Un vent de théologie de la libération ?
mardi 13 février 2018

Il est, à l’évidence, prématuré d’assimiler l’activisme ambiant du clergé kinois à la théologie de la libération qui avait fait florès en Amérique latine. A ce stade, ce serait même se payer des mots que de comparer les manifs conduites par le désormais célèbre Comité Laïc de Coordination (CLC) sous la férule de l’Archevêque de Kinshasa et les contestations des prêtres latino-américains des années 70 et 80.
Ce, au nom précisément de la théologie de la libération. Ce courant de pensée théologique doublé d’un mouvement socio-politique dont le but était de rendre leur dignité au "petit peuple", aux parias, aux laissés-pour-compte, bref aux pauvres.
Il n’en demeure pas moins qu’ici aussi les prélats prennent la tête de la fronde en brandissant notamment la misère du plus grand nombre. Ce n’est pas tout. Le clergé appuie le CLC dans une démarche dont la finalité est le changement politique.
Au demeurant, l’Archevêque de la capitale et son successeur virtuel justifient leur implication dans les actions des Laïcs par la dimension sociale et économique de l’évangélisation. Laquelle doit concerner l’homme dans toutes ses dimensions. L’Eglise ne pouvant ni se taire face aux inégalités et autres injustices, ni fermer les yeux sur la dégradation continue des conditions de vie des populations.
Reste qu’en s’affichant un peu plus avec des forces politiques dont la vocation et donc les motivations ne sont pas toujours désintéressées, le clergé court le risque de faire le lit d’un groupe politique. Ce qui ferait mauvais genre. En tout cas, ça sonnerait mal.
Au seuil de son Pontificat, lors de sa première visite au Mexique, le Pape Jean-Paul II mettait déjà en garde contre les dérives possibles de la théologie de la libération. Tout en soutenant la démarche visant à lutter contre la pauvreté et l’exploitation, le Saint-Père y était allé de son bémol : "Vous êtes des guides spirituels, pas des dirigeants sociaux ni des cadres politiques ou des fonctionnaires d’un ordre séculier". Façon pour le Souverain pontife d’alors de rappeler le rôle spirituel et non politique des membres du clergé. José NAWEJ

Préserver les universités de querelles politiciennes
vendredi 16 février 2018

Les diplômes d’universités sont aujourd’hui convoités. Pas seulement par des étudiants lambda, mais aussi par nombre d’acteurs politiques en quête de (...)
lire la suite
Attend contribution désespérément
mercredi 14 février 2018

Combien dans l’escarcelle de la CENI provenant des partenaires extérieurs ? Pas grand-chose. Un doux euphémisme. Pourtant, les plénipotentiaires des (...)
lire la suite
Un vent de théologie de la libération ?
mardi 13 février 2018

Il est, à l’évidence, prématuré d’assimiler l’activisme ambiant du clergé kinois à la théologie de la libération qui avait fait florès en Amérique latine. (...)
lire la suite
Un drôle d’avis de recherche
vendredi 9 février 2018

Pas besoin d’exégèse pour comprendre que le "héros" du 16 janvier 2018 n’était en danger. Pas non plus besoin d’être docte pour subodorer que les (...)
lire la suite
Les signaux du CNSA
mardi 6 février 2018

Ca bouge de plus en plus au Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA). Dans le bon sens. Et donc forcément dans la bonne direction. Du moins, si (...)
lire la suite
La prière comme antidote à la logique du chaos
lundi 5 février 2018

Jamais un sans deux. Le Pape a appelé une nouvelle fois à une journée de prière pour la RDC. Le Saint-Père a aussi pensé au Soudan du sud. Le Souverain (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting