EN DEPIT DU CONTENTIEUX AVEC LE CLERGE KINOIS
Pouvoir–Eglise : le pont n’est pas coupé
jeudi 8 février 2018

* Sur instruction du Chef de l’Etat, le Gouvernement a pris en charge les obsèques d’un évêque de Lisala décédé à Kinshasa. Quatre jours plus tôt, une importante délégation gouvernementale a assisté au jubilé d’argent de l’archevêque de Lubumbashi.

L’Eglise catholique en RD Congo serait-elle entrée en guerre ouverte contre le Pouvoir ? Quel est l’état actuel des relations entre l’Eglise locale et les autorités du pays ? Existe-t-il de vrais problèmes insolubles entre ces deux pouvoirs,l’un temporel et l’autre intemporel ? On pourrait s’interroger à l‘infini. A priori, nombreux sont des Congolais qui, à bras raccourci, pourraient tirer des conclusions hâtives. Sans doute sur base du très récent bras de fer entre les dirigeants du pays et le clergé Kinois, engagé après les manifestations du 31 décembre 2017 et du 21 janvier dernier. A cela s’ajoutent des joutes oratoires entendues dans les deux camps.

Au fil du temps, il s’avère cependant, que la crise entre l’Eglise catholique en RD Congo et le Pouvoir ne concernerait que le clergé kinois. Plusieurs hauts faits prouvent à suffisance le contraire. Le plus récent est l’instruction du Président de la République au Gouvernement, de prendre en charge les funérailles de feu Mgr Jérôme Makila Makili, décédé à la clinique Bondeko de Kinshasa. Joseph Kabila s’en tenant aux obsèques dignes de ce prince de l’Eglise dans sa circonscription ecclésiastique, a explicitement demandé au Premier ministre de prendre des dispositions nécessaires quant à ce.
C’est donc dans ce cadre qu’une délégation de prêtres, conduite par l’abbé Georges Ndumba, président du comité d’organisation des obsèques du prince de l’Eglise décédé, a rencontré hier mercredi, le Premier ministre, Bruno Tshibala. Des sources qualifiées, nous apprenions que le Gouvernement a pris en charge les obsèques de feu Mgr Jérôme Makila Makili, avec une bagatelle somme de cinquante-huit mille six cents dollars Us (58.600USD). De quoi pleurer et inhumer le défunt dans des conditions dignes de son rang et son statut social. Ce n’est pas tout.
Etant donné que le défunt doit être enterré dans sa circonscription ecclésiastique, comme l’exigent les us et coutumes de l’Eglise catholique, le Chef de l’Etat, a encore demandé au Gouvernement d’assister le comité d’organisation des funérailles dans le rapatriement de la dépouille mortelle à Lisala. L’enterrement aura lieu au cimetière de sacerdotal de Bolongo. Si le cœur se réjouit de ce qu’il donne et l’esprit, de ce qu’il reçoit, l’abbé Georges Ndumba n’a pas été avare de congratulations au Chef de l’Etat, via le Premier ministre Bruno Tshibala Nzenzhe. Car, l’acte de charité de l’Exécutif national leur aura ainsi facilité l’organisation des funérailles, considérée dès le départ comme un véritable casse-tête chinois. « Nous nous félicitons de la magnanimité du Président de la République qui a rendu possible les funérailles de Mgr Jérôme Makila. Il n’existe donc pas de conflit entre l’Etat et l’Eglise catholique », a martelé souriant, l’abbé Georges, au sortir de leur rencontre avec le Chef de l’Exécutif national.

UNE FORTE DELEGATION GOUVERNEMENTALE A LUBUMBASHI

Quatre jours plus tôt, une importante délégation gouvernementale dont deux vice-Premiers ministres, a assisté au jubilé d’argent de l’archevêque de Lubumbashi. Emmanuel Ramazany Shadary de l’Intérieur et Sécurité ainsi que son collègue Léonard She Okitundu des Affaires étrangères, ont été parmi les témoins privilégiés de la commémoration des 25 ans de sacerdotale de l’Evêque du chef-lieu de la province du Haut-Katanga. La délégation partie de Kinshasa comptait également Me Néhémie Mwilanya, Directeur de cabinet du Raïs. Comme qui dirait, l’œil et l’oreille du Chef de l’Etat.
A la lumière de ces hauts faits, l’inférence est désormais facile. Que donc conclure des relations entre l’Etat congolais et l’Eglise catholique romaine ? Une chose. C’est qu’en dépit du contentieux avec le clergé de Kinshasa, la passerelle jetée entre le Pouvoir et l’Eglise n’est pas coupée. Bien au contraire. Le pont continue à exister. Les deux parties veillent à son entretien. Moralité, ceux des acteurs politiques malintentionnés qui veulent se servir de l’Eglise pour conquérir le pouvoir par des moyens non démocratiques, ne devraient donc plus réduire l’Eglise catholique à l’Archidiocèse de Kinshasa. La capitale n’étant pas tout le pays. Grevisse KABREL

La CENCO satisfaite du respect des grandes étapes du calendrier
vendredi 25 mai 2018

* Au cours d’une conférence de presse hier, l’Episcopat congolais appelle cependant, les différentes parties prenantes au sens élevé de (...)
lire la suite
Le MLC en désaccord avec le duo Félix Tshisekedi-Moïse Katumbi
jeudi 24 mai 2018

* Selon Eve Bazaïba, son parti reste attaché à la Constitution qui prévoit les mécanismes démocratiques d’accession au pouvoir. La conférence de (...)
lire la suite
Le tandem Fatshi -Katumbi opposé à un nouveau dialogue
mercredi 23 mai 2018

* « Si J. Kabila n’applique pas l’Accord de la Saint-Sylvestre, il y aura une transition sans lui », entonnent en choeur, le leader de l’UDPS et le (...)
lire la suite
Gare au risque d’embrasement !
mardi 22 mai 2018

* Pour prévenir tout débordement ou toute récupération malveillante en cette période si politiquement sensible, le Gouvernement invité à vite trouver (...)
lire la suite
Le Premier ministre Bruno Tshibala est formel : "Pas d’énergie, pas de développement"
mardi 22 mai 2018

"Le développement économique et social d’un pays est inconcevable sans l’énergie, en d’autres termes pas d’énergie, pas de développement ", a déclaré le (...)
lire la suite
Nangaa rassure, Fatshi alerte
lundi 21 mai 2018

* Que cacherait ce pessimisme du leader de l’Udps, exprimé depuis l’Europe ? A un peu plus de sept mois de la tenue des élections en RD Congo, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting