand Katanga
vendredi 25 mai 2018

* Ce vendredi, le SP va installer de nouveaux animateurs des structures du parti dans le Haut-Katanga Le Secrétaire permanent du Parti du (...)
lire la suite
Présidentielle : qui de Katumbi ou de Tshisekedi sera candidat ?
vendredi 25 mai 2018

Le président de Ensemble pour le Changement Moïse Katumbi et celui de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social "UDPS" Félix Tshisekedi, ont (...)
lire la suite
Atundu rassure : "Le président Kabila respectera toutes les dispositions de la Constitution"
vendredi 25 mai 2018

A Kinshasa et dans certaines grandes villes du pays, le débat sur l’éventualité d’un troisième mandat du président de la République, Joseph Kabila, a (...)
lire la suite
Oui affirme le MIR Mbayo ; pas du tout répond l’UNC Mayo
vendredi 25 mai 2018

Stanislas Mbayo, Président national du parti politique MIR, sociétaire de la MP de Joseph Kabila, est revenu à la charge hier en remontant sur ses (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting