Et si les Kinois décrétaient la mort de la "Ville morte " ?
vendredi 17 novembre 2017

Bye bye " ville morte " et bienvenue à l’évaluation. Un exercice vieux de plus d’un quart de siècle. Succès, échec. Mot d’ordre suivi massivement, appel ignoré ou rejeté. A chaque chapelle son verdict. Normal dans ce pays où chacun voit midi à sa porte.
Souvent, la vérité est entre les deux. Encore que … Si le mode d’emploi est demeuré le même, la ville en l’occurrence Kinshasa ne meurt plus comme dans les années 90. A peine feint-elle de mourir qu’elle rouvre les yeux.
Un pied de nez à ceux qui lui administrent l’anesthésie totale ? Est-ce le principe actif du produit anesthésiant n’est plus ce qu’il fut ? Ou serait-ce Kinshasa qui résisterait à ce produit ? Des questions qui pourraient en appeler d’autres.
N’importe comment, le produit paralysant du toubib ès " ville morte " s’avère de moins en moins efficace. Tel est le constat que la énième opération " ville morte " d’hier a confirmé. Cette métaphore médicale pour au moins exprimer ce qu’est devenue l’opération " ville morte ".
Une forme de contestation qui, à l’évidence, n’a plus la cote auprès des Kinois. Témoins privilégiés du cirque politicien depuis 1990, les habitants de la capitale savent que très souvent derrière des mots d’ordre généreux et sympathiques se cachent des stratégies politiciennes de conservation ou de conquête du pouvoir.
Pire, la " ville morte " est devenue une opération marchande permettant aux protagonistes de tirer leurs marrons du feu. Au finish, le peuple resté stoïquement à la maison perd sur toute la ligne. Proverbialement désargenté, le Kinois se voit privé de sa battue quotidienne. Il le paie cash dans la casserole. Et donc sur les joues des enfants sur lesquelles ruissellent des larmes. Une peine à très large spectre. Surtout, sans retour sur investissement.
Pour finir, retour à la question -suggestive ?- de réponse : Et si les Kinois décidaient de la mort de la " ville morte " ? José NAWEJ

Un faux vrai problème…
jeudi 14 décembre 2017

Le juriste Bruno Tshibala est à la barre. Non pour plaider une cause. Mais pour être entendu sur sa désormais double casquette de ¨Premier ministre (...)
lire la suite
Derrière des discours, la survie
mercredi 13 décembre 2017

Comme toujours ou presque, les termes du débat politique en RDC sont rarement ceux que l’on brandit. Dans la plupart des cas, la discussion est (...)
lire la suite
Comme un avant - goût d’une union sacrée
mardi 12 décembre 2017

Cela n’a échappé à personne. L’appel à une conférence internationale des donateurs pour le Kasaï a été co-signé par le Cardinal Monsengwo et le Révérend (...)
lire la suite
Et nos Johnny à nous ?
jeudi 7 décembre 2017

C’est peu de dire que l’hommage national pour Johnny Halliday a commencé dès l’annonce de sa mort. Du Président de la République au dernier des (...)
lire la suite
Requiem pour des centaines de partis ?
vendredi 1er décembre 2017

Inutile de nous cacher derrière nos petits doigts. Le taux de 3% à l’échelle nationale comme seuil de représentativité pose problème. Mieux, il fait (...)
lire la suite
Vivement un hommage national pour Mazembe
lundi 27 novembre 2017

Un autre titre continental pour le TP Mazembe. Un de plus. Deux trophées d’affilée en Coupe africaine de la Confédération. Un exploit dans l’exploit. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting