Un piège à large spectre
mardi 12 septembre 2017

Qui a dit que la Constitution n’était qu’un piège pour ceux que l’on accuse à tort ou à raison de s’accrocher au pouvoir ? La loi fondamentale contient, certes, quantité de dispositions dites "verrouillées". C’est le cas notamment de la limitation du nombre de mandats présidentiels.
Article auquel s’accroche mordicus tout ce que le pays et la planète Terre comptent d’opposants à la kabilie. Y compris les anti-kabilistes primaires.
Seulement voilà, la Constitution du 18 février 2006 charrie des interdits à très large spectre. La même loi fondamentale règle la question de passation de pouvoir entre le président sortant et son successeur…élu. Cela a son importance.
En clair, si Joseph Kabila ne peut se représenter à l’élection présidentielle, il ne peut remettre les clés du Palais de la nation qu’à un Président issu du suffrage universel direct. Cette contrainte constitutionnelle est aussi claire que celle qui exclut un troisième mandat d’affilée pour tout Président ayant accompli dix ans de suite à la tête de l’Etat. Le Raïs Joseph Kabila est sous le coup de cette disposition.
Alors, question aux constitutionnalistes d’ici et d’ailleurs : par quel mécanisme constitutionnel on envisagerait une transition sans l’actuel chef de l’Etat ? La Loi fondamentale que tout le monde évoque, telle la Bible ou le Coran ou encore la Thora -c’est selon- aurait-elle prévu pareil cas de figure ? Poser ces questions, c’est y répondre.
A moins que les partisans d’une transition sans Kabila-fils consentent de prendre des libertés avec la Constitution. Auquel cas, ils ouvriraient une brèche dans laquelle tout celui que l’actuelle mère de lois gêne s’engouffrerait. Car, dès lors que l’on s’autorise une lecture à géométrie variable de la Constitution, tout devient permis. Car plus rien n’est interdit.
Plus grave, s’engager sur le terrain des " accommodements raisonnables " avec la loi fondamentale serait une preuve par l’absurde que précisément la Constitution pose problème. Et donc elle mérite… ajustement. Référendum ? Voilà en quoi réside ce piège à très large spectre. José NAWEJ

Et si les Kinois décrétaient la mort de la "Ville morte " ?
vendredi 17 novembre 2017

Bye bye " ville morte " et bienvenue à l’évaluation. Un exercice vieux de plus d’un quart de siècle. Succès, échec. Mot d’ordre suivi massivement, appel (...)
lire la suite
Et si les Kinois décrétaient la mort de la "Ville morte " ?
jeudi 16 novembre 2017

Bye bye " ville morte " et bienvenue à l’évaluation. Un exercice vieux de plus d’un quart de siècle. Succès, échec. Mot d’ordre suivi massivement, appel (...)
lire la suite
Bon signe !
mardi 14 novembre 2017

L’avenue de l’Enseignement à Kasa-Vubu était en ébullition le week-end dernier. Pour cause, presque tous les partis politiques qui y sont situés (...)
lire la suite
L’après-gâchis
lundi 13 novembre 2017

En politique comme en sport, c’est le résultat qui dicte le commentaire. Ainsi, à moins de jouer au " qui perd gagne", la non qualification des (...)
lire la suite
Le compte à rebours a déjà commencé !
vendredi 10 novembre 2017

Dimanche 23 décembre…2018. Ça parait lointain. Un sursis pour les locataires hors bail à tous les niveaux du pouvoir rd congolais. Une éternité même (...)
lire la suite
D’accord, pas d’accord
jeudi 9 novembre 2017

Où l’on retrouve une classique des chamailleries politiciennes bien de chez nous. D’accord, pas d’accord. J’aime, j’aime pas. La publication du (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting