BRUITS SUR LE REFERENDUM CONSTITUTIONNEL
Vital Kamerhe parle d’une vaste distraction
mardi 12 septembre 2017

Depuis la semaine dernière, on peut apercevoir à travers les rues grouillantes de la ville des calicots favorables au changement par référendum de la Constitution du 18 février 2006. Elle est l’œuvre d’un mouvement des jeunes qui se disent membres de la MP. Ceux-ci militent pour la tenue d’une consultation référendaire afin que le peuple, souverain primaire, se prononce sur l’actuelle Constitution.

Ces jeunes, ils persistent et signent, que la Constitution du 18 février est à la base de la crise aiguë qui mine la RDC. Depuis sa mise en vigueur, elle n’a, selon eux, apporté que problèmes sur problèmes. D’où, faut-il la changer par voie référendaire.
Alerté, l’UNC Vital Kamerhe s "inscrit en faux contre cette démarche. Kamerhe parle plutôt d’une vaste distraction et pense, lui, qu’on doit plutôt se concentrer sur la tenue des élections générales et non un quelconque référendum de la Constitution. A celle-ci, on ne doit enlever aucune virgule.
D’où, cette interrogation qui vaut son pesant d’or : « Est-il vraiment nécessaire de procéder à un changement de Constitution par voie référendaire en ce moment ? » « On peut répondre par la négative. D’autant que l’Accord de la Saint-Sylvestre, qui est la base politique de la Transition actuelle en RDC interdit, noir sur blanc, tout referendum qui conduirait à la modification ou au changement de la Constitution du 18 Février 2006 », tranche un analyste jusqu’auboutiste.
La loi des lois prohibe aussi toute possibilité au Président Joseph Kabila de se représenter. On peut douter que les jeunes initiateurs de cette campagne sur la tenue du référendum constitutionnel ont attentivement lu cette Constitution qui date seulement de 11 ans. S’ils le font, ils se rendront compte que cette Constitution était pensée au Dialogue intercongolais de Sun City en Afrique du Sud.
Son but principal était d’abord de mettre un terme à la crise de légitimité qui a miné la RDC depuis la nouvelle guerre de 1998, imposée par le Rwanda et l’Ouganda à la RDC. Le pays a connu trois ordres institutionnels organisés en Etat. Celui de Jean-Pierre Bemba Gombo où il régnait en maître absolu, allant de son Equateur natal, en passant par Isiro-Bunia et Beni-Butembo avec le MLC. Puis le RCD d’Azarias Ruberwa qui, grâce à l’appui opérationnel massif en troupes et en armes de l’armée rwandaise a un moment occupé une bonne partie de la RDC. Enfin, l’Etat congolais avec M’Zee Laurent-Désiré Kabila à qui succédera le fils en 2001.
« Par rapport à cette crise de légitimité, la Constitution du 18 février a su jouer son rôle de ciment de la nation et continue à le faire. Tous les segments de la population, même ceux qui ont voté non soutiennent des deux mains en ne veulent rien entendre en termes d’une quelconque modification ou un changement. KANDOLO M.

Henri Yav installe un comité consultatif
vendredi 17 novembre 2017

*La mise en place de ce comité constitue un signal fort envoyé en direction des investisseurs et des Partenaires internationaux sur la (...)
lire la suite
La Société civile pour le renforcement du contrôle budgétaire
vendredi 17 novembre 2017

Des organisations de la société civile viennent de rendre public le rapport de contrôle citoyen sur l’analyse de l’exécution de la loi des finances (...)
lire la suite
Le geste de Serge Mayamba salué
vendredi 17 novembre 2017

Le député national Serge Mayamba Massaka est un élu responsable. Républicain même. Le fait est rare pour être souligné. Selon des sources à l’Assemblée (...)
lire la suite
Sénat : Martin Kabwelulu en difficulté
vendredi 17 novembre 2017

Il a arpenté hier les couloirs de la salle ces Conférences internationales, où se tiennent les plénières du Sénat. Lui, c’est Martin Kabwelulu, (...)
lire la suite
Le processus électoral au centre des discussions entre Aubin Minaku et des diplomates occidentaux
vendredi 17 novembre 2017

Les élections en RDC avec les différentes étapes contenues dans le calendrier électoral publié par la CENI ont été hier au cœur des échanges entre le (...)
lire la suite
L’UE préoccupée par les déclarations de certains responsables militaires et civils
vendredi 17 novembre 2017

* Les 27 exhortent, par ailleurs, les organisateurs des manifestations à adopter une attitude non-violente La Délégation de l’Union européenneà (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Et si les Kinois décrétaient la mort de la "Ville morte " ?

Bye bye " ville morte " et bienvenue à l’évaluation. Un exercice vieux de plus d’un quart de siècle. Succès, échec. Mot d’ordre suivi massivement, appel ignoré ou rejeté. A chaque chapelle son verdict. (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting