CONTROVERSE AUTOUR DES DEUX PHOTOS
Que cache la poignée des mains entre Emmanuel Macron et Dr Denis Mukwege ?
lundi 11 septembre 2017

* Après que certains Congolais réunis à Paris ont désigné Denis Mukwege comme l’homme devant conduire la transition post 31 décembre, cette image est commentée dans tous les sens.

Deux photos ont fait le buzz sur les réseaux sociaux tout au long du week-end end. La première montre le président français, Emmanuel Macron, saluant chaleureusement le Dr Dénis Mukwege sous le regard admiratif de l’ancienne éminence grise de François Mitterand, Jacques Attali. Sur la seconde, on voit les deux hommes posant côte à côte.
Survenues quelques jours seulement après que certaines capitales européennes aient donné des signaux en faveur d’une transition qui serait pilotée par le célèbre médecin de Panzi, à Bukavu dans la province du Sud-Kivu, ces deux photos en rajoutent aux spéculations ambiantes . Et, pour cause il y a peu, des Congolais réunis à Paris ont plébiscité le Dr Denis Mukwege comme l’homme devant conduire la transition.

Dans plusieurs cénacles du pouvoir, comme dans plusieurs Etats-majors politiques, on se perd en conjectures sur le sens ou la signification à donner à ces deux photos. D’autant que sur l’une d’entre-elles, on peut voir, comme souligné plus haut, Jacques Attali, l’éminence grise de feu François Mitterrand et très proche du président Emmanuel Macron.
En tout cas, Paris aurait voulu vendre la carte Mukwege qu’il ne s’y serait pas pris autrement. La France étant à l’échelle européenne la première puissance qui traite des questions africaines dans l’espace francophone. Quand on sait que le Dr Denis Mukwege a la côte auprès de l’Union européenne dont le parlement de Strasbourg lui a décerné en 2014 le célèbre prix Sakharov.
D’autres observateurs voient dans cette mise en exergue du réparateur des femmes, un début du schéma haïtien. Un modèle qui consiste en le départ du président dont le mandat est achevé, même sans élection.
Ainsi lorsqu’en 2016, le mandat de l’ancien président haïtien Michel Martelly prend fin, il est contraint à la démission. Il quitte le pouvoir 7 février 2016. Son successeur Jocelerme Pivert lui succède à titre provisoire. Il dirige Haïti du 14 février 2016 au 7 février 2017. Il organise les élections et le 29 novembre 2016, Jovenel Moïse est élu président de la République. Le 7 février 2017, Joselerme lègue le pouvoir au président élu.
Cette formule avait été évoquée à l’approche de la fin du second quinquennat du Président Kabila. Un schéma qui n’est pas sans rapport avec le discours de plus en plus développé au sein du Rassop, d’une transition au-delà du 31 décembre, sans l’actuel chef de l’Etat.

OBSTACLE CONSTITUTIONNEL
Reste que la Constitution du 18 février 2006 dont tout le monde se réclame stipule expressis verbis dans son article 70 que le président de la République sortant reste en fonction jusqu’à l’installation effective du président élu. " Le président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. A la fin de son mandat, le Président de la République reste en fonction jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu, " a prévu le législateur.
A partir delà difficile donc d’envisager une transition sans le président Kabila. A moins de violer la Constitution. FDA

COP23 : la représentation de la RDC laisse encore à désirer
vendredi 17 novembre 2017

L’avenir écologique de la planète se joue à Bonn. Ville allemande qui abrite la 23èmeConférence sur le climat (COP23). Prévues pour deux semaines, ces (...)
lire la suite
Hier, Kinshasa a refusé de mourir
jeudi 16 novembre 2017

Sans rentrer dans le débat politicien du genre « l’appel a été massivement, moyennement ou peu suivi », une chose est vraie : hier, hormis les bleu (...)
lire la suite
La Monusco appelle à la retenue
mercredi 15 novembre 2017

* De même qu’il exhorte les dirigeants congolais à respecter les libertés fondamentales garanties dans la Constitution, Maman Sidikou invite les (...)
lire la suite
Cap désormais sur les élections
mardi 14 novembre 2017

*Les différentes parties prenantes invitées à ne privilégier que des actions ayant trait directement à la tenue des scrutins fixés en décembre 2018. (...)
lire la suite
Les propos du cardinal Monsengwo font polémique
lundi 13 novembre 2017

* Durant cette période délicate, les leaders religieux conviés à prêcher davantage la paix. La rencontre Mgr Laurent Monsengwo-artistes (...)
lire la suite
Possible le 22 juillet 2018, soutient Samy Badibanga
vendredi 10 novembre 2017

* Dans une tribune, le président des Progressistes et Premier ministre honoraire souligne la nécessité des discussions techniques en vue de (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting